Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

GHASSAN KANAFANI

Né en 1936 à Saint Jean d'Acre; Décédé en 1972 à Beyrouth "Liban" Nouvelliste; Romancier; Critique littéraire; Journaliste

Dès 1948, il s'exile avec sa famille en Syrie. Il y enseigne en tant qu'instituteur dans les écoles pour les réfugiés palestiniens. Il va ensuite au Koweït et ensuite à Beyrouth où il milite au sein du Mouvement Nationaliste Arabe. Il fut rédacteur en chef de Al-Anwar et Al-Adaf, organe du Front Populaire de Libération de la Palestine. Il meurt à 36 ans, assassiné par les services secrets israéliens en 1972 à Beyrouth.

Ghassan Kanafani a laissé une large production littéraire. C'est sur le terrain de la nouvelle qu'il a choisi d'exprimer d'abord son talent. L'attention toujours soutenue qu'il porte aux exigences de la littérature engagée le guide naturellement vers un style qui se dégage de la rigidité conventionnelle; sachant susciter la compassion, l'émotion ou la révolte sans les nommer.

Comme écrivain populaire, dans son oeuvre, il met en scène des personnages issus de milieu modeste; il publie une nouvelle "Des hommes dans le soleil qui relate la lutte désespérée des Palestiniens pour survivre d'où est tiré un film très vite censuré pour avoir mis en scène les traitements infligés aux réfugiés. Une autre, "Ma tabaqqa lakoum" qui traite du calvaire des Palestiniens, sera une réalisation des plus réussies de la fiction arabe moderne.

En 1966 lui est attribué le prix Libanais des Amis du livre pour la nouvelle "Ma tabaqqa lakoum". En 1975, à titre posthume, il reçoit le prix littéraire Lotus des écrivains afro-asiatiques. En 1990 toujours à titre posthume, il reçoit la médaille Al-Qods pour la culture et les arts.

Fichier attachéTaille
Hommage26.5 Ko