Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Après le Venezuela, la Bolivie rompt toute relation diplomatique avec l´état israélien (AP)

Le président bolivien Evo Morales a annoncé mercredi qu'il rompait ses relations avec Israël, en raison de l'offensive de Tsahal dans la Bande de Gaza, et a affiché son intention de demander à la Cour pénale internationale d'accuser les hauts responsables israéliens de génocide.

Le chef d'Etat vénézuélien Hugo Chavez, allié d'Evo Morales, avait rompu ses relations avec Israël la semaine dernière.

Evo Morales a déclaré que l'opération israélienne "Plomb durci" avait "sérieusement menacé la paix dans le monde" et a souhaité que le Premier ministre Ehoud Olmert et son gouvernement fassent l'objet de chefs d'accusation. .

Le président bolivien a fustigé le "Conseil d'insécurité" des Nations unies pour sa réponse "tiède" à la crise et a estimé que l'Assemblée générale de l'ONU devait condamner l'offensive terrestre israélienne.

Il a également jugé que le président israélien Shimon Pérès devrait être privé de son prix Nobel de la paix pour n'avoir pas mis fin à l'opération.

Israël a lancé son offensive le 27 décembre dans la Bande de Gaza, en vue de contraindre les militants du Hamas à cesser leurs tirs de roquettes sur le sud de son territoire. L'opération a déjà coûté la vie à plus de 940 Palestiniens, dont la moitié de civils, selon des sources hospitalières palestiniennes.

Evo Morales et Hugo Chavez ont entrepris de cultiver des liens avec l'Iran, qui soutient le Hamas. Le président bolivien a rencontré mardi des responsables iraniens, qui lui ont remis une lettre de son homologue Mahmoud Ahmadinejad remerciant M. Morales pour son soutien aux Palestiniens.