Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Cimetières profanés

Cela ne se passe pas en France, il ne s'agit pas du cimetière juif, ou musulman, dans une quelconque ville française, ni européenne. Il s'agit du cimetière musulman Ma'manullah, cimetière historique de la ville d'al-Quds.

Le cimetière musulman Ma'manullah, où sont enterrés des personnages illustres du monde musulman, décédés alors qu'ils se trouvaient en Palestine, est un site prestigieux de la ville d'al-Quds. Depuis 1948, les autorités israéliennes agressent et profanent ce lieu sacré pour les Musulmans : construction d'un hôtel sur le site, des routes, des canalisations d'eau.

La dernière profanation date de quelques semaines : les autorités israéliennes ont décidé de construire, sur le site même du cimetière, un musée, "le musée de la tolérance". Pour ce faire, les tombes sont en train d'être profanées et les morts déterrés, de la manière la plus abjecte qui soit.

Le mufti d'al-Quds et des terres saintes, Iqrima Sabri et le directeur de l'Institution al-Aqsa pour la reconstruction des lieux saints, Cheikh Raed Salah, mènent depuis des semaines une campagne pour alerter l'opinion internationale, mais surtout l'opinion musulmane, sur le dernier crime odieux que sont en train de commettre les autorités israéliennes.

Profanation de lieux saints, profanation de cimetières. Graves crimes que les autorités sionistes exécutent depuis l'instauration de leur Etat sur la terre de Palestine. Pour les sionistes, ce sont tous les lieux qui rappellent la présence des Arabes, musulmans et chrétiens, qui doivent disparaître de cette terre.

Dans les parties de la Palestine occupée en 1948, des centaines de lieux saints ont ainsi été entièrement ou partiellement détruits ou profanés (lire le rapport du Arab Association for Human Rights, de Nazareth, sur http://www.ism-france.org/news/arti...

Mais le comble de cet acte monstrueux, que nulle loi humaine ne saurait tolérer, est de prétendre construire "le musée de la tolérance", sur les dépouilles des Musulmans enterrés en Palestine.

Encore une fois, nous sommes face à un tour de magie que seuls les Israéliens savent faire, ou plutôt en sont les maîtres : transformer l'agression la plus sordide en acte de bonté. Depuis la déclaration Balfour, en 1917, ce ne sont que des tours de magie de ce genre : venir en colons et prétendre renouer avec une histoire mythique, voler la terre et prétendre la cultiver, détruire les villages et prétendre boiser le paysage, bombarder la population civile et prétendre se défendre, arrêter et emprisonner la population et prétendre défendre la civilisation humaine, bâtir des prisons à ciel ouvert et prétendre y assurer la liberté de milliers de Palestiniens, diffuser et pratiquer le racisme le plus dégradant et prétendre être victime du racisme. Bref, chaque acte d'agression commis contre le peuple palestinien et les peuples arabes, la terre de Palestine et les terres arabes ainsi que contre l'histoire, a, du point de vue israélien, un justification miraculeuse ou même mythique.

Mais le vrai problème ne réside pas dans ces actes sionistes commis délibérément contre une terre, une histoire et un peuple. Le vrai problème réside dans l'attitude du monde occidental, qui est essentiellement aveugle, ou qui le devient quand il s'agit d'Israël.

Rapporter que des cimetières sont profanés, dans n'importe quelle partie du globe, c'est l'émotion totale. Les groupes de pression agissent, les protestations fusent, les commissions de l'ONU et divers organismes internationaux se réunissent pour dénoncer, pour menacer, envoyer des délégués, etc...

Mais lorsqu'il s'agit d'Israël, c'est le contraire. Surtout, ne pas ébruiter, laisser faire, plus tôt on finit, mieux c'est... La loi du silence la plus implacable doit peser sur les crimes israéliens, comme le montre la non publication du rapport de l'Union européenne à propos d'al-Quds et des pratiques de l'occupation.

Ce qui est encore pire, c'est l'état de terrorisme intellectuel pesant sur les Musulmans dans le monde, et notamment dans les pays occidentaux. Ils ne devraient pas réagir en tant que Musulmans, mais en tant que citoyens (surtout en France). Ils ne devraient pas s'émouvoir, protester, agir, réagir, parce qu'ils se sentent visés par ces actes d'agression, ils ne devraient pas se sentir concernés plus spécifiquement, lorsque l'Etat sioniste détruit une mosquée, profane un cimetière et déterre les morts ensevelis selon la loi musulmane, ils ne devraient pas parler de la mosquée al-Aqsa ni des menaces qui pèsent sur elle, car tout ceci, c'est religieux. Même s'ils sont musulmans, ils doivent ravaler leurs émotions religieuses et se conduire, dans la laïcité négatrice, en tant que "citoyens". En somme, ne pas réagir.

Parce que, quand on est citoyen, musulman ou pas, on ne réagit pas lorsqu'Israël profane les cimetières musulmans ou chrétiens, détruit les mosquées et les églises. On réagit, à peine, seulement s'il s'agit de destructions de lieux communs, historiques ou pas, mais non porteurs d'une symbolique religieuse, cela fait plus "moderne", plus "civilisé" et surtout plus "oecuménique".

On réagit, très fort, par contre, lorsque d'autres sites religieux sont agressés dans le monde : les Bouddhas d'Afghanistan, par exemple, car il s'agit là d'un patrimoine de l'humanité, ce que n'ont pas été décrétés ni la mosquée d'al-Aqsa, ni les mosquées des villages palestiniens vidés de 48, ni la mosquée de Beer Saba', ni le cimetière de Haïfa.

On réagit par contre très fort lorsque des cimetières juifs ou musulmans sont profanés en France. Il s'agit de maintenir un certain "équilibre" entre les victimes des pratiques racistes et ignobles d'une certaine extrême-droite dans ce pays.

L'essentiel est de ne pas porter votre regard vers la Palestine. Ce qui s'y passe ne peut être jugé selon les mêmes critères. C'est Israël.

Qui va sauver le cimetière Ma'manullah de la barbarie sioniste ?

Rim al-Khatib