Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

BOYCOTT D'ISRAËL Questions fréquemment posées/RÉPONSES

1. Qu’est-ce que le boycottage?

Le boycottage des produits d’Israël et des compagnies qui soutiennent l’entité sioniste découle du droit qu’ont tous
les consommateurs du monde, de choisir ce qu’ils achètent pour mettre fin à l’oppression en Palestine.
C’est un moyen pacifique d’exercer une pression internationale sur l’État raciste d’Israël en suivant l’exemple du boycottage réussi contre l’apartheid de l’Afrique du Sud également raciste.

2. Est-ce que vous boycottez tous les Juifs?

Certainement pas!  Le boycottage n’est dirigé contre aucun groupe religieux ou ethnique, mais il s’attaque à l’occupation raciste de la Palestine. Un regard rapide sur la liste des compagnies à boycotter en témoigne. Nous ne faisons preuve d’aucune discrimination entre les partisans d’Israël.
Si une compagnie est reconnue coupable de collaboration avec Israël, nous la boycotterons. http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=9&Itemid=11

3.Qui supporte le boycott ?

Toutes les personnes de bonne conscience du monde entier soutiennent le boycottage.
Des syndicats du monde entier, incluant UNISON, le plus grand syndicat anglais qui compte 1,4 million de membres, le Syndicat des travailleurs et  travailleuses des postes du Canada (STTP) , le Syndicat canadien de la fonction publique de l'Ontario (SCFP-Ontario) ont appelé au boycottage de tous les produits israéliens.  Des organisations chrétiennes comme Christian Aid se sont jointes au boycottage en demandant l’annulation des accords de commerce États-Unis-Israël.
Des groupes juifs comme B’Tselem et Gush Shalom ont lancé leurs propres campagnes de boycottage des produits israéliens. En ce qui concerne les musulmans, les ulémas, chefs de file de chaque école de pensée, sont unis sur ce point et ont émis des « fatwas » (avis juridique) appuyant le boycottage; quelques exemples en provenance de différentes écoles de pensée sont fournis dans les pages suivantes.  http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=category&id=35&Itemid=77

4. Êtes-vous sûr que ces compagnies soutiennent Israël ?

Bien des gens désireux de boycotter les produits israéliens et les compagnies soutenant l’Entité sioniste ont été frustrés par le manque d’informations exactes sur les compagnies à boycotter.
C’est pourquoi nous avons mené des recherches intensives afin d’identifier les compagnies fautives.
Toutes nos constatations sont corroborées par des références de sorte que vous pouvez vous-même vérifier les faits et comprendre exactement comment chaque compagnie apporte son soutien à Israël.

Sur notre site Web, nous avons consacré une page entière par compagnie. Chaque page est divisée en trois sections :

                        1) la liste des produits de la compagnie;

                        2) le résultat des recherches;

                        3) une section pour les références additionnelles.

Vous pouvez voir les preuves fournies contre une compagnie dans la section « Résultats des recherches »; à la suite de chaque preuve, un numéro de référence vous permet d’en trouver la source dans la section correspondante. La plupart des articles proviennent de sources citées dans les propres journaux et périodiques d’Israël.

5. Sûrement, où que nous dépensions, notre argent et même nos taxes sont un soutien à Israël, alors pourquoi choisir ces compagnies?
    
Bien qu’il soit vrai que l’Entité sioniste a réussi à implanter ses tentacules dans de nombreux marchés et économies, les siphonnant pour se nourrir, ce n’est pas une raison pour ne rien faire. Les compagnies de notre liste sont choisies comme étant des soutiens très importants d’Israël. Ce sont celles qu’Israël a honorées et récompensées en reconnaissance de leur soutien clé dans le monde.  Si nous pouvons mener des campagnes réussies contre elles, le soutien des autres peut « Insh’Allah »  s’évaporer.

6. Ces compagnies fonctionnent dans des pays musulmans et donnent du travail aux musulmans.  En les boycottant ne nous pénalisons-nous pas nous-mêmes?

Il est vrai que la plupart des compagnies sur notre liste ont des activités dans des pays musulmans et emploient des musulmans qui perdraient leurs emplois si ces compagnies faisaient faillite ou quittaient ces pays.  Mais nous devons regarder cela comme un gain et non une perte.
Prenons l’exemple de Coca-Cola au Moyen-Orient, le boycottage l’a touché si fort que ses ventes ont chuté de 60 %. Cela a fourni l’occasion pour un produit de remplacement musulman, ZamZam Cola d’Iran, qui est la propriété d’une fondation religieuse « La Fondation des dépossédés ». ZamZam Cola a du mal à faire face à la demande qui a dépassé toutes les espérances; elle a vendu quatre millions de cannettes la première semaine.  Elle planifie maintenant de se développer en construisant des usines dans les États du Golfe, aidant ainsi à procurer des emplois locaux.  Pour la première fois, même des pays européens, comme le Danemark, importent ZamZam Cola. Sainsburys a connu un succès similaire en Égypte en avril 2001 qui s’est traduit par la floraison de boutiques locales qui autrement n’auraient pas survécu dans un marché injustement monopolisé par un géant étranger. N’oubliez pas non plus que les multinationales ne se sont pas établies dans des pays musulmans par bienveillance pour nous, mais plutôt pour nous exploiter.
 
 Prenons l’exemple de Delta Galil, le géant du textile israélien, dont les vêtements sont vendus entre autres sous les marques GAP, Banana République, Calvin Klein, BOSS, M&S et DKNY. Cette compagnie israélienne à des usines en Jordanie et en Égypte ainsi qu’en Palestine.  Le traitement de ses ouvriers est tel que « Sweatshop Watch » a dénoncé l’exploitation de la main-d’œuvre arabe par Delta-Galil, le qualifiant de « Sweatshop Czar ».  Est-ce réellement une perte pour nous de voir des compagnies comme celle-là s’en aller?
 
7. Est-ce que le boycottage fonctionne?

Oh oui!  Par exemple, McDonald’s est l’une des compagnies les plus touchées par le boycottage.
McDonald’s est partenaire corporatif majeur du Fonds juif uni. Ce fonds, selon ses propres termes : « travaille à maintenir le soutien militaire, économique et diplomatique à Israël; surveille et, si nécessaire, réagit à la couverture médiatique d’Israël ».  Également, le PDG de McDonald’s Jack M.Greenberg, est directeur honoraire de la Chambre de Commerce et d’Industrie Amérique-Israël.
McDonald’s a 80 restaurants en Israël qui emploient 3 000 Israéliens
McDonald’s vient juste d’annoncer qu’il interrompt son exploitation au Moyen-Orient suite à la perte de revenus causée par le boycottage (octobre 2002) et qu’il remplace son PDG, M. Greenberg (décembre 2002). Depuis le lancement de la campagne de boycottage, deux des six  franchises McDonald’s en Jordanie ont fermé par manque de travail. En Égypte, McDonald’s a décidé en mars dernier de changer sa marque de commerce en Manfoods, pour tenter d’esquiver le boycottage. Cela n’eut aucun effet, et la police égyptienne a reçu l’ordre de garder les entrées des restaurants McDonald’s après que des incidents de jets de pierre aient eu lieu; 175 restaurants seront fermés causant une perte de 350 millions.
À voir des géants comme McDonald’s s’écrouler sous la pression du boycottage, des compagnies plus petites se lassent de soutenir Israël et se retirent par peur d’être boycottées.
Durant un appel au boycottage d’Amazon.com, la librairie Internet Amazon a mis fin à son association avec le Jérusalem Post (novembre 2002).  On a révélé que le Jérusalem Post donnait sa part profits provenant de son association avec Amazon.com à des soldats israéliens revenus chez eux après avoir procédé à des massacres et autres violations des droits humains dans les Territoires occupés.
D’autres compagnies, dégoûtées par le traitement des Palestiniens par Israël, se sont jointes d’elles-mêmes activement au boycottage.
En mai 2002, une compagnie américaine exportant des pièces d’auto a refusé de faire affaire avec Israël. Dans sa réponse à une commande en provenance d’Israël, John Harris, représentant  de Texas Automotive Export écrivait ce qui suit :
« Nous tenons à vous informer que Texas Export ne fera pas affaire avec des citoyens israéliens actuellement.  Nous vous prions de maîtriser votre armée et de mettre fin à l’oppression des Palestiniens.  Votre pays a perdu le respect du monde civilisé. »
Le succès du boycottage a tellement préoccupé le gouvernement des États-Unis et Israël qui craignent que des compagnies abandonnent Israël que, précisément la semaine dernière, les États-Unis ont menacé d’imposer des amendes aux compagnies qui prennent part au boycottage. Le département du Commerce a déjà émis plus de 26 millions de dollars en amendes et révoqué les licences d’exportation des compagnies trouvées coupables de soutenir le boycottage – tant pis pour la démocratie et le droit de choisir avec qui l’on fait des affaires.

8. Le boycottage peut-il affecter réellement l’économie israélienne?

L’économie israélienne est au bord de l’effondrement total, en dépit des injections de fonds de l’Oncle Sam. Le mois dernier (octobre 2002) par exemple, Sharon mendiait à Washington une aide d’urgence de 10 milliards de dollars. L’inflation grimpe, les chiffres officiels sont quatre fois plus élevés que l’objectif du gouvernement.  La TVA (taxe sur la valeur ajoutée) vient tout juste d’être augmentée, de même que l’essence et le coût de la vie en général, à savoir la nourriture et le logement.  Le chômage monte en flèche et les baisses de salaire sont à l’ordre du jour.
Il en est résulté une série de grèves générales paralysantes – la dernière immobilisant tout le pays – les arrivées et départs suspendus dans les aéroports, la radio et la télévision muettes, et les services de santé ne répondant qu’à des urgences, les rues encombrées d‘ordures non ramassées….
Les investissements étrangers vitaux pour l’État sioniste se sont taris. Les chiffres révèlent que les investisseurs ont perdu cinq milliards dollars sur les 6,5 milliards investis en Israël entre 1999 et 2001.  Personne n’est disposé à investir encore.
Le gouvernement israélien manque tellement d’argent que ses coupures de dépenses incluent la fermeture de plusieurs ambassades et consulats dans le monde.
En cette époque critique, on ne peut exagérer l’importance d’un blocus global d’Israël et des compagnies qui collaborent avec lui en assurant sa survie. Israël compte chaque sous – chaque sous compte – assurez-vous que les vôtres ne vont pas à Israël!

9. Existe-t-il une liste imprimable des compagnies et marques à boycotter?

Oui, il y a un modèle de dépliant prêt à l’impression, disponible pour téléchargement, dans les attachés

10. Que puis-je faire d’autre pour aider et soutenir le peuple palestinien ?

1. Que faire d’autre ?
  Il est essentiel que tout le monde connaisse le boycottage et plus spécifiquement quelles compagnies boycotter. Faites-vous un devoir d’imprimer 100 copies du dépliant mentionné ci‑dessus [8] et distribuez-les dans votre communauté – aux prières du vendredi et autres rencontres.  Parlez aux gens du boycottage, parlez avec les non-musulmans. Faites un parallèle entre ce boycott et celui contre l’apartheid en Afrique du Sud.
Nous sommes reconnaissants envers les nombreuses personnes et groupes du monde entier qui ont déjà aidé à propager le boycottage.  Quelques exemples viennent à l’esprit :
   Un groupe de Bosnie a produit une affiche géante et lancé une campagne de distribution de dépliants. Des militants ont distribué 40 000 de ces dépliants en Autriche, Bosnie-Herzégovine et dans une partie de la Yougoslavie. Leur succès a attiré l’attention du Centre sioniste Simon Weisenthal .
 Récemment une campagne publicisant note site Web et le boycottage a eu lieu en Australie et a eu droit à des articles et à une couverture à la radio et à la télévision. Un journal nous a catalogués comme prêchant l’antimondialisation!
À Hong Kong, une publicité sur le boycottage avec notre site Web a été placée dans un des journaux chinois, un lecteur nous en a envoyé une copie.
Crescent International a placé, sans frais pour nous, des annonces pour le boycottage avec l’adresse de notre site Web dans la plupart des parutions de leur journal. Ils ont même produit une publicité eux-mêmes – nous l’avons découverte seulement quand nous avons reçu un exemplaire de leur journal.
 
2. Écrire des lettres
Pour qu’un boycottage soit efficace, il faut qu’il soit suivi d’une campagne de lettres informant la compagnie ciblée que nous boycotterons leurs produits jusqu’à ce qu’elle arrête sa collaboration avec Israël. Vous trouverez un exemple de lettre à notre page concernant l’organisation d’une campagne d’envois postaux. http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=36&Itemid=28

3. Piquet
De plus en plus de gens commencent à entreprendre des actions directes contre les compagnies qui soutiennent Israël, l’une d’elles est le piquetage des compagnies fautives.
Le piquetage est une forme de protestation publique qui vise à attirer l’attention sur les réalités des souffrances des Palestiniens en montrant ceux qui aident à les faire durer.  Cela embarrasse les clients qui savent qu’ils ne devraient pas faire leurs achats dans ce magasin. Cela informe les clients que ne sont pas au courant de ces objections morales, en même temps que cela irrite les partisans d’Israël.
Les compagnies elles-mêmes s’aperçoivent de la protestation et les nouvelles de ces piquets remontent jusqu’au sommet. Voyez notre guide sur le piquetage pour savoir s’il y en a un près de chez vous et comment s’y joindre. Ce guide inclut aussi des conseils pour établir votre propre piquet et des avis juridiques sur vos droits lorsque vous participez à un piquetage.http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=85&Itemid=52

4.  Autres boycottages
Le boycottage d’Israël est beaucoup plus qu’un simple boycottage économique.  Supportez aussi les boycottages sportifs et culturels.  Pour plus d’informations, voir :
Boycottage culturel : http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=11&Itemid=13
Boycottage sportif : http://www.bdsfrance.org/index.php?option=com_content&view=article&id=12&Itemid=14

 

Fichier attachéTaille
boycott-brochure.pdf519.5 Ko
Rubriques: