Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Interview d'Omar Barghouti

Comment la société civile palestinienne, qui apparaît de l’extérieur comme plutôt fragmentée, a-t-elle pu se rassembler dans cette campagne ?

- Omar Barghouti (OB) : Notre résistance populaire et pacifique se heurte depuis des décennies à l’occupation israélienne, au colonialisme et à l’apartheid, malgré les médiations occidentales (ou avec leur complicité). Il nous fallait changer d’échelle, en impliquant à la fois la résistance locale et une solidarité internationale soutenue. Notre histoire et le succès du combat sud-africain contre l’apartheid ont été les principales inspirations pour lancer le mouvement en 2005, même si quand nous accusons Israël d’être un État d’apartheid, nous faisons autant référence à la définition de l’apartheid donnée par les Nations unies qu’à l’Afrique du Sud. En effet, dans les trois segments de la société palestinienne (les territoires occupés, les Palestiniens citoyens d’Israël et les réfugiés), les organisations se sont réunies autour d’un consensus inédit de lutte basée sur les droits humains et le droit international. Indéniablement, c’est cette union qui permet le succès de la campagne, là où les gouvernements et l’ONU avaient échoué.

Le boycott, ce n’est pas une initiative qui peut sembler radicale ?

- OB : La campagne a été lancée douze ans après les accords d’Oslo. Entre temps, Israël a plus que doublé son occupation des territoires palestiniens, chassé des milliers de Palestiniens, détruit la majorité de notre agriculture, de notre industrie, accaparé nos ressources en eau et accentué notre dépendance envers son économie... Les « moyens démocratiques » ont été épuisés, ils se sont révélés inutiles au regard de cette réalité  : dans un conflit colonial, aucune diplomatie ne parvient à forcer un colonisateur à rendre ses privilèges. La résistance, quand elle prend la forme d’une campagne comme BDS, peut amener Israël sur un terrain où sa force armée subventionnée est inefficace.

Pouvez-vous nous donner des exemples réussis du boycott ?

- OB : Dernièrement, la campagne, qui prend de l’ampleur dans les pays du Golfe, a connu un succès majeur contre Alstom : après deux ans de pressions des sociétés civiles palestinienne, arabes et européennes, l’Arabie saoudite a exclu Alstom de la seconde phase du Haramain Railway reliant la Mecque à Médine, un projet de 10 milliards de dollars perdu à cause de l’implication d’Alstom dans le tramway reliant Jérusalem aux colonies juives dans les territoires palestiniens occupés. Cela montre aux entreprises que la complicité avec la politique de colonisation d’Israël a des conséquences financières, et non seulement morales.

Qu’attendez-vous des entreprises ?

- OB : Nous ne demandons pas encore aux entreprises internationales de se joindre au mouvement, mais de ne plus se rendre complices de sociétés ou de projets israéliens qui violent le droit international et les droits humains. Comme les exemples de Veolia et d’Alstom le montrent, l’engagement dans de tels projets israéliens, même relativement petits, peut potentiellement les priver de contrats très lucratifs, et pas seulement en Europe du Nord ! La responsabilité sociale, l’éthique, doivent devenir plus qu’un slogan que les entreprises adoptent, tout en continuant leur « business as usual » dans des projets qui violent les droits humains. Elles ont tout intérêt à le faire, cela devient une composante nécessaire de leur stratégie dans un monde post-printemps arabe. Le contexte actuel verra probablement élire des gouvernements qui soutiendront plus les droits des Palestiniens face à Israël et à l’Occident... Les entreprises impliquées dans l’occupation et l’apartheid auront alors un prix bien plus lourd à payer.

Comment est perçue la campagne BDS en Israël ?

- OB : Les officiels israéliens qualifient la campagne de « menace stratégique », car l’establishment et ses puissants lobbies aux États-Unis, en France, en Angleterre et ailleurs ont échoué à freiner son amplification : des groupes religieux, juifs et autres, des fédérations syndicales et syndicats de dizaines de pays (en Europe mais aussi au Brésil, au Canada, en Inde ou en Turquie), des leaders intellectuels, viennent grossir le mouvement. Les attaques sur Gaza à l’hiver 2008-2009 ou contre les flottilles en 2010 ont à chaque fois eu des répercussions immédiates en termes de changement d’échelle, notamment dans le milieu culturel. Le boycott académique de nombreuses universités et intellectuels, comme la multiplication d’annulations de visites d’artistes blockbusters prévus en Israël, ont fait taire le scepticisme sur le potentiel de la campagne. Enfin, notre appel contient, en toute logique, une dimension qui est rarement notée : nous invitons les Israéliens à soutenir notre appel, pour la justice et une véritable paix. Ainsi, les citoyens israéliens juifs anticoloniaux qui partagent nos valeurs sont nos partenaires. Le Centre d’information alternative (AIC) et le Comité israélien contre les destructions de maisons (ICAHD) sont à l’origine d’un appel « de l’intérieur », en 2009, dont les adhérents se multiplient en Israël. La Coalition des femmes pour la paix a notamment monté Who Profits from the Occupation ?, une base de données des entreprises israéliennes et internationales impliquées dans l’occupation. Cette liste est consultée par des investisseurs, des acteurs économiques et des institutions internationales.

Chiffres clés

En 2010, la satisfaction des citoyens du Moyen- Orient sur la participation citoyenne (libre élection des dirigeants, liberté d’expression, d’association et de la presse) était la plus faible au monde avec une moyenne régionale de 20.48% (contre 91.2% pour les pays de l’OCDE). Les taux varient de 67.8% en Israël à 2.8% en Lybie, avec 35.5% au Liban et 13.13% en Egypte.

La région est l’une des plus contrastées en termes de développement humain (IDH) : l’Afghanistan, dont l’IDH est l’un des plus bas au monde (0,35) a aussi l’un des plus importants indices de fécondité (ISF), plus de 6,5 enfants par femme. A l’opposé, le Qatar et Israël ont un IDH autour de 0,925 et une fécondité entre 2,5 et 3.

L’Index global de la faim a diminué de 39% par rapport à 1990, passant de 7,9 à 4,8, avec une diminution de 50% ou plus en Turquie, en Arabie saoudite, en Iran et au Koweït. Aujourd’hui, l’anémie touche jusqu’à 86% des jeunes enfants au Soudan alors que 39% de la population Koweitienne est obèse.

Si le Moyen-Orient est aujourd’hui la zone la moins peuplée du monde, c’est elle qui connaîtra l’essor démographique le plus important : +147% de population d’ici 2033 (+45% en Europe).

Les combustibles représentent 76% des exportations du Moyen-Orient, qui, depuis trente ans, est la région qui reçoit les plus gros montants d’aide publique des États-Unis : Israël est doté de plus de 3 milliards de dollars en 2011. L’Égypte reçoit la moitié de cette somme, la Jordanie 700 millions, les Palestiniens 500 millions.

La région est l’une des mieux répartie entre populations urbaines et rurales, mais seules 18% des terres cultivables sont cultivées. L’Égypte et les Emirats arabes unis sont parmi les plus grands acquéreurs mondiaux de terres arables à l’étranger, comme l’Arabie saoudite qui, en 2008, a acheté 2,7 millions d’hectares à l’Indonésie, la Tanzanie et le Soudan.

En Egypte et en Arabie saoudite, le réchauffement climatique fera chuter de 50% les rendements agricoles d’ici 2050. Les eaux du Jourdain et les aquifères de Cisjordanie sont répartis à 90% pour les Israéliens, à 10%pour les palestiniens.

Sources : Nations Unies, Banque Mondiale, GRAIN, FAO, Unicef, Congressional Research Service.

Omar Barghouti est un militant des droits humains, membre fondateur du mouvement de boycott mondial contre Israël à direction palestinienne, et auteur de Boycott, désinvestissement, sanctions. (BDS) contre l’apartheid et l’occupation de la Palestine (Éditions La Fabrique).

Rubriques: