Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

2) Jénine : commémoration d'un massacre

Le camp de Jénine : une épopée inoubliable, par Rami D'aybes

Quiconque circule aujourd'hui dans les ruelles du camp de Jénine, même sans vraiment savoir ce qui s'y est passé, il n'y a pas si longtemps, réalise parfaitement qu'un événement terrible s'y est déroulé, surtout si ce visiteur était déjà passé par là, cinq ans ou plus, auparavant.

Les photos des martyrs ornent les murs et les poteaux, les visages des habitants du camp racontent en toute sincérité la souffrance vécue, ses nouveaux immeubles renferment des histoires et des récits devant être recueillis pour écrire l'histoire héroïque du peuple palestinien qui a tracé, avec son sang, les plus belles pages de l'héroïsme, écrivant cette épopée d'une rare intensité.

Au cours d'une nuit pluvieuse et orageuse, après une longue attente de la part des habitants et résistants du camp, qui s'y étaient préparés, mais aussi de la population de toute la ville de Jénine et de ses environs, le réseau palestinien des communications s'est tout à coup effondré sous le nombre des coups téléphoniques passés lorsque les premières troupes de l'occupation israélienne ont commencé à encercler la ville et le camp de Jénine. Dans la plus grande opération menée depuis l'occupation de la Cisjordanie, la bande de Gaza et des territoires arabes, en 1967, les forces de l'occupation ont occupé les environs de Jénine. Le but était de détruire la résistance palestinienne. L'occupant avait nommé le camp de Jénine "nid de guêpes" à cause de la farouche résistance qui s'y trouvait.

Mais les habitants du camp n'avaient pour toutes armes pour défendre leur camp que la foi, la détermination et quelques fusils. En face, l'armée de l'occupation était armée de manière sophistiquée, avec les armes les plus modernes, des chars, des avions, des armures et des armes de toutes sortes. Les soldats étaient nombreux, des centaines de soldats pour briser la volonté des habitants du camp.

Ils s'avançaient et encerclaient le camp. Peut-être pensaient-ils que ses résistants allaient se soumettre, s'en aller, abandonner, ou que sa population allait lever l'étendard blanc. Mais la population était déterminée, la volonté palestinienne était là, résistant à une des armées les plus puissantes du monde, et résistant pendant treize longues journées.

Plusieurs tentatives d'infiltration furent mises en échec. Le gouvernement de l'occupation était indécis, face à cette résistance. Le chef de l'état-major ennemi est venu lui-même, sur ce carré résistant pour ordonner la destruction du camp.

C'est ce qui fut fait. Du jour au lendemain, une partie du camp fut entièrement effacée. Plus rien. Les maisons furent détruites, écrasées par les bulldozers. Le terrain fut aplati, là où les maisons se tenaient les unes collées aux autres. Il n'y avait plus rien... Un terrain qui n'est même pas propice à un terrain de foot, à cause du matériel laissé par l'armée d'occupation.

Une nouvelle étape pour l'exil palestinien commence, mais vers des lieux proches, et pour un temps limité, en attendant la construction de nouveaux bâtiments offerts par les Emirats arabes Unis. Une nouvelle étape commence, pour les habitants du camp, mais toujours avec la même détermination, la même foi, la même volonté inébranlable, malgré toutes les souffrances et les drames vécus.

Jusqu'à présent, le camp de Jénine reste une citadelle face à l'occupation. Les dirigeants sionistes ont plusieurs fois déclaré qu'ils souhaitaient pouvoir dormir et se réveiller sans entendre parler de Jénine et de ses résistants qui continuent à s'opposer à toute attaque du camp.

Jénine reste une légende, à cause de sa résistance, alors que d'autres lieux sont tombés, au cours des attaques de 2002.

Quatre ans après le massacre qui a suivi les actes héroïques de la résistance dans le camp de Jénine, les récits de tous ces instants vécus alimentent la mémoire des habitants du camp, récits qui doivent être transmis de génération en génération,pour que le Palestinien demeure à tout jamais acteur de l'histoire.