Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

KHALIL BAYDAS

Né en1874/75 à Nazareth;

Décédé en 1949 à Beyrouth "Liban"

Journaliste; Nouvelliste; Traducteur; Historien

Il fut l'un des premiers nouvellistes palestiniens. En tant que représentant des Arabes Chrétiens Orthodoxes, il fut élu à l'assemblée mixte en 1908 Il fut condamné à mort par les britanniques, car il avait pris la tête du mouvement d'incitation à la révolte contre la déclaration Balfour; mais sa peine fut commuée en quinze années de prison Dans son livre "Hadith al-sujun", il décrit les méthodes répressives utilisées à l'encontre des prisonniers. Dès sa sortie de prison en 1945, il enseigna la littérature arabe.

Il créa, à Haïfa en 1908 la revue Al-Nafâ'is qui devint l'organe de promotion littéraire arabe et étrangère traduite en arabe et aussi un lieu de rencontre. Grâce à lui, la littérature arabe et palestinienne s'ouvre à une dimension universelle.

Si à ses débuts il s'inspire de l'Orient ancien, dans des petits récits, il évolue rapidement vers la nouvelle et le roman. Maîtrisant parfaitement la langue russe; il traduit des auteurs comme Tolstoï et Pouchkine dans un style adapté à la sensibilité culturelle arabe. Il traite aussi de mythologie, de sciences et de philosophie.

Sous forme symbolique, il décrit la confrontation entre Juifs et Arabes Palestinien. A travers son œuvre, il met en garde contre les menaces qui pèsent sur la Palestine qu'il a dû quitter pour Beyrouth en 1948 lors de la Nakba.