Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Enfants palestiniens en prison : dénudés, humiliés, photographiés

Rapports de Nadi al-asir al-filistini

La situation se dégrade de plus en plus dans les prisons israéliennes. Les témoignages des prisonniers, et notamment des enfants, montrent que les responsables israéliens ont décidé de passer outre toutes les lignes considérées parfois comme rouges, envers les prisonniers, en renforçant la répression, en pratiquant tout ce que leurs collègues américains leur montrent la voie, dans l'infâmie et l'humiliation.

De plus en plus, les témoignages affirment que tous les acquis des prisonniers sont remis en cause, dans la plupart des prisons. Le durcissement de ton politique et militaire par les dirigeants israéliens se traduit dans les prisons par une répression féroce. En prison, pourtant, ce sont des êtres humains qui n'ont aucun moyen de se défendre, qui sont enchaînés pour la plupart du temps, sur lesquels s'exercent les pires atrocités, non pour faire mal, mais pour humilier, pour essayer d'ôter toute humanité au prisonnier palestinien.

Le jeune prisonnier palestinien, Muhammad Abdel Jawad Ghayth, 17 ans, de la ville d'al-Khalil et détenu actuellement dans la prison d'Atzion, depuis le 19 juillet 2005, a déclaré à l'avocat de Nadi al-asir al-Filistini Hussayn Cheikh qu'il a subi une agression sauvage, un comportement humiliant, de la part des soldats israéliens lors de son arrestation dans la zone du Haram al-Ibrahimi, à un barrage militaire qui se trouve près de sa maison. Il a été détenu avec son cousin, Muhammad Ghayth, les soldats se sont jetés sur eux et les ont frappés sauvagement, il a eu la main gauche cassée, à cause des coups avec les crosses des fusils. Il a poursuivi son témoignage, disant : les soldats du barrage nous ont dénudés de tous nos vêtements devant les colons qui se trouvaient là, ils nous ont pris en photos avec leurs téléphones portables, ils se sont moqués de nous. Et lors de leur transfert à la prison d'Atzion, les soldats les insultaient avec des mots grossiers et les menaçaient de tirer sur eux. Ils ont même utilisé les chiens pour leur faire peur. Lorsqu'ils sont arrivés à la prison d'Atzion, au lieu de faire soigner Mahmoud pour sa main cassée, et l'emmener à l'hôpital, il a été frappé et insulté. Le prisonnier Marwan Saadi Abdel Afou Qawasmeh, 20 ans, de la ville d'al-Khalil, qui a été arrêté le 17 juillet 2005, et qui est détenu dans la prison d'Atzion, a déclaré qu'il a été frappé lors de son arrestation dans sa maison, par des soldats, et notamment sur la tête et le ventre, et les coups se sont poursuivis lors de son transport dans une jeep, par tous les soldats présents. L'avocat Hussayn Cheikh a vu les blessures à la tête et à la jambe gauche du prisonnier. Les coups sont visibles sur toutes les parties de son corps. Le prisonnier a ajouté qu'il criait à cause de la douleur, ils lui ont alors mis un morceau de tissu sur la bouche, ce qui a failli l'étouffer. Lorsque la jeep est arrivée au centre de Atzion, il a été tiré de la jeep et jeté par terre, en lui mettant un chat sur le visage. Les soldats et les membres du renseignement se moquaient de lui, l'ont encore frappé et insulté. Le prisonnier souffre de la main droite.

Incendie dans la prison du Naqab

le dimanche 24 au soir, un incendie s'est déclaré dans la prison du Naqab, suite à un problème électrique. Plusieurs prisonniers ont suffoqué à cause de la fumée. C'est la deuxième fois en six mois qu'un incendie se déclare dans cette prison, où les prisonniers vivent dans des conditions inhumaines : sous les tentes, dans des conditions de sécurité minimum, avec des scorpions et des serpents, très chaud dans la journée, très froid la nuit, et dans des tentes surpeuplées. L'incendie s'est déclaré dans la section surnommée la cage, qui regroupe 240 prisonniers. L'incendie a détruit 12 tentes, où les prisonniers ont perdu toutes leurs affaires personnelles. Selon un appel téléphonique en provenance des prisonniers au bureau de Nadi al-asir, les responsables de la prison ont réagi lentement à l'incendie, ce qui a laissé le temps au feu de détruire toutes les affaires personnelles des prisonniers. La situation est tendue dans la prison du Naqab et les prisonniers craignent pour leur vie. 'Issa Qaraqi', le président de Nadi al-asir a déclaré : l'incendie du Naqab est un crime monstrueux envers les prisonniers. C'est un signe manifeste de négligence, d'indifférence et de mépris envers la vie des prisonniers. Il est nécessaire de fermer cette prison, a-t-il déclaré. Il a rappelé que Rassem Ghunaymat est décédé lors de l'incendie qui s'était déclaré il y a quelques mois dans la prison de Meggido, et aucune enquête n'a été menée, aucun responsable n'a été sanctionné.