Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Halte à la judaïsation d'al-Quds ! Défendons l'arabité de la capitale de la Palestine !

Aujourd'hui, la ville d'al-Quds (Jérusalem), capitale de la Palestine, est en danger ! 40 ans après l'occupation de la partie Est de la ville et 60 ans après l'occupation de sa partie occidentale, les autorités sionistes y mènent une des plus grandes opérations de nettoyage ethnique, appelée judaïsation.

En ce mois de septembre 2007 (Ramadan), l'armée et la police sionistes empêchent les Palestiniens de se rendre à la mosquée al-Aqsa pour prier, violant toutes les lois internationales relatives à la liberté de culte. D'autant plus que la mosquée al-Aqsa se trouve dans les territoires occupés en 1967, ce qui constitue également une violation des conventions internationales relatives à l'administration de territoires sous occupation.

L'interdiction et la restriction faites aux musulmans palestiniens de prier dans la mosquée al-Aqsa ne sont que quelques mesures adoptées par les autorités sionistes pour « nettoyer » le lieu palestinien.

D'autres mesures tout aussi criminelles ont été prises et exécutées :
- une partie de l'ancienne ville a été complètement détruite et judaïsée, tout de suite après son occupation en 1967. Tout le caractère arabe de ce quartier, anciennement « quartier des Maghrébins », a été effacé.
- Plusieurs points de colonisation sont implantés à l'intérieur de l'ancienne ville, représentant la première ceinture de la colonisation sioniste dans la ville d'al-Quds.
- Plusieurs colonies furent implantées dans la partie Est de la ville, constituant la seconde ceinture de colonisation, allant des quartiers de Sheikh Jarrah, Wadi Joz jusqu'à Ras al'Amoud, Jabal al-Mukabar et Silwan.
- Plusieurs colonies sont implantées autour de la partie Est de la ville, formant avec la partie ouest, presque entièrement judaïsée, la troisième ceinture de colonies.
- Ces ceintures de colonisation enserrent et étouffent les Palestiniens, auxquelles s'ajoute le mur de l'annexion qui rassemble toutes ces colonies pour séparer la ville d'al-Quds de son environnement palestinien et arabe.

Loin de se satisfaire de la colonisation de la ville d'al-Quds, les autorités sionistes mènent une large campagne pour expulser les Palestiniens qui y vivent.
- Les autorisations pour vivre dans la ville sont de plus en plus réduites et sont fréquemment confisquées.
- les droits sociaux, médicaux et éducatifs sont de plus en plus restreints : des milliers de Palestiniens ne peuvent plus accéder à ces services qu'offraient la capitale de la Palestine aux citoyens de toutes les provinces. Il s'agit par là d'asphyxier toutes les structures pouvant maintenir la présence palestinienne dans la ville.
- les droits politiques de la population palestinienne sont constamment menacés : quiconque participe aux élections risque d'en être expulsé.
- Des bâtiments et des lieux saints palestiniens, chrétiens ou musulmans, sont menacés par les expropriations, les confiscations ou les soi-disant achats opérés par des moyens maffieux.

Abandonnée de tous, la population palestinienne poursuit cependant sa résistance à la colonisation, à l'occupation, à la répression et la désacralisation de ses lieux saints. Sheikh Raed Salah, l'archimandrite Hanna Atallah, sheikh Tamimi et bien d'autres personnalités mènent une mobilisation sans relâche aux côtés de structures associatives et militantes pour préserver le caractère arabe de la ville d'al-Quds.

Au cours de ce mois de Ramadan, la Fondation al-Aqsa organise des journées entières de mobilisation à l'intérieur de la mosquée, faisant venir des cars entiers de plusieurs régions de la Palestine occupée en 48 (Galilée, Triangle, Naqab et les villes côtières) dans le but de maintenir une présence et de pallier à l'absence des Palestiniens de la Cisjordanie et de Ghaza, interdits.

Malgré les entraves, les associations et structures sociales, éducatives ou politiques palestiniennes poursuivent leurs actions et leur mobilisation.

C'est à leur côté que nous devons nous mobiliser en ces moments et participer aux campagnes internationales de solidarité avec la ville d'al-Quds.

Pour plus de renseignements sur ces campagnes de solidarité, nous contacter :Palestine_en_marche@yahoo.fr

Lyon, septembre 2007

Palestine en marche tel. 0615487797