Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Extirper la colonisation

Par Dr. Mahmoud Muharib

Suite à la guerre de juin 1967, la société israélienne a été dominée par la mégalomanie et l'arrogance, le racisme et le mépris qui sont arrivés à leur point culminant. Dans ce climat chauvin, le gouvernement israélien a lancé la colonisation dans al-Quds, quelques semaines après son occupation et son annexion. Le cancer de la colonisation s'est étendu peu à peu à toute la partie des territoires palestiniens, dans le mont d'al-Khalil, la bande de Gaza et au centre de la Cisjordanie occupée. Par cette colonisation, Israël voulait transformer les nouvelles terres palestiniennes occupées en patrie pour les Juifs, afin de les annexer à Israël.

Les documents israéliens indiquent que, dès le début de l'occupation, les dirigeants d'Israël et notamment et surtout les dirigeants "historiques" du parti travailliste ont cerché des colons, que ce soit dans la gauche sioniste ou dans la droite extrémiste, pour les encourager à coloniser les nouvelles terres occupées.

Contrairement à ce qu'a essayé de prétendre l'institution israélienne, il n'y a pas de colon juif qui n'ait pas été en contact avec l'un des dirigeants d'Israël au cours des premières années de l'occupation, qui l'encourageait et lui offrait toutes formes de soutien afin qu'il s'installe dans les terres occupées. Parmi ces dirigeants figurent Pérès, Ygal Alon, Israël Galili, Moshé Dayan et David Ben Gourion.

L'époque moderne n'a pas assisté à une occupation comme l'occupation colonisatrice, raciste et répressive israélienne. L'occupation israélienne a commis et continue à commettre tout au long de l'année, sous ses deux formes, militaire et colonisatrice, des crimes de guerre à l'encontre du peuple palestinien dans les territoires occupés.

Israël a construit des colonies coloniales dans les territoires occupées, en les concevant comme des centres d'éclosion de meurtriers et d'assassins. Des meurtriers et assassins colons occupent la terre palestinienne par la force des armes et sous la protection de l'armée, commettent des crimes terribles contre les Palestiniens.

L'Etat d'Israël, avec toutes ses institutions militaires, politiques, économiques, sociales, financières et judiciaires, s'est engagé dans le soutien et le renforcement de la colonisation juive dans les territoires palestiniens occupés. Les crimes des colons commis à l'encontre des Palestiniens ont été largement soutenus par les élites israéliennes, comme si ces crimes étaient commis contre des non-humains, faisant découvrir que dans le coeur de tout Israélien gît un colon. Le racisme et l'indifférence des élites israéliennes envers les droits et la vie du Palestiniens se sont manifestées dans leur forme la plus claire dans l'appareil judiciaire israélien.

Pour préciser ce que nous voulons dire, nous citons quelques jugements émis par les juges d'Israël envers des colons qui ont tués de sang-froid des civils, et ce ne sont que quelques exemples pris parmi les nombreux jugements émis par les juges fascistes israéliens.

Le 11 janvier 1988, Benhas Valrenstein, un des dirigeants de la colonisation, tue un jeune palestinien et blesse un autre, après les avoir poursuivis à l'intérieur du village. Le juge Azra Hady condamne le tueur Valrenstein à 4 mois de travail au service de la communauté.

Quant à la juge Ruth Or, elle a innoncenté le colon Nahum Korman qui a tué un garçon palestinien, Hilmi Sousha, le 26 octobre 1996, après qu'il l'ait poursuivi, attrapé, posé son pied sur son cou et frappé sa tête avec un revolver. Ces juges n'auraient pu émettre ces jugements s'ils ne savaient pas que la société israélienne soutient les colons, accepte leurs crimes commis à l'encontre des Palestiniens. En octobre 1991, une des grandes fonctionnaires du procureur général d'Israël, Belia Albek, émet ses orientations au procureur général de Tel Aviv sur la manière de défense en cas de réclamations de compensations de la part d'un Palestinien dont l'épouse a été tuée par l'armée israélienne. Elle dit que "le Palestinien a été soulagé du fait que sa femme a été tuée, car il devait dépenser sur elle tout au long de sa vie et à présent, il n'a plus à dépenser. Donc, sa perte est nulle".

L'extirpation de la colonisation juive dans la bande de Gaza est un précédent umportant, et peut être considérer comme un coup, mais pas fatail, à la colonisation. Pour la première fois, le gouvernement israélien, qui a eu l'initiative, a organisé et encouragé la colonisation, pour la première fois, il opère la destruction des colonies juives sur la terre palestinienne.

Le mouvement national palestinien, s'il parvient à s'organiser dans une unité nationale et adopter un programme politique clair visant à détruire la colonisation et l'occupation dans les régions palestiniennes occupées, et visant le retour des réfugiés palestiniens en Palestine, et maîtriser les moyens et la cadence de la lutte, peut faire de la destruction de la colonisation dans la bande de Gaza le point de départ pour la destruction de toute la colonisation dans la Cisjordanie et notamment dans la ville d'al-Quds.

Rubriques: