Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

A Jénine, les Palestiniens solidaires

De Ali Samoudi, Jénine

C'est l'espoir, nous mettons notre espoir dans le hezbollah, dans Sayyid Nasrallah, pour qu'il mette fin à notre souffrance depuis plus de 18 ans". C'est par ces mots que Amina Sabbagh, du camp de Jénine, a accueilli la nouvelle de la capture de deux soldats israéliens dans le sud du Liban. "Derrière les barreaux de la barbarie, mon fils aîné Muhammad Sabbagh est enfermé, il est condamné à 4 perpétuités. Son nom a été rayé plusieurs fois de toutes les opérations d'échanges de prisonniers. Nous espérons aujourd'hui que la résistance islamique au Liban et la résistance palestinienne à Gaza puisse libérer nos enfants et mettre fin à nos souffrances. Les forces de l'occupation ont assasiné mon fils Alaa Sabbagh, dirigeant des Brigades des martyrs d'al-Aqsa, elles ont détruit notre maison. Nous vivons dans l'espoir que Muhammad revienne à sa famille.

Les habitants de Jénine et de la province vivent dans l'espoir et la crainte, en suivant de près les informations qui leur parviennent, minute par minute. La population est fixée devant les écrans de télévision. Lors de la capture des deux soldats israéliens avec l'opération "Promesse sincère" du Hezbollah, Yusra Mahroum a déclaré : "Nous attendons avec impatience la réalisation de nos espoirs et nous espérons que cette opération puisse blanchir les prisons israéliennes, où sont détenus des milliers de prisonniers palestiniens et arabes. Mon fils, Samer, est détenu depuis 1985, il est condamné à la prison à vie parce que les forces de l'occupation ont considéré qu'il avait les "mains entâchées de sang". Notre seul espoir reste dans l'échange de nos prisonniers avec les soldats capturés. Malgré le prix fort payé par les Palestiniens et les Libanais, avec l'intensification des menaces israéliennes sur le Liban et la bande de Gaza, les familles palestiniennes de Jénine ne peuvent que se réjouir des coups portés par la résistance aux forces de l'occupation. La famille de Islam Jarrar, condamné à 7 perpétuités, espère sa libération prochaine. La mère de Thabit Mardawi, qui est condamné à 23 perpétuités, déclare : Nous attentons chaque instant, notre vie est liée à notre espoir que le dossier des prisonniers soit clos. Nous espérons que ceux qui ont capturé les soldats n'acceptent pas les pressions qui sont exercées sur eux pour les libérer, sans procéder à l'échange.

L'épouse de Hajj Ali Saffouri, qui est condamné à 5 perpétuités, porte un grand espoir dans la poursuite de la résistance, à Gaza et au Liban. Son mari fut un des dirigeants résistants lors de la bataille héroïque du camp de Jénine. "Il faut obliger l'occupant à libérer nos prisonniers, ce sont des combattants de la liberté qui ont tracé la profondeur de leur appartenance à leur peuple et leur cause. Il est important que les résistants ne plient pas devant les pressions internationales, qui agissent tout le temps pour le compte de l'occupant sioniste. La libération de nos prisonniers est le seul choix. Nous voulons en finir avec l'occupation et sa sauvagerie." La mère du prisonnier Sa'id Toubassi, condamné à 32 perpétuités, dit : l'occupant doit réaliser qu'il est temps de mettre fin à l'injustice et à la souffrance de nos prisonniers. Il n'y a aucune alternative à leur libération". Quant à la mère de Muhammad 'Aql, condamné à 17 perpétuités, elle a adressé un message à Sayyid Nasrallah et à la résistance à Gaza leur réclamant de poursuivre la résistance pour libérer les prisonniers, ajoutant : "Nous voulons la liberté et nous espérons en la victoire des résistants."

D'autre part, le bureau d'information du mouvement du Jihad islamique, à Jénine, a déclaré que la direction des prisons a coupé toutes les chaînes de télévision dans les prisons pour empêcher les prisonniers de suivre les événements, suite à la capture des deux soldats israéliens par le Hezbollah. Dans un communiqué, les prisonniers affirment que la direction des prisons exerce des pressions psychologiques sur les prisonniers, en les insultant, les humiliant, en envahissant les cellules sans aucune raison. Plusieurs prisonniers ont été emmenés dans les cellules de l'isolement, dans les prisons du Naqab et de Meggido. Dans la prison de Meggido, les prisonniers ont affirmé qu'ils étaient en état d'alerte, malgré la politique de l'occupant visant à les empêcher de suivre les événements. L'état de panique des autorités sionistes se traduit par leur actes colériques, alors que les prisonniers restent calmes en espérant leur libération prochaine.