Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

L’Autorité de Ramallah accusée de soumettre à la torture les détenus politiques

Selon des responsables du mouvement de la résistance islamique, l’Autorité palestinienne [PA] a arrêté plus de 200 partisans du Hamas depuis le 2 juillet dans sa dernière opération répressive contre l’opposition en Cisjordanie occupée.

« Les membres du Hamas en Cisjordanie occupée sont soumis à leur pire campagne d’arrestations - la plus longue et la plus intense, » a déclaré cette semaine à l’AFP Abdurahman Shadid, un responsable du mouvement Hamas.
« La campagne d’arrestations lancée par l’AP contre des dirigeants et des membres du Hamas relève d’un projet organisé, visant à faire disparaître le mouvement, » a-t-il dit.
Shadid a ajouté que la plupart des détenus « avaient été sévèrement torturés, » et que « ces arrestations sadiques » font partie d’un « projet au profit de l’occupant [israélien]. »
Un rapport publié en 2010 par Human Rights Watch avait déjà révélé la responsabilité des forces de sécurité de l’AP dans les actes de torture à l’encontre des prisonniers politiques. En 2012, l’Organisation Arabe pour les Droits de l’Homme dont le siège est en Grande-Bretagne, a édité un rapport qui établissait que l’AP avait torturé 96% de ses prisonniers entre 2007 et 2011.
L’AP prétend que des membres de Hamas ont été arrêtés parce qu’ils prévoyaient une attaque contre l’AP en Cisjordanie - une affirmation que les responsables du Hamas rejettent absolument. Le porte-parole du mouvement, Sami Abu Zuhri, a rejeté l’accusation comme étant « une couverture pour procéder à des arrestations politiques. »

Étudiants arrêtés
L’AP s’acharne à maintenir une politique profondément impopulaire de collaboration répressive avec l’occupant israélien, arrêtant fréquemment des Palestiniens pour le compte d’Israël ou ouvrant la voie aux forces israéliennes pour leurs incursions en Cisjordanie. L’été dernier, l’ex-Président Mahmoud Abbas avait suscité la colère de beaucoup de Palestiniens quand il avait défendu cette politique et l’avait qualifiée de « sacrée. »
La direction palestinienne a été divisée entre l’AP dominée par le Fatah en Cisjordanie et le gouvernement du Hamas dans la Bande de Gaza, assiégée depuis 2007. Un accord signé en avril 2014 prévoyait d’établir un gouvernement d’unité mais il n’a jamais été mis en application.
Depuis lors, les forces de l’AP se sont attaquées en permanence aux membres du Hamas ou à ses partisans en Cisjordanie. Plus tôt cette année, le bloc islamique Wafaa, lié au Hamas a emporté les élections universitaires à Birzeit près de la ville de de Ramallah en Cisjordanie.
Les forces de sécurité de l’AP ont alors détenu au moins quatre militants étudiants et ont convoqués des douzaines d’autres pour être interrogés, selon Human Rights Watch.
« Il est profondément inquiétant que des étudiants soient retenus par les forces palestiniennes de sécurité sans raison apparente autre que leur connexion au mouvement Hamas ou leurs opinions, » avait déclaré Sarah Leah Whitson, directrice du groupe Middle East and North Africa.
« Les Palestiniens devraient pouvoir exprimer des avis politiques critiques sans être arrêtés ou passés à tabac, » avait-elle ajouté.
S’exprimant devant moi pour Vice News au sujet des arrestations après les élections étudiantes, le militant étudiant proche du Hamas, Omar Kiswani, avait dit : « L’oppression est réellement devenue pire depuis l’accord d’unité. Nos partisans ont été visés plus souvent et avec plus de violence. »

Kidnappé et battu
Mais l’AP ne s’attaque pas seulement aux organisations liées au Hamas. En décembre dernier, le Front Populaire pour la Libération de la Palestine (marxiste) a dénoncé la répression exercée par l’AP PA sur ses jeunes militants qui osent s’exprimer de façon critique.
Dans une déclaration publié à ce moment-là, le groupe qualifiait la campagne d’arrestations comme « un coup de poignard au coeur du mouvement, de l’unité et de la résistance palestinienne pour la libération nationale. »
Des journalistes et des militants qui osent publier des critiques de l’AP et de ses politiques sur Facebook ou sur d’’autres moyens de communication, ont été à plusieurs reprises l’objet d’arrestations ou d’interrogatoires.
Zeid Abu Arra, de la région de Tubas en Cisjordanie, a été interrogé en mai pour des commentaires qu’il a écrits sur des médias sociaux. Les forces de sécurité de l’AP l’ont convoqué après qu’il ait protesté dans un courrier de Facebook, contre l’arrestation de son père.
Dans d’autres cas, des agents de l’AP, habillés en civil, ont attaqué et menacé des militants qui osaient critiquer des membres influents de l’AP ou du Fatah.
Bara al-Qadi, ancien directeur du Club des médias à l’Université de Birzeit, a été détenu deux fois par l’AP depuis septembre 2014, pour des commentaires qu’il a écrits sur Facebook. En avril, il a commencé à recevoir des appels anonymes menaçants pour qu’il cesse de s’exprimer contre Mahmoud Abbas.
Quelques jours il a été enlevé et forcé de monter dans une voiture par un groupe d’hommes masqués, alors qu’il marchait avec sa soeur dans le centre de Ramallah.
« Ils m’ont donné des coups pendant une demi-heure tout en roulant, et m’ont menacé de me tirer dans la jambe, » a-t-il ensuite raconté à VICE News. « Je suis certain que ce sont des gens affiliés aux forces de sécurité [de l’AP] qui m’ont enlevé. »

Patrick O. Strickland est un journaliste et grand reporter américain indépendant spécialiste des questions de justice sociale et des droits humains au Moyen-Orient et spécialement en Palestine. Il écrit pour de nombreux médias notamment al-Jazira, Alternet, VICE News, Deutsche Welle, Syria Deeply, AlterNet, The Electronic Intifada, GlobalPost, Middle East Eye, Truthout, In These Times, Al-Monitor, Electronic intifada, Socalist Worker etc ...
Son compte Twitter : @P_Strickland_

Vous pouvez consulter cet article
Traduction : Info-Palestine.eu - Lotfallah