Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Israël, votre partenaire pour les droits de l'homme ???

Je viens d'apprendre avec consternation qu'une fois de plus, l'Etat d'Israël figure dans ce qui constitue son contraire : Etat d'Israël, soutenant un festival de films pour les droits de l'homme !! Geste semblable au fait de construire un "musée de la tolérance" sur un cimetière palestinien profané (profanation du cimetière musulman Ma'manullah, pour construire un "musée de la tolérance" par une organisation connue pour son racisme anti-arabe).

Apparemment, vous vivez dans l'image et l'illusion et non dans la réalité. C'est le propre de l'idéologie occidentale des droits de l'homme : d'une part, les mots et de l'autre, les actes. Vous poursuivez, dans votre festival, les mêmes mensonges.

De plus, deux films israéliens et un film palestinien sont présentés : les deux films israéliens parlent de politique et le film palestinien parle de football. Bien sûr, la parole politique est l'apanage des Occidentaux, et aux peuples arabes et autres d'"amuser la galerie"!! Savons-nous faire autre chose, à votre avis ??

C'est pourquoi je pense que votre festival est nourri de clichés racistes. Je doute d'ailleurs qu'en cette période où en France, le climat raciste s'accroît avec une recherche identitaire effrénée, que vous puissiez faire mieux. Je ne peux que vous souhaiter un bon festival, protégé par la Shabak des services culturels de l'ambassade d'Israël.

Rim al-Khatib

***

Lettre ouverte aux organisateurs du Festival du Film des Droits de l'Homme sponsorisé par l'ambassade d'Israël

Paris, le 28 mars 2007

C'est avec indignation que nous apprenons que le 5ème Festival International du Film des Droits de l'Homme est sponsorisé par le service culturel de l'ambassade d'Israël en France. Le logo de cette officine du gouvernement israélien figure en bonne place sur le programme et le catalogue parmi les soutiens de l'initiative.

Nous déplorons que vous ayez permis à si bon compte au gouvernement israélien de faire sa pub de « pays respectueux des droits de l'Homme » et de « seule démocratie du Proche-Orient », deux manipulations notoires. En effet, faut-il vous rappeler qu'Israël viole quotidiennement les droits les plus élémentaires du peuple palestinien, occupé, spolié et condamné à l'exil forcé ?

Ces violations des droits humains sont la raison pour laquelle le parlement européen a voté en 2002 la suspension des accords d'association UE/Israël. Le refus d'Israël d'appliquer le droit international est la raison pour laquelle plus de 300 organisations de la société civile palestinienne ont, avec le soutien d'un nombre croissant d'organisations israéliennes et internationales, appelé au boycott, au désinvestissement et à des sanctions contre cet Etat. Faut-il vous rappeler qu'Israël occupe depuis 40 ans la Cisjordanie et la Bande de Gaza, et y a instauré, avec le Mur, les colonies et des lois discriminatoires et racistes un régime d'Apartheid de fait ? C'est Israël qui mène l'offensive contre la démocratie palestinienne, dont les députés et les ministres ont été emprisonnés par dizaines.

Nous ne savons pas si vous avez agi de la sorte par ignorance ou par volonté de compromis. Dans les deux cas, il s'agit d'une erreur grave. C'est dommage, car ce festival diffusait pour la première fois en France des films d'une qualité certaine, de réalisateurs palestiniens et israéliens engagés pour les droits du peuple palestinien.

Aucun des intervenants n'a été informé du soutien de l'ambassade d'Israël par les organisateurs.

Omar Somi a été invité comme représentant de Génération Palestine à participer à un débat après la projection du film 9 Star Hotel. Il n'y prendra pas part. Nous refusons de nous associer à ce festival pour les Droits de l'Homme sponsorisé par l'Etat d'Israël.

La GUPS, Union Générale des Etudiants de Palestine, figure dans le programme, sans avoir même été consultée. Elle n'aurait pas participé à cette initiative si elle y avait été invitée.

Nos organisations demandent :


- Aux organisateurs de rendre à l'ambassade d'Israël ses fonds et de retirer son logo de tous les outils de communication du festival.
- Aux autres intervenants et réalisateurs d'agir selon leur conscience.
- S'ils refusent de participer à l'initiative, de le faire savoir publiquement.
- S'ils décident de s'y rendre malgré tout, de dénoncer publiquement à l'occasion de leur intervention les violations des droits humains par Israël et l'incohérence des organisateurs de ce festival.

Génération Palestine et la GUPS (Union Générale des Etudiants de Palestine)