Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

470 Palestiniens arrêtés par les forces de l'occupation israélienne en deux mois, depuis la libération des 477 prisonniers politiques

Les forces israéliennes d’occupation (FIO) ont arrêté environ 470 Palestiniens depuis le 18 octobre 2011, quand 477 prisonniers politiques palestiniens ont été libérés en échange du soldat israélien capturé Gilad Shalit dans le cadre de la première phase de l’échange de prisonniers conclue entre le gouvernement israélien et le Hamas. Cette vague d’arrestations révèle que l’échange n’a pas modifié la politique d’Israël de détention des Palestiniens ; et a plutôt conduit les prisons israéliennes à se remplir de nouveau avec presque le nombre des Palestiniens qui ont été libérés en octobre. Ces mêmes prisonniers libérés ne sont même pas a l’abri du harcèlement des forces israéliennes qui ont régulièrement opérés des raids sur leur maison et les ont obligé à revoir des membres des services de renseignements israéliens et même un des anciens prisonniers à de nouveau été arrêté.

Les 470 Palestiniens qui ont été arrêtés entre le 18 octobre et le 12 décembre incluent environ 70 enfants et 11 femmes. Les FIO ont continué à employer les méthodes brutales d’arrestation, y compris l’utilisation des forces israéliennes sspéciales, généralement connues comme musta’arabeen, qui s’habillent comme des civils palestiniens pour effectuer des embuscades et les arrestations des Palestiniens de leurs maisons et lieux de travail. Dans de nombreux cas, les raids communs de l’armée et des services spéciaux se passent après minuit, où les soldats détruisent délibérément l’intérieur des maisons qu’ils fouillent. Des 70 enfants arrêtés pendant cette période, la majorité est du camp de Shuafat à Jérusalem et du camp de Dheisheh à Bethléhem. Dans les deux dernières semaines, 11 enfants ont été arrêtés dans Shuafat et 10 dans Dheisheh. Deux des 11 femmes arrêtées pendant les deux derniers mois sont restées en détention. Une des femmes libérées (dans la 1ère vague) est Isra Salhab, une journaliste qui a passé plus de 20 jours au centre d’interrogatoire de Moskobiyyeh à Jérusalem). Six des femmes ont été arrêtées pendant une manifestation à l’extérieur de la prison de Hasharon, où elles appelaient à la libération des femmes prisonnières non inclus dans la première phase de l’échange de prisonniers. Trois de ces femmes ont été libérées peu de temps après leur arrestation et trois ont été condamnées à l’assignation à domicile.

Les activistes politiques ont été particulièrement visés par les arrestations pendant cette période. Environ 150 arrestations de membres présumés de partis ont été réalisées, incluant particulièrement ceux que réclamait les FIO, actifs au sein du Front Populaire pour la Libération de la Palestine (PFLP), certains ont reçu les actes d’accusation les concernant, tandis que d’autres ont reçu des ordres de détention administratifs. L’IOF a continué à arrêter et à renouveler les ordres de détention administratifs des membres du Conseil Législatif palestinien (PLC). Deux membres du PLC ont été arrêtés depuis le 18 octobre ainsi que les ordres de détention administratifs de 6 membres PLC ont été renouvelés et un membre du PLC a reçu une sentence de 30 ans. En outre, le 27 octobre, après une grève massive de la faim protestant contre des mesures punitives prisent à l’encontre des prisonniers incluant l’utilisation de l’isolement, le Service Israélien des Prisons (IPS) a renouvelé l’ordre d’isolement d’Ahmad Sa’adat pour une année supplémentaire. Au début de décembre, Ahmad Sa’adat est entré dans son 34ème mois consécutif en isolément.

Les FIO ont aussi continué à effectuer des arrestations contre les défenseurs des droits de l’Homme afin de réprimer le mouvement de résistance populaire. Pendant les deux derniers mois, les arrestations des manifestations non-violentes ont touchées presque tous les villages où se déroule manifestation hebdomadaire. Ces arrestations incluent au moins 2 personnes de Bil’in, 3 de Nabi Saleh, 17 de Beit Ummar, 3 d’Al-Ma’asara, 1 de Kufr Qaddum et 2 d’Al-Walajeh, avec des arrestations à Jérusalem Est et dans le Sud d’Hebron. En plus de ces arrestations, les FIO ont utilisé une grande violence pour disperser les manifestations, aboutissant à la mort d’un des manifestants, Mustafa Tamimi, 28 ans, le 10 décembre. Mustafa a été mortellement blessé quand il a été frappé par une grenade de gaz lacrymogène à la tête tirée par un soldat israélien le 9 décembre, pendant la manifestation hebdomadaire contre les implantations israéliennes et le Mur d’Annexion dans Nabi Saleh. Les arrestations de défenseurs de droits de l’homme, l’utilisation de violence contre les manifestants désarmés et les menaces à l’encontre des membres des familles d’activistes, sont une violation claire du droit à la liberté d’expression des Palestiniens.

A la lumière de cette vague intense d’arrestations, Addameer est concerné de ce qui arrivera après la conclusion de la deuxième phase de l’échange de prisonnier. L’IPS a annoncé que 550 prisonniers seront libérés dimanche, le 18 décembre. Addameer appelle à la mise en œuvre des droits des prisonniers libérés et presse la communauté internationale, y compris les Nations-Unies et l’Union Européenne, d’intervenir rapidement pour empêcher Israël de continuer à pratiquer la détention brutale et arbitraire.

Communiqué de l’association Addameer
Association de soutien aux prisonniers et pour les droits de l’Homme

Ramallah, le 15 décembre 2011
P. O. Boxe : 17338, Jérusalem