Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Jerusalem 5800, le nouveau plan directeur pour judaïser la Ville Sainte

Un nouveau plan directeur pour Jérusalem Occupée comprendra un aéroport international géant, une ligne de chemin de fer, une vaste zone commerciale et un bassin d’emploi, un parc biblique, des rocades et des dizaines de nouveaux hôtels, dans le cadre du plan d’Israël pour judaïser toute la ville et sa périphérie.

Jerusalem 5800, le nouveau plan directeur pour judaïser la Ville Sainte

 

Le projet est nommé « Jerusalem 5800 », référence à l’année 2040 selon le calendrier hébraïque. Il a refait surface récemment en tant que projet privé de Kevin Bermeister , homme d’affaires australien juif.

Les planificateurs affirment que le projet n’a pas de lien avec les problèmes politiques de la ville, mais beaucoup pensent que c’est une tentative du gouvernement de droite de remodeler et de judaïser la ville sainte, et constitue une démarche préventive pour empêcher toute chance de la diviser entre deux Etats à l’avenir.

Les planificateurs affirment qu’ils veulent que Jérusalem soit une ville-monde habitée par 5 millions de personnes et visitée par 12 millions de touristes par an ; elle sera donc pleine d’attractions touristiques, d’hôtels et de moyens de transport modernes.

Le plan ignore cependant la situation politique sensible de Jérusalem. Il voit Jérusalem comme une métropole dont les limites vont bien au-delà des limites municipales existantes. Les délimitations de Jérusalem 5800 comprennent Modi’in et le bloc Etzion, en plus des projets de relier la cité à Bethléem, Jéricho et Ramallah.

Le plan ne répond pas aux besoins des résidents palestiniens ni au développement des quartiers arabes qui souffrent de la négligence délibérée et des campagnes de démolition israéliennes. Pas plus qu’il n’envisage la possibilité que Jérusalem, en 2040, accueille des institutions du gouvernement palestinien, ou que les Palestiniens seraient partenaires dans sa planification.

Selon une brochure publiée par les planificateurs, le plan commence avec 6 idées de base, chacune traitant de Jérusalem comme d’une ville juive. « Israël est le cœur de la nation juive et Jérusalem est Israël et le cœur de la nation juive, » dit la première idée.

La deuxième déclare que l’accroissement de la population juive de la ville ne sera pas simplement basé sur la croissance naturelle mais sur une augmentation de la migration vers la ville. La troisième dit que le but du plan est de « créer un processus qui augmente les chances d’Israël et de la nation juive de prospérer. »

Les autres idées traitent de la nécessité de changements démographiques drastiques pour maintenir une majorité juive à Jérusalem.

La brochure dit également, « Nous n’avons pas abordé la question de la façon dont le conflit sera résolu, car c’est bien sûr en dehors des prérogatives du plan. Mais nous avons supposé que pour des considérations qui ne sont pas politiques, la métropole de Jérusalem ne sera pas divisible, car nous la voyons comme une continuité territoriale permettant la libre circulation des personnes et des marchandises. »

Un chapitre entier est consacré à la question démographique. Le gouvernement israélien est invité à adopter une politique démographique qui garantisse que le ratio des résidents arabes ne dépasse pas 40 pour cent. Sinon, dit-il : « le pourcentage des musulmans par rapport à celui des juifs est susceptible de continuer à augmenter à l’avenir. »

Les planificateurs affirment que Jérusalem est sacrée pour les trois religions révélées, mais ne traitent que du judaïsme. Le mot « Palestiniens » n’apparaît pas du tout dans la brochure. Le mot « musulmans » apparaît 11 fois, dont 8 fois dans le chapitre qui parle de la menace démographique.

L’un des projets du plan porte sur la rénovation de plusieurs « mikves » (maisons de bains rituels) dans le secteur situé entre la soi-disant Cité de David et la Mosquée Al-Aqsa (que le plan décrit comme le prétendu mont du temple).

Deux autres projets visent à développer le Parc national Refa’im, prévu pour être une attraction touristique énorme associée à la Bible, qui comprendra des hôtels. Au moins l’un des sites est prévu dans le village cisjordanien de Walaja, près de Bethléem.

Un autre très gros hôtel est situé dans le quartier de Jabal Mukaber, à Jérusalem-Est.

D’après les journaux israéliens, Bermeister a acheté le terrain sur lequel a été construite la colonie juive de Nof Zion, dans le village palestinien de Jabal Mukkaber, à Jérusalem-Est. Il a également acheté d’autres terres à des Palestiniens pour y installer des juifs et il a investi de l’argent dans des hôtels et des terrains dans la partie ouest de la ville.

Jusqu’à présent, quelques 5 millions de shekels ont été investis dans le projet Jerusalem 5800 depuis qu’il a été lancé il y a cinq ans. Son équipe de planificateurs est dirigée par l’architecte Shlomo Gertner et elle comprend des experts en transport, tourisme et conservation.

La version finale du plan a été achevée récemment. La brochure de présentation commence avec les félicitations du ministre du Tourisme Yariv Levin et du ministre des Affaires de Jérusalem Zeev Elkin.

Le plan comprendra en outre la construction d'un grand aéroport international (pouvant accueillir jusqu'à 35 millions de passagers par an) dans une zone située entre Jérusalem et la Mer Morte, non loin de Jéricho.

Les planificateurs ont également prévu une ligne de chemin de fer au départ de Ramallah via Jérusalem et de al-Khalil à Beersheba.

Source : Palestine Info

Traduction : MR pour ISM

Rubriques: