Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Chronologie 2005-2007 : Gaza, comment le piège s'est refermé

Par Rania Awwad

2005


12 septembre. Retrait des derniers soldats israéliens de la bande de Gaza.

2006


25 janvier. Le Hamas obtient la majorité des sièges au Conseil législatif lors des élections. 1er février. Début d'une tournée de dirigeants du Hamas dans différents pays arabes, pour récolter des fonds afin de payer les fonctionnaires.
4 février. Première rencontre entre Mahmoud Abbas et des dirigeants du Hamas à la suite d'accrochages entre des unités du Hamas et du Fatah dans la bande de Gaza.
18 février. Ismail Haniyeh (Hamas) est investi comme premier ministre.
19 février. Israël décide d'appliquer des sanctions économiques à l'encontre de l'Autorité palestinienne.
26 février. Le gouvernement israélien annonce qu'il ne négociera pas avec le Hamas tant que celui-ci n'aura pas renoncé à la lutte armée, reconnu Israël et accepté les accords d'Oslo.
31 mars. Washington annonce le boycott du gouvernement -palestinien.
6 avril. Mahmoud Abbas nomme Mohammad Dahlan - ancien chef de la Sécurité préventive (contre-terrorisme) et homme fort du Fatah à Gaza - conseiller pour la sécurité auprès de la présidence.
7 avril. L'Union européenne et Washington annoncent la suspension de l'aide directe au gouvernement palestinien.
17 avril. Un attentat suicide à Tel Aviv cause la mort de 11 personnes. Il est revendiqué par le Jihad Islamique.
20 avril. Le gouvernement crée une force d'intervention spéciale, baptisée « Force exécutive », composée de 5 000 hommes et contrôlée par le Hamas. Son déploiement dans la bande de Gaza, quelques jours plus tard, provoque des accrochages avec les services de sécurité et de police de l'Autorité palestinienne, eux-mêmes dominés par le Fatah.
25 mai. Ouverture du dialogue national qui réunit des représentants du Fatah et du Hamas.
14 juin. Accord entre le Hamas et le premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, pour intégrer la Force exécutive dans la police.
16 juin. L'Union européenne met en place un système d'aide humanitaire indirecte en faveur des Palestiniens.
25 juin. Un commando palestinien attaque un poste frontière israélien, tue deux soldats et en enlève un troisième, le caporal Gilad Shalit.
27 juin. Le Hamas accepte de signer le document d'« entente nationale » reconnaissant implicitement l'existence d'Israël.
28 juin. Début d'une vaste offensive terrestre et aérienne dans la bande de Gaza, surnommée « Pluies d'été ». L'armée israélienne arrête huit ministres, des dizaines de députés et d'autres responsables du Hamas.
25-31 juillet. 29 personnes, dont au moins 13 militants palestiniens, sont tuées lors d'une incursion israelienne dans la bande de Gaza.
5 août. L'armée israélienne arrête le président du Parlement palestinien, Aziz Doueik, à son domicile de Ramallah. Le vice-premier ministre Nasser Shaer sera arrêté à son tour le 19.
1er septembre. Lors d'une réunion de donateurs, à Stockholm, la communauté internationale s'engage à verser 500 millions de dollars d'aide aux Palestiniens, qui subissent une grave crise financière provoquée par la suspension de l'aide internationale et le gel des droits de douane dus par Israël à l'Autorité palestinienne.
1er octobre. Début d'affrontements sanglants entre les milices du Hamas et du Fatah dans la bande de Gaza.
1er-8 novembre. Une offensive terrestre et aérienne israélienne ainsi que des incursions menées parallèlement en Cisjordanie causent la mort d'une soixantaine de Palestiniens.
14 décembre. Le convoi du premier ministre Ismaël Haniyeh est pris pour cible par des tirs près du terminal de Rafah, à la frontière entre l'Egypte et Gaza. Le Hamas accuse le Fatah d'être responsable de cette attaque. Des affrontements armés éclatent entre les partisans des deux mouvements. En neuf mois, les violences interpalestiniennes ont fait 320 morts.
16 décembre. Mahmoud Abbas appelle à des élections anticipées pour sortir de l'impasse.

2007


6 janvier. Mahmoud Abbas déclare hors-la-loi la Force exécutive.
8 février. Le Hamas et le Fatah signent à Riyad (Arabie saoudite) un accord sur la formation d'un gouvernement d'union nationale dirigé par Ismaïl Haniyeh, censé mettre un terme aux violences interpalestiniennes qui ont fait 90 morts depuis décembre.
12 mars. Le correspondant de BBC World, Alan Johnston, est enlevé par des hommes armés se réclamant d'un groupe inconnu jusqu'alors, l'Armée de l'Islam. Celle-ci réclame en échange du journaliste britannique la libération d'islamistes détenus en Grande-Bretagne.
15 mars. Ismaïl Haniyeh présente la démission de son gouvernement à Mahmoud Abbas, qui l'accepte et charge le premier ministre de former un nouveau gouvernement.
17 mars. Ismaïl Haniyeh forme un gouvernement d'union nationale qui est investi par le Parlement palestinien. Israël refuse de le reconnaître mais la Norvège annonce qu'elle entend normaliser ses relations politiques et économiques avec celui-ci.
28 mars. Regain de violence entre partisans du Fatah et du Hamas.
7 avril. Premier raid israélien depuis plus de quatre mois dans la bande de Gaza.
14 avril. Le gouvernement palestinien vote un « plan de sécurité » censé ramener l'ordre dans les territoires et unifier les services de sécurité.
21 avril. Journée la plus sanglante depuis novembre 2006. Six Palestiniens sont tués lors d'opérations israéliennes.
24 avril. La branche armée du Hamas proclame la fin de la trêve avec Israël, et tire des dizaines de roquettes sur son territoire.
11 mai. Affrontements entre unités du Hamas et du Fatah dans la bande de Gaza, après le déploiement d'une « Force de sécurité nationale », fidèle au président Abbas, dans le cadre du plan de sécurité.
14 mai. Démission du ministre de l'intérieur, Hani al-Qawasmeh.
15 mai. La branche armée du Hamas, appuyée par des hommes de la Force exécutive, attaque des membres de la sécurité palestinienne fidèle au président Abbas, à Karni (point de passage entre la bande de Gaza et Israël). 16 Palestiniens sont tués et une cinquantaine blessés.
17 mai. Israël riposte aux tirs de roquettes contre son territoire par des raids contre le Hamas, faisant neuf morts.
19 mai. Cinquième accord de cessez-le-feu entre le Hamas et le Fatah depuis le déclenchement des affrontements (50 morts depuis le 11).
21 mai. Israël menace de « décapiter » la direction politique du Hamas. Une Israélienne est tuée à Sdérot par une roquette palestinienne.
24 mai. Arrestation par l'armée israélienne d'une trentaine de responsables du Hamas en Cisjordanie.
26 mai . Poursuite des bombardements aériens menés par Israël.
7 juin. Première violation sérieuse du cessez-le-feu : un membre des services de sécurité est tué par des partisans du Hamas, près de Rafah.
12 juin. Attaques au mortier contre le bureau de Mahmoud Abbas à Gaza et contre la maison du premier ministre. Assauts du Hamas contre deux QG de la Sûreté nationale. Le Fatah menace de se retirer du gouvernement d'union. La présidence accuse le Hamas de préparer un « putsch » et met en garde contre une guerre civile.
13 juin. Le Hamas lance un ultimatum aux services de sécurité fidèles au Fatah. Des hommes armés ouvrent le feu sur des manifestants qui défilaient dans Gaza pour protester contre les violences.
14 juin. Le QG de la Sécurité préventive tombe aux mains du Hamas après plusieurs heures de combats acharnés à Gaza. Les islamistes prennent le contrôle de deux services des renseignements à Gaza et s'emparent du complexe des services de sécurité à Rafah. Le Hamas annonce l'exécution d'un important chef militaire des Brigades des Martyrs d'al-Aqsa (issues du Fatah), Samih al-Madhoune.
15 juin. Les membres du Quartet pour le Proche-Orient (Etats-Unis, UE, Russie, ONU) affirment leur « plein soutien » au président palestinien Mahmoud Abbas. Celui-ci nomme Salam Fayyad, ex-ministre des finances, au poste de premier ministre du gouvernement d'urgence. Le Hamas dénonce une « décision illégitime ».
17 juin. Le président palestinien signe un décret entérinant la composition du gouvernement d'urgence, après la prise du pouvoir du Hamas à Gaza d'où de nombreux de membres des services de sécurité, craignant une « purge », tentent de fuir.
18 juin. Le premier ministre israélien Ehud Olmert, qui a entamé une visite de trois jours aux Etats-Unis, évoque la possibilité d'un accord de paix avec le nouveau gouvernement palestinien « modéré » installé en Cisjordanie. De la mi-mai au 18 juin, les combats interpalestiniens ont fait 79 morts.
25 juin. Le sommet israélo-arabe de Charm El-Cheikh (Egypte), destiné à renforcer la position de Mahmoud Abbas en Cisjordanie, se solde par un échec, les Israéliens restant très flous sur la restitution des 600 à 700 millions de dollars « confisqués » à l'Autorité palestinienne, refusant de lever les 500 à 600 checkpoints installés en Cisjordanie et rejetant toute idée de négociation de paix. Seule décision : l'annonce par Ehud Olmert de la libération prochaine de 250 prisonniers du Fatah.

Souces: Le Monde Diplomatique Juillet 2007

Rubriques: