Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Des colons sont partis, mais les prisons sont restées

Par Muhsin al-Ifrangi

Les prisonniers dans les prisons de l'occupation, un dossier ouvert

Des colons sont partis, mais les prisons sont restées. Tout comme la terre a été libérée, il faut libérer l'homme. Ce sont les mots d'ordre lancés par le département de l'information du ministère palestinien aux affaires des prisonniers et libérés, avant de présenter un long rapport sur la situation des prisonniers.

Les prisonniers palestiniens et leurs familles attendent avec impatience, les résultats du retrait israélien de la bande de Gaza et du nord de la Cisjordanie, espérant que cela ferait remuer leur cause, que les Palestiniens considèrent comme étant la plus importante pour eux, mais craignant cependant que la joie occasionnée par le retrait ne fasse oublier à tous et notamment aux responsables l'amertume de la vie des prisonniers dans les prisons israéliennes. Vont-ils pouvoir enfin être libres ?

Un prisonnier dans chaque foyer

Selon les informations du département de l'information, le pourcentage du nombre de prisonniers, par rapport à la totalité de la population palestinienne, est de 25%, ce qui signifie qu'il y a en moyenne un prisonnier pour chaque foyer.

Les Palestiniens ayant subi la détention, depuis le début de l'occupation de 1967 jusqu'à présent s'élèvent à 650.000 personnes, et depuis l'Intifada al-Aqsa, en septembre 2000, le nombre d'arrestations est de 38.000. Jusqu'à présent, il y a environ 8600 prisonniers, palestiniens et arabes, détenus dans 28 prisons et centres de détention et d'interrogatoire.

Parmi ces prisons et centres de détention, le plus important est celui du Naqab, qui rassemble le plus grand nombre de prisonniers, avec 2150, dont 1000 en détention administrative, ensuite les prisons de Shatta-Gilboa où se trouvent enfermés 1140 prisonniers. Viennent ensuite la prison de Beer Saba' avec 930 prisonniers et Meggido avec 897 prisonniers.

Les martyrs du mouvement national des prisonniers sont au nombre de 183, décédés du fait de la torture, de la négligence médicale ou de l'éxécution après leur arrestation.

Parmi les prisonniers, 116 femmes prisonnières sont encore détenues sur les 305 arrêtées depuis l'Intifada al-Aqsa, 61 d'entre elles ont été arrêtées en 2004, et 7 mineures. 306 enfants sont toujours détenus.

Plus de prisonniers sont malades ou blessés.

Des violations illimitées des droits des prisonniers Les autorités de l'occupation israéliennes ainsi que leurs instructeurs ont pratiqué les formes de torture et d'humiliation les plus barbares à l'encontre des prisonniers palestiniens, violant ainsi de façon flagrante toutes les valeurs, les lois et les traités internationaux qui appellent au respect des droits de l'homme, pourtant signés par Israël, mais dont la signature ne l'a pas dissuadé de poursuivre à arrêter, à emrpsionner, à priver les prisonniers de tout, à exercer sur eux des pressions psychologiques et corporelles afin de briser leur volonté et de les humilier, de briser la volonté de leurs parents et de leur peuple. Pour se venger des prisonniers, les salles des tribunaux israéliens ont assisté à l'énonciation de condamnations, par dizaines, de la prison à perpétuité, comme pour le prisonnier Abdallah Barghouty qui a été condamné à 68 perpétuités, tout comme les tribunaux ont condamné illégalement des dirigeants palestiniens jouissant d'une immunité parlementaire, comme les deux députés Marwan Barghouty et Hussam Khadr.

Les autorités poursuivent la torture des prisonniers par des moyens jugés illégaux par la communauté internationale, mais qu'Israël a légalisés en moyens officiels afin d'avoir l'aval politique et juridique des instances de cet Etat : la cour suprême de l'Etat d'Israël a autorisé le Shabak en 1996 le droit d'utiliser divers moyens de torture envers les prisonniers palestiniens.

Les statistiques du ministère palestinien affirment que 99% des prisonniers ont subi au moins une des formes de tortures, le nombre de prisonniers martyrs tombés sous la torture s'élevant à 70 prisonniers.

Parmi les formes de torture utilisées par les appareils sécuritaires et de renseignements, corporelles et psychologiques, l'enfermement dans une cellule de 1,5 m sur 1 mètre, les yeux bandés, les pieds et les mains attachées, sans matelas ni couverture. Dès les premiers jours, le prisonnier subit des interrogatoires de longue durée, répétés, il lui est interdit de dormir, de se rendre aux toilettes, il subit le shabeh, les insultes, il est attaché dans des positions douloureuses, comme le fait d'avoir les pieds attachés et tirés vers l'arrière, sous une chaise, pendant que le prisonnier est poussé vers l'arrière. Il est assourdi par une musique puissante, et s'il est malade, sa maladie et sa blessure sont utilisés pour exercer des pressions sur lui, il est également menacé de mort, d'arrestation des membres de sa famille, il est fortement secoué, il lui est interdit de voir son avocat et sa famille, son visage et sa tête sont recouverts d'un sac sale, duquel émane une odeur nauséabonde, il est brûlé par les bouts de cigarettes, il reçoit des jets d'eau froide et chaude en alternance, ses yeux sont éblouis par une lumière puissance. Parmi les autres moyens de torture, le shabeh est subi par 82% des prisonniers, il y a aussi la mise en frigo qu'ont subi 90% des prisonniers.

Le rapport mentionne également la politique de la négligence médicale que les autorités carcérales fait subir aux prisonniers malades, dans toutes les prisons.

Plus de 1000 prisonniers souffrent de maladies diverses, certains sont atteints de cancer, de maladies de reins, de diabète, de maladies de coeur, de paralysie, de pertes de la vue. La négligence médicale a conduit dans certains cas au décès des prisonniers, le dernier martyr étant Jawad Abdel Abu Mghayseb, 18 ans, de Deir al-Balah, dans la bande de Gaza, qui est décédé le 28 juillet 2005 dans la prison désertique du Naqab.

Dans beaucoup de cas, le prisonnier malade subit un chantage à cause de sa situation, pour le faire avouer en contrepartie de son incarcération dans des prisons où il serait bien traité. Plusieurs prisonniers ont dû accepter ce chantage dans la douleur. Ils ont été obligés de faire des aveux aux instructeurs en contrepartie des soins qui leur sont dûs.

Parmi les moyens les plus utilisés pour faire souffrir les prisonniers et leurs familles, la détention administrative qui peut être renouvelée sans cesse, à la dernière minute, alors que le prisonnier se préparait déjà à sortir. Le prisonnier n'est jamais jugé ni condamné.

Le nombre des prisonniers administratifs s'élève à environ 1000, prisonniers, soit 11?7% de l'ensemble des prisonniers, et ils se répartissent dans les prisons du Naqab et de Meggido, la plupart soit 90% se trouvent actuellement dans la prison du Naqab.

Des prisonnières et des enfants derrière les barreaux

Pour les prisonnières, le rapport indique que plus de 400 femmes ont été arrêtées au cours des cinq dernières années, et 116 prisonnières sont toujours détenues, regroupées dans la prison de Hasharon. 113 viennent de la Cisjordanie et d'al-Quds, et trois de la bande de Gaza.

42 prisonnières ont été condamnées, 69 sont arrêtées et 5 sont détenues administratives.

Les conditions de détention des prisonnières sont très pénibles : elles subissent des pressions de toutes sortes, des provocations quotidiennes, elles sont privées de tout, même de l'enseignement, car l'administration pénitentiaire n'accorde pas le droit aux prisonnières de poursuivre leurs études. D'autre part, elles subissent les fouilles à nu, de façon humiliante, ce qui est en contradiction avec toutes les conventions internationales qui exigent que les prisonniers et prisonnières soient traités dignement. Parmi ces prisonnières, 16 sont mères de famille, leurs enfants sont environ 60 enfants, privés de la chaleur de leurs mères.

Les autorités de l'occupation refusent de faire libérer Manal Ghanem et son fils Nour, né en prison, qui a actuellement 22 mois, et qui devrait, selon la loi israélienne, être retiré à sa mère dans deux mois. Manal est malade de talassamie, et son état de santé se détériore de jour en jour.

Concernant les enfants, les autorités de l'occupation ont arrêté plus de 3500 enfants, et 306 enfants sont toujours en prison, ils représentent 3,7% de l'ensemble des prisonniers. Les conditions de détention sont iunhumaines. 142 enfants ont été condamnés, 159 sont arrêtés en attente de jugement, 5 enfants sont en détention administrative, sans aucune charge contre eux. Il faut rappeler que des centaines de prisonniers ont été arrêtés alors qu'ils étaient enfants, et qu'ils sont passés au stade adulte, pendant leur détention.

Les autorités de l'occupation privent les enfants détenus des droits les plus élémentaires accordés par les conventions internationales et les divers traités comme le droit à ne pas subir les arrestations arbitraires, le droit à connaître les motifs de l'arrestation, les droits à la défense par un avoat, le droit de la famille à savoir la raison et le lieu de détention, le droit à se présenter devant un juge, le droit de repousser l'accusation, le droit d'être en contact avec le monde extérieur, le droit à un traitement humain qui préserve la dignité de l'enfant détenu.

L'isolement

Les autorités de l'occupation pratiquent également la politique de l'isolement envers des prisonniers qu'elles enferment dans des cellules individuelles ou des sections réservées entièrement à l'isolement. Le soleil n'entre jamais dans ces cellules qui sont sans fenêtres, où l'humidité est très élevée. Ces cellules sont tellement insalubres que les rats et autres bêtes sont fréquents. Dans ces cellules, certains prisonniers sont absolument interdits de visite, comme le prisonnier Hasan Salameh de Gaza, condamné à 1175 ans de prison, et le prisonnier Ahmad Yousef al-Moghrabi du camp de Dhayshe, 31 ans, condamné à 18 perpétuités. Il n'a reçu aucune visite familiale depuis son arrestation.

Des milliers de prisonniers sont privés des visites familiales pour des prétextes sécuritaires. Certains prisonniers n'ont pas vu leurs parents depuis 5 ou 8 ans, même les parents proches, comme les père, mère, épouse, fils. Les autorités de l'occupation utilisent l'interdiction de visites comme une punition contre les prisonniers.

Les prisonniers souffrent de la politique des fouilles à nu, lors de la sortie ou du retour des tribunaux, et les autorités de l'occupation insistent à poursuivre leurs pratiques humiliantes. Les prisonniers sont privés de leurs droits à poursuivre leurs études dans les universités palestiniennes, seule l'université hébraïque est autorisée, mais même pour cette dernière, beaucoup de prisonniers se trouvent devant de multiples obstacles dont l'interdiction de faire entrer des livres en prison.

Toutes ces violations indiquées dans le rapport se déroulent au milieu d'un silence international. Comment est-il possible de susciter la question des prisonniers, de la rappeler dans la situation d'allégresse qui a suivi le retrait des colons de Gaza ? Il s'agit d'une responsabilité collective, répartie, dont l'Autorité doit supporter une partie non négligeable.

Sources: www.amin.org

Traduit par Centre d'Information sur la Résistance en Palestine