Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

L’enjeu

Voici une analyse historique de la situation en Syrie et la région vue par Walid Atallah un palestinien de la diaspora

Beaucoup s’interrogent sur la situation en Syrie, sur les parties en présence et les enjeux en cours.
De plus, la concurrence médiatique entre les parties avec la surenchère et certainement des mensonges n’aide pas vraiment à comprendre.
Il y a certainement des enjeux économiques et des enjeux pour la résistance contre les plans impérialistes-sionistes dans la région du Moyen-Orient.
Mais il y a un autre enjeu dont on ne parle pas beaucoup ; c’est celui de l’avenir des peuples de la région, de la liberté des individus et de la démocratie.
Alors il faut prendre la peine d’y voir clair : déterminer les parties en présence et leurs intérêts, leurs positions afin de comprendre la situation actuelle et ce qui peut se passer à l’avenir et prendre position.
Chronologiquement il faut noter que les mouvements de protestations qui ont débuté en Tunisie en décembre 2010 et qui se sont propagés en Egypte, en Syrie, au Yémen, au Bahreïn… ont sans aucun doute ouvert une nouvelle phase historique pour les peuples de la région, pleine d’espoir de liberté, de démocratie, de droits et de justice.
Si en Tunisie, en Egypte et au Yémen ces mouvements (toujours en cours), ont abouti à l’éviction des présidents en place et à ébranler les régimes qui n’ont pas complètement disparu, il n’en fût pas de même au Bahreïn où la révolte a été matée par des troupes saoudiennes et jordaniennes. Quant à la Syrie, ni le président ni le régime ne sont tombés malgré les mouvements de protestations pacifiques et d’autres armés.

Les évènements ont commencé en Syrie quand en mars 2011, après ceux de Tunisie et d'Egypte. Il s'est passé au sud du pays dans la ville de Derr’a un petit événement qui allait lancer une dynamique qui dure jusqu’à aujourd’hui.
Prenant exemple sur les événements dans ces deux pays, une quinzaine d’enfants de 10 à 16 ans ont tagué sur des murs de la ville des slogans pour la liberté. La sécurité politique (l’un des services du régime – une quinzaine) les a arrêtés et torturés. Leurs parents sont allés demander leur libération avec des responsables de clans tribaux dans cette région.
Le responsable de la sécurité politique les a humiliés et n’a pas libéré les enfants. Des manifestations populaires régulières ont alors commencé pour demander leur libération avec leur lot de morts et de blessés. Ces dernières commençant à prendre de l’ampleur, le régime a muté ce responsable dans la ville d’Edleb au nord-ouest de la Syrie.
En solidarité avec les enfants toujours emprisonnés, des manifestations ont débutées à Edleb contre ce responsable, pour la libération des enfants et en solidarité avec la population de Der’aa réprimée. Le régime a aussitôt réprimé ces manifestations entraînant des victimes.
De victime en victime, les manifestations se sont répandues dans tout le pays contre la répression et pour demander la Liberté. Le seul slogan du nord au sud était « Dieu, la Syrie, la liberté ». Le fameux slogan « Le peuple veut faire tomber le régime » n’est apparu que sept mois après.
Face à la répression à Derr’a, même les habitants du camp de réfugiés palestiniens de Derr’a ont été solidaires et ont payé finalement leur engagement. Leur camp a été partiellement brûlé et détruit et beaucoup sont partis.
A ce moment là, certaines parties sont entrées en jeu, notamment le Qatar et sa chaîne Al Jazeera qui a commencé à propager des mensonges quant à la situation en Syrie : par exemple en annonçant des évènements qui n’existaient pas sur le terrain. Et ce n’est pas anodin car il y avait eu un conflit d’intérêt récent entre la Syrie et le Qatar sur le passage d’un gazoduc vers l’Europe. La Syrie qui a finalement choisi de coopérer avec l’Iran et le gaz Russe, a fortement irrité non seulement le Qatar qui cherchait une porte de sortie vers l’Europe via la Syrie et la Turquie, mais aussi cette dernière, l’Union européenne et finalement les USA (voir l’article ci-dessous : Article de Rainer Rupp pour Junge Welt, traduction du Parti du travail de Belgique repris par : http://solidarite-internationale-pcf.over-blog.net/article-syrie-des-milliards-de-dollars-aux-rebelles-pour-securiser-un-gazoduc-118149304.html).
 Il y a donc à la source des événements en Syrie une demande fondamentale de liberté du peuple syrien, un différent sur l'approvisionnement en gaz pour l'Europe et surtout il y a la volonté des États-Unis, de l'Europe et d'Israël de briser l'axe Iran-Syrie-Hezbollah-Irak-Hamas suite à la guerre contre le Liban en 2006 et celles contre Gaza en 2008/2009 puis 2012. Ces puissances avaient demandé à la Syrie après 2006 de renoncer à son alliance avec l'Iran et le Hezbollah qui avait résisté avec l’aide de ces pays contre Israël. Ce dernier voulant détruire le Hezbollah et son grand allié l'Iran par tous les moyens directs et indirects, comme par exemple en organisant des troubles pouvant déboucher sur un conflit armé au Liban à travers ses alliés comme les forces libanaises et le clan du 14 mars. D’autres alliés de Washington comme l’Arabie Saoudite, concurrente du Qatar pour le leadership religieux sur la scène régionale, sont aussi présents et avancent leurs poulains au sein de l’opposition syrienne.
Tout ceci se passe sur fond de concurrence économique dans la région entre l’Arabie Saoudite, l’Iran, les USA, le Qatar, les Émirats, la Turquie, Israël, l’Egypte…
Il faut savoir par exemple que le montant des investissements iraniens dans les pays du Golfe dépasse les 300 milliards de dollars. Ces investissements sont en concurrence directe avec les puissances régionales et impérialistes. Ce qui a amené à l’époque le président américain Georges Bush à vouloir initier un conflit militaire entre l’Arabie Saoudite, le Koweit, les pays du Golfe et l’Iran.
Il y a eu alors la volonté comme pour la Libye, de mettre la main sur les mouvements de protestations et de faire intervenir des puissances étrangères pour leurs seuls intérêts (pétrole, gaz, canal de Suez…) et aussi afin de protéger Israël par tous les moyens.

Rolland Dumas, ancien Ministre des Affaires Etrangères, a récemment dévoilé le plan des Britanniques qui déjà en 2009 (soit deux ans avant les premières manifestations en Syrie) préparaient des groupes armés qui devaient intervenir contre le régime syrien.
L’implication de ces puissances en Syrie et leur soutien à une partie de l'opposition syrienne (frères musulmans et autres groupuscules) était pour affaiblir le régime, le faire renoncer à cette alliance et finalement le faire tomber et plus tard s'attaquer à l'autre partie de cette alliance qui est l'Iran. Car le rôle du régime syrien de Hafez Al Assad sur le plan régional qui était dans le giron soviétique et Russe aujourd’hui n’a jamais été accepté par ces puissances, par exemple quand il mène la guerre en 1973 conjointement avec l’Egypte de Sadate contre Israël pour récupérer l’un la péninsule du Sinaï et l’autre le plateau du Golan ou son soutien actuel à la résistance contre Israël – par l'aide au Hezballah ou au Hamas.
Le jeu préféré du régime syrien, fut la résistance par délégation, c'est-à-dire qu’il utilisait selon ses intérêts et ses alliances politiques du moment, des organisations comme le FPLP commandement général d’Ahmad Gibril pour lancer de temps en temps une opération armée contre Israël ou le Fatah d’Abou Moussa pour tenter d’obtenir le leadership au sein de la révolution palestinienne. Sinon la résistance au Liban contre Israël était principalement depuis la fin des années 60 jusqu’aux accords de Taëf en 1991, palestinienne et libanaise, avec le parti communiste libanais, des nationalistes arabes, d’autres factions libanaises comme le Hezbollah chiite. Le rapport du régime syrien à ce dernier mouvement, de loin le plus fort au Liban, dépendait des rapports entre la Syrie et le régime iranien (principal inspirateur et soutien de ce mouvement) selon leurs intérêts régionaux avec tel ou tel pays.

La nature du régime syrien

Hafez al Assad appartient à la communauté religieuse alaouite issue du chiisme. Les vicissitudes de l'histoire les ont amenés à se réfugier dans les montagnes syriennes proches de la Méditerranée. C'était une population de paysans pauvres comme la majorité de la population syrienne. Leur cohésion était assurée par un regroupement solidaire en clans, ce qui n'empêchait pas de violentes luttes pour le pouvoir. Le père de Hafez était un petit notable rural particulièrement énergique, ce qui lui a valu le surnom d'al Assad, « le lion ». Il s'est attaché à ce que ses onze enfants reçoivent une éducation moderne. A neuf ans, Hafez est envoyé à l'école dans la grande ville littorale de Lattaquié. Il est un des rares dans son milieu à pouvoir faire des études secondaires durant les années chaotiques de la Seconde Guerre mondiale et de la fin du mandat français.
Le militant politique
Dès l'âge de seize ans, il devient un nationaliste arabe et un militant du parti Baath, qui vient d'être fondé. Ce mouvement politique attire déjà un nombre considérable de jeunes alaouites éduqués, qui y trouvent un dépassement des cadres communautaires. Dès cette époque, il s'oppose au mouvement sunnite des Frères musulmans. Il combat aussi les courants politiques rivaux des communistes et du parti populaire syrien - P.P.S. - qui désire une Grande Syrie en refusant l'identité arabe. C’est un parti politique laïque créé en 1932 à Beyrouth, qui préconise une grande nation syrienne comprenant le Liban, la Syrie, la Palestine, la Jordanie, l’Irak, le Koweit, Chypre, la Cilicie en Turquie et le Chatt el Arab en Iran. Il considère qu'il n'existe que quatre nations arabes, dont la Syrie, les autres étant l'Arabie, l'Egypte et le Maghreb.
En 1951, Hafez al Assad devient le président de l'Union des étudiants syriens, son premier poste d'envergure nationale. C'est déjà une réussite exceptionnelle pour un alaouite.
La même année, il entre dans l'armée, seul moyen pour lui de faire des études supérieures. En 1955, il devient officier pilote dans la toute jeune aviation syrienne. Et depuis 1949, l'armée s'est imposée par une série de coups d'État comme un acteur essentiel dans le jeu politique syrien.

Le comploteur
Militant politique dans l'armée la plus politisée du monde arabe, Hafez al Assad participe directement aux événements de la « lutte pour la Syrie ». Sa carrière militaire est favorisée par le poids croissant de son parti. Il suit des cours de formation en Égypte et en Union soviétique. Il s'opposa en 1958 à l'union entre l’Egypte et la Syrie qui devait créer la République Arabe Unie (RAU). Stationné au Caire, il travaille avec d'autres officiers, à mettre un terme à cette union. Quoique baassiste et favorable à l'idéal d'une union panarabe, il s'oppose à la domination du régime de Nasser au sein de la République arabe unie. Il est l'un des fondateurs du « comité militaire » clandestin, composé d'officiers baassistes cherchant à reconstruire leur parti dissous depuis 1958. En conséquence, il est brièvement emprisonné par les autorités égyptiennes lors de la dissolution de la république unitaire en 1961.
Après la dissolution de la R.A.U., il rentre en Syrie (fin 1961) et participe à une vie politique agitée de coups d'État successifs. Il est l'un des organisateurs du coup d'État du 8 mars 1963 qui avec une coalition de groupements politiques de gauche menée par le Baath amène ce parti au pouvoir.
Assad fut nommé chef d'état-major de l'armée de l'air en 1964. L'État était dirigé par Amin al Hafez. A ce moment, le parti Baath était dominé par un groupe de jeunes alaouites, dont Assad faisait partie.

L'accession au pouvoir
Le comité militaire cherche à prendre le contrôle du parti Baath. Après trois ans de conflit, cette faction se saisit du pouvoir et élimine les fondateurs du mouvement. Ce « néo-Baath », aux positions extrémistes, s'oppose au Baath iraquien, qui se veut le continuateur de la légitimité des fondateurs. Chef de l'armée de l'air, Hafez al Assad devient ministre de la Défense en février 1966. Pressenti de plus en plus comme un membre influent du gouvernement, il exerce dès lors un pouvoir considérable sur la politique gouvernementale.
En 1966, l'aile pro-soviétique du Baath, menée par Salah Jedid, entreprent un coup d'État au sein du régime et écarte les autres partis du gouvernement. L'armée se scinde alors en factions à base communautaire. Le groupe druze est éliminé au début de 1967. Le pouvoir était toutefois traversé par d'importantes tensions entre une aile radicale du Baath, favorable à une politique étrangère agressive et à des réformes sociales rapides, et une aile militaire, dirigé par Assad, plus pragmatique.
Trop impliquée dans la politique, l'armée syrienne est défaite lors de la guerre de juin 1967 menée par Israël, qui se conclut par la perte du plateau du Golan. Hafez al Assad continue sa marche vers le pouvoir et élimine successivement tous ses rivaux, y compris alaouites. Quand le président Noureddine al Atassi et le secrétaire général du parti Baath, Salah Jedid, prennent conscience du danger et ordonnent que Assad et Tlass (plus tard son Ministre de la défense) soient écartés de toute position de pouvoir dans le parti et le gouvernement, il était trop tard. Hafez el-Assad lançe rapidement un coup de force à l'intérieur du parti. Il prend le pouvoir le 13 novembre de la même année.
Il rappelle alors les forces armées syriennes engagées en Jordanie aux cotés des fedayins palestiniens qui seront éliminés par les forces jordaniennes à la demande du secrétaire d’Etat américain Rogers et d’Israël pour empêcher les opérations armées palestiniennes contre l’occupant sioniste. Assad contribue à la fin de la résistance palestinienne en Jordanie – Septembre noir.
Le Baath fut « purgé », Atassi et Jedid furent envoyés en prison où ils meurent dans les années 1990.
Le régime trouve un soutien essentiel dans la minorité alaouite, dont Hafez el-Assad plaçe des membres à de nombreux postes clés de l'appareil d'État. Le régime se caractérise par l'emprise qu'il exerce sur la vie sociale et politique, interdisant toute opposition et réprimant avec violence toute contestation. Le monopole du parti unique – le Baath –  sur le pouvoir, était inscrit dans le fameux paragraphe n°8 de la constitution, finalement abrogé en février2012 sous la pression populaire.
Dès sa prise de pouvoir, Hafez al Assad se présente en « correcteur » des excès de la période précédente. Le 12 mars 1971, il devient président de la Syrie. Il exécute en tout cinq septennats consécutifs. Le parti Baath devient une organisation de masse chargée d'encadrer la population et l'État. La Syrie rétablit des relations avec les autres États arabes et prépare, avec l'Égypte, la reprise du combat contre Israël. Durant la guerre d'octobre 1973, l'armée syrienne prend pour la première fois l'offensive. Elle est repoussée par les Israéliens au prix de lourdes pertes. Israël réplique en détruisant l'infrastructure économique de la Syrie par une série de raids aériens. Hafez al Assad est prêt à lancer une contre-offensive quand Anouar el Sadate accepte un cessez-le-feu soutenu par les États-Unis. Faisant entrer son pays dans le processus de paix dirigé par les Etats-Unis. Hafez al Assad obtient un accord de désengagement qui rend à la Syrie une partie du Golan (mai 1974). Il se prononce pour l'application des résolutions 242 et 338, qui, selon lui, prévoient l'évacuation de tous les territoires occupés en échange de la paix.

La vision politique régionale
Le président syrien se présente toujours comme le champion de l'unité arabe ; il a d'ailleurs accepté une union, formelle et sans réalité concrète, avec l'Égypte et la Libye (1971). Quant à l'existence d'un régime baassiste en Iraq, elle provoque un conflit de légitimité qui oppose les deux pays au lieu de les rapprocher.
Son ambition réelle est la reconstruction de la « Grande Syrie », ou « Syrie naturelle », qu'il considère, comme les dirigeants syriens qui l’ont précédé et comme beaucoup de ses compatriotes, comme ayant été partagée en 1916 (accords Sykes-Picot) et dépecée en 1920 par les impérialistes. Dans ce cadre, il est convaincu que la cause palestinienne est trop importante pour être laissée aux seuls Palestiniens, que les Libanais et les Syriens forment un même peuple divisé en deux États et que Damas doit exercer une tutelle sur la jordanie.
Hafez el-Assad hérite d'un régime dictatorial, établi durant de longues années d'un pouvoir militaire instable, puis réorganisé suivant la politique du parti unique du Baath. Non seulement, il ne rompt pas avec ce régime, mais il en accroît la dimension répressive, et s'efforce de contrôler chaque secteur de la société à travers un vaste appareil policier et de renseignement. Se sont en tout plus d’une quinzaine de services de renseignements qui œuvrent en premier lieu à la suprématie du pouvoir du président Hafez Al Assad. Ils sont en constante concurrence les uns contre les autres, traquant les opposants au régime, faisant des milliers de victimes et de disparus. Au sein de l’armée, il existe des forces spéciales dont la garde républicaine qui sont aujourd’hui directement sous les ordres de Maher Al Assad, le frère de Bachar.
Le régime met également en place un culte de la personnalité, le décrivant comme un dirigeant juste, sage et puissant de la Syrie et du monde arabe en général. À la manière soviétique, ce culte se traduisit par un vaste système de propagande fait d'affichages de son effigie, d'érections de sa statue, de discours publics glorificateurs, etc... Son fils Bassel appelé à lui succéder, fit, plus tard, l'objet d'un culte semblable mais il trouva la mort dans un accident de voiture le 21 janvier 1994.

La Syrie au Liban
Assad joua un rôle clé dans l'histoire du Liban. La guerre civile libanaise, qui éclata en 1975 et opposa sur fond de conflit israélo-arabe les communautés religieuses du pays (chrétiens et membres de la droite libanaise d'une part, musulmans, « progressistes de gauche » et Palestiniens de l'autre) finit par tourner à la défaveur des chrétiens. Craignant de perdre le pouvoir présidentiel qui était réservé aux chrétiens de rite maronite depuis le Pacte de 1943 (constitution laissée par le régime colonial français), les leaders des milices fascistes chrétiennes Camille Chamoun et Pierre Gemayel lancèrent un appel au régime syrien pour sauvegarder leur pouvoir. Hafez al Assad veut aussi mettre fin à la concurrence idéologique et organisationnelle des progressistes et des Palestiniens sur la scène libanaise et arabe qu’il juge "trop révolutionnaires" et pouvant donc renverser son propre régime.
La Syrie se présente alors faussement en « médiatrice et garante d'un réaménagement constitutionnel » au Liban. En 1976, elle s'allie politiquement et militairement aux fascistes du camp chrétien contre les « palestino-progressistes » en avançant comme motif la réintégration des chrétiens dans le camp arabe.
Le président syrien, qui soufflait sur les braises de la guerre du Liban en soutenant tour à tour les différentes parties, y a vu l'occasion d'installer ses troupes. Ce sera le début de la mainmise syrienne sur le Liban, qui durera jusqu'en 2005.
A ce moment là, les forces syriennes assiègent les camps de réfugiés palestiniens de Tel Al Zaatar, de Jesser al Basha et de Dhbay (situés à Beyrouth Est – en secteur chrétien), qu’elles finissent par investir avec leurs chars en roulant sur les cadavres des combattants palestiniens (ces camps seront finalement détruits). Un conflit armé de plusieurs années se déroulera entre le clan palestino-progressiste et les forces syriennes au Liban avec leurs supplétifs. La ligue arabe impose un cessez-le-feu et transforme la présence syrienne en force arabe de « dissuasion ». Israël fait savoir, par l'intermédiaire des États-Unis, l'existence de « lignes rouges » interdisant l'entrée des forces syriennes au Sud Liban, qui devient le sanctuaire des Palestiniens (octobre 1976). Les accords de Camp David (septembre 1978) entraînent un renversement des alliances, les chrétiens devenant la cible des bombardements, tandis que les Palestiniens prennent la fonction d'un allié malcommode. En 1978, intervient un accord entre l’OLP et le régime syrien pour amplifier la résistance qui ne sera finalement pas respecté par les deux parties.

La crise intérieure du régime

L’opposition au régime
L’opposition au régime d’Assad en Syrie a débutée à la naissance de ce dernier. Elle était diverse allant des communistes aux frères musulmans. À partir de 1977, la Syrie est victime d'une série d'attentats qui visent les symboles du régime. On accuse d'abord les Iraquiens puis le mouvement des Frères musulmans. Hafez al Assad répond à ces attentats, qui se transforment en 1981-1982 en soulèvements, par une répression faisant plusieurs milliers de morts (la plus grande part de civils), en particulier à Hama en février 1982.
À peine sorti de cette période, Assad doit faire face à l'invasion israélienne du Liban en juin 1982. L'armée syrienne, qui n’a pratiquement pas combattu, est bombardée par les Israéliens quand elle se retire de la région de Beyrouth et dans la plaine de la Bekaa’. Le gouvernement d'Amine Gemayel, les Américains et les Israéliens se comportent comme si les Syriens ne jouaient plus aucun rôle au Liban. Les milices chrétiennes libanaises commettent avec l’aide des troupes sionistes les massacres de Sabra et Chatila.
Hafez al Assad décide de jouer sur les multiples fractures libanaises et palestiniennes. Il utilise une scission chez les Palestiniens pour éliminer les partisans d'Arafat du Liban. Il soutient la montée en puissance des chiites du mouvement Amal et du Hezbollah. En 1983, ses services participent à la préparation des opérations contre la force multinationale occidentale.
De 1985 à 1991, le régime syrien se sert entre autre du mouvement chiite Amal pour se réimplanter au Liban et veut prendre le contrôle du mouvement de résistance palestinien. Le mouvement Amal avec l’aide des forces syriennes organise le blocus des camps (guerre des camps) de réfugiés palestiniens avec des pilonnages continus qui feront durant ces années des milliers de morts. L’autre mouvement chiite Hezbollah s’interposera pour défendre les camps et une lutte à mort se déroulera entre le Hezbollah et le mouvement Amal soutenu par le régime syrien notamment pour le contrôle des zones chiites au Liban dans le cadre de la partition en cantons confessionnels proposée à ce moment là. Le Hezbollah paiera pendant plusieurs années le prix fort la répression conjointe Amal-Forces syriennes.
La volonté de récupérer l'intégralité du plateau du Golan n'a pas cessé d'être un des axes centraux de la politique de Hafez el-Assad. Il respecta, toutefois, la ligne de cessez-le-feu placée sous le contrôle des Nations unies. Assad choisit une politique indirecte de pression sur Israël, à travers le soutien à divers mouvements qu'il a clientélisé. Sur le plan interarabe, il prend une position intransigeante dans la question du processus de paix et s'oppose aux projets de conférence internationale avec une délégation commune jordano-palestinienne qu’il considère comme étant concurrente. Il s'allie avec l'Iran, en guerre contre l'Iraq baassiste, et reçoit l'appui de l'Union soviétique, qui soutient sa tentative d'arriver à une parité militaire avec Israël.
Toutefois, avec la chute de l'URSS, il comprend que l'équilibre des forces est en faveur des États-Unis et de son principal allié dans la région, Israël.
En 1990, Le déclin de l'Union soviétique met pratiquement fin au soutien de Moscou en faveur de la Syrie. Hafez al Assad est obligé de se rapprocher de l'Égypte d'Hosni Moubarak et de la Jordanie. Il abandonne le radicalisme de son discours et compose avec les Américains sur la question libanaise. Après la fin de la guerre entre l'Iraq et l'Iran (1988), le Liban devient le nouveau champ d'affrontements entre les deux régimes baassistes. En 1990, le général Michel Aoun (soutenu par l’Irak et avec l’aide d’Arafat) se lance dans une guerre de « libération » contre la Syrie. Mise un moment en difficulté, cette dernière voit son rôle reconnu par les accords de Taëf (octobre 1989). Durant la 1ère guerre du Golf, Hafez al Assad aligne son pays sur la coalition contre l'Iraq. Cela lui permet d'éliminer définitivement les partisans du général Aoun (octobre 1990) et d'établir un protectorat de fait sur le Liban en reconstruction. En 1991, il accepte alors, pressé par les États-Unis, de s'engager dans des négociations avec Israël.
Hafez al Assad engage son pays dans le processus de paix sous patronage américain. La position syrienne est intransigeante : la paix ne peut se faire qu'en contrepartie d'une évacuation totale des territoires perdus par les Syriens en juin 1967. La Syrie, semblant isolée à plusieurs reprises à la suite du progrès de la négociation entre Israéliens et Palestiniens et de l’accord de paix entre Israël et la Jordanie, appuie la guérilla du Hezbollah au Sud Liban comme moyen de pression et il soutiendra de nombreux mouvements palestiniens, comme le Hamas.
En 1995-1996, des progrès sensibles sont enregistrés dans la négociation entre Israël et la Syrie. En 1999-2000, après le refroidissement de la période Netanyahou, celle-ci reprend sur les mêmes bases. Mais pour ne pas être dupe, le régime, comme l’a rappelé Ramy Makhlouf (le beau frère de Bachar Al Assad) au début des événements, je cite : «la sécurité d’Israël dépend de la sécurité de la Syrie». C'est-à-dire que le régime syrien garantit la sécurité d’Israël qui, depuis 1973, n’a jamais été attaqué. Les responsables du régime le rappelleront à l’ordre à ce moment là.

Sur le plan Intérieur syrien
Hafez al Assad ne se borne pas à la seule répression pour gouverner son pays. Dans les années 1970, il tente une première ouverture économique dont les résultats n'ont été probants qu'en raison de l'afflux de la rente pétrolière. Dans la seconde moitié des années 1980, la crise économique conduit à une seconde ouverture qui augmente le champ d'action du secteur privé. Les résultats positifs se font sentir dans les premières années de la décennie 1990, mais le retour au marasme intervient à la fin des années 1990. Sur le plan social, le rôle du parti Baath décline au profit des « indépendants », nouvelle et ancienne bourgeoisie ralliée au régime. Il n'en reste pas moins que le régime reste autoritaire et policier et maintient son contrôle de la société.

La succession
Malade depuis des années, Hafez al Assad a cherché à placer comme successeur son fils aîné Bassel, mort accidentellement en janvier 1994. Il l'a remplacé par son second fils, Bachar, présenté comme un réformateur moderne. Le frère de Hafez, Rifaat, qui a été l'homme de maintes répressions sanglantes, s'est depuis longtemps posé comme l'ultime recours pour une communauté alaouite inquiète de son avenir. La lutte entre les deux frères a été une constante du régime. Rifaat a finalement été déchu de toutes ses fonctions officielles et a été exilé.
Sur le plan économique, se sont quelques familles qui monopolisent toute l’activité, comme la famille Assad, la famille Makhlouf dont est issue la femme de Bachar, la famille Tlass….. Sous les slogans de « socialisme du parti Baath », existe le monopole de ces grandes familles et d’autres – comme ces officiers qui se sont enrichis avec eux et qui ont finit par constituer une nouvelle grande bourgeoisie en Syrie. Ainsi l’écart du niveau de vie entre cette bourgeoisie, les fonctionnaires et les petits agriculteurs était très important.
Sur le plan sécuritaire, pour bien comprendre le régime, il faut connaître sa structuration sur le terrain avec les responsables de la sécurité politique et d’autres qui quadrillent tout le territoire, quartier par quartier, ville par ville et village par village.
Leur fonction est de contrôler les individus et tirer le plus de profits. Ils mettent en place toutes sortes de trafics (drogue, prostitution, rackets divers des commerçants ou des industriels et offre de services administratifs contre des pots de vin…).
En Syrie tout le monde avait pour philosophie : "fais ce que tu veux comme activité sauf de la politique", la sécurité politique veille avec les « Chabiha » des voyous que le régime entraîne pour terroriser la population.
C’est ce maillage sécuritaire, politique et mafieux avec la corruption comme moyen de fonctionnement qui pérennisait le régime. Imaginez tous ces responsables, les chefs, les sous chefs et les sous sous chefs etc…. qui tiraient profits de leurs postes, croyez-vous qu’ils auraient un jour renoncé à leurs intérêts ? Surtout dans la situation de pauvreté et de très faibles salaires qu’a toujours vécu la Syrie.
sur le plan militaire, la Syrie possède une armée en grande majorité sunnite dans laquelle le régime n’a pas trop confiance. Il existe aussi des forces spéciales et une garde républicaine composées essentiellement de alaouites qui est le fer de lance du régime . Et pour couronner le tout il y a une sécurité militaire qui surveille tout le monde.

Enjeux et jeu régional

Comme nous l’avons vu plus haut, le fondement idéologique du régime résulte des blessures subies par les habitants de cette région (partage du Moyen-Orient par les forces impérialistes en 1916 (accords Sykes-Picot), l'occupation par la France et l’Angleterre des pays de la région ainsi que la création d’une entité coloniale sioniste au cœur du monde arabe qui deviendra réalité en 1948. Le fait de défier politiquement et de résister par les armes à cette politique impérialiste a fondé et légitimé l’apparition de mouvements comme les Frères musulmans en 1928 en Egypte ou les nationalistes arabes dont le parti Baath (créé en 1947 à Damas et qui combine socialisme et nationalisme arabe), Jamal Abdel Nasser, Hafez Al Assad, Sadam Hussein, Moamar Kadafi et d’autres s’en réclament avec des versions personnelles.
Pour les peuples de la région qui subissent les guerres punitives et coloniales impérialistes, ces mouvements sont nécessaires et légitimes. C’est la corde sensible sur laquelle joueront les leaders Egyptiens et autres… Et on verra dans quelle mesure aujourd’hui une partie des Syriens et d’autres soutiennent toujours le régime syrien sur cette base.
Les tentatives de contrôler la région pour ses richesses, sa position stratégique ou par esprit colonial, n’ont jamais cessé jusqu’à aujourd’hui.

Rappelons quelques dates :

En 1915, lors de la Première Guerre mondiale, les Britanniques combattent les armées ottomanes en Egypte et en Mésopotamie pour contrôler la région. Dans le même temps ils négocient par l’intermédiaire de leur haut commissaire Mac Mahon en Egypte avec le Cherif Hussein de la Mecque pour le partage des territoires du MO et pour combattre les Ottomans dans la région du Hedjaz.
1916 : accord secret anglo-français -Syckes-Picot- pour le partage du Moyen-Orient,
1916/1917 : En dépit de l’engagement arabe aux côtés des Alliés et des promesses britanniques, le royaume arabe de Hussein de la Mecque ne sera pas constitué en raison des prétentions territoriales des Britanniques et des Français. Mais au lendemain de la grande révolte arabe, son fils Fayçal sera le futur roi d’Irak et Abdallah le futur roi de Transjordanie et les Wahabites aidés par les Britanniques prendront le pouvoir dans la péninsule arabe et formeront le royaume des Séoud.
1917 : 2 novembre : déclaration britannique dite Balfour : "promesse pour la création d’un foyer national juif en Palestine",
1917 : décembre : occupation de la Palestine par les troupes anglaises jusqu’au 14 mai 1948,
1920 : conférence de San Rémo de la société des Nations qui "officialise" l’occupation par la France du Liban et de la Syrie et l’occupation par l’Angleterre de la Palestine, de la Jordanie et de l’Irak,
1933 : l’armée Anglaise et les troupes du roi Abdallah répriment la révolte jordanienne contre les plans sionistes,
1936 – 1939, l’armée Anglaise réprime la révolte palestinienne contre les plans sionistes,
1947 : Partage de la Palestine et occupation par les sionistes avec l’aide des Anglais,
1947/1948 : expulsion du peuple palestinien de sa terre et destruction de plus de 500 villages. L’armée britannique qui occupe la Palestine aide les sionistes à contrôler la partie donnée par le partage de l’ONU « Etat juif » au lobby sioniste et laisse la partie « Etat arabe » à son allié la Jordanie qui l’occupe et l’annexe en 1949.
Mai 1948 – création de l’Entité sioniste Israël,
1956 : attaque conjointe Anglo-franco-Israélienne contre l’Egypte pour le contrôle du canal de Suez nationalisé par Nasser, et afin de punir ce dernier qui aide la révolution algérienne,
1967 : Israël attaque et occupe le Golan syrien, le Sinaï égyptien et la bande de Gaza, la Cisjordanie et Jérusalem-Est,
1978 : Israël attaque et occupe le sud Liban,
1982 : Israël attaque et occupe le Liban jusqu’à Beyrouth,
1982 : Septembre : massacres de Sabra et Chatila par les milices fascistes chrétiennes et l’armée israélienne,
1987 : Début de la première Intifada palestinienne et répression par l’armée israélienne,
Années 80 et 90 attaques permanentes de l’armée israélienne contre le Liban sud qu’elle occupe,
Mai 2000 : Libération du Sud Liban par la résistance au Liban avec à sa tête le Hezballah,
Septembre 2000 : déclenchement de la seconde Intifada en Palestine occupée, répression par l’armée israélienne,
Juillet-Août 2006 : Guerre israélienne contre le Liban,
Décembre 2008- janvier 2009 et novembre 2012 : Guerre israélienne contre la bande de Gaza,

Bref historique de la région

L’Egypte devenue indépendante en 1922, était néanmoins sous domination britannique de 1879 jusqu’à l’accord de désengagement signé par Nasser en 1954.
Indépendance de l’Irak en 1932,
« L’indépendance » de l’Arabie Saoudite intervient en 1932 après une longue conquête par la Famille Séoud de la péninsule Arabe qui fit des dizaines de milliers de morts avec l’aide des Britanniques. En 1938, découverte du pétrole et le royaume signe un traité stratégique avec les USA toujours en vigueur. Le Wahabisme est un mouvement fondamentaliste religieux qui a des ambitions politiques, c'est-à-dire qu'il doit se répandre et prendre le pouvoir, fût-ce par l'épée et leur plus grand rival sont entre autres les communistes et tous mouvements progressistes et surtout les chiites.
Indépendance du Liban en 1943,
Après de terribles répressions de la résistance en Syrie par les Français, cette dernière obtient son indépendance en 1946,
Indépendance de la Jordanie en 1946 mais reste sous contrôle de l’armée britannique de Glub Pasha qui contrôlera la Cisjordanie après le partage de la Palestine en novembre 1947,
La Turquie reconnaît Israël en 1949 et devient membre de l’OTAN en octobre 1951 au même moment que la Grèce et fût l’un des alliés les plus fiables des Etats-Unis. Elle est la deuxième armée en effectifs de l’OTAN après l’armée américaine.
Le Koweit sous domination britannique devient indépendant en 1961.
L’indépendance du Yémen
La partie septentrionale était sous domination ottomane jusqu'en 1918. La monarchie y fut abolie le 27 septembre 1962, date à laquelle le pays prit le nom de République arabe du Yémen « Yémen du Nord » où une guerre civile se déroula jusqu'en 1970 soutenue côté républicain par l’Egypte de Nasser et côté royaliste par l'Arabie Saoudite.
La partie méridionale correspond à l'ancien hinterland britannique, formé progressivement à partir de 1839 autour du port d'Aden. Après le départ des troupes britanniques, la Fédération d’Arabie du Sud et le protectorat d’Arabie du Sud se regroupèrent le 30 novembre 1967 pour former un nouvel État indépendant, la République populaire du Yémen du Sud prosoviétique, qui, trois ans plus tard, adopta le nom de République démocratique populaire du Yémen.
Le 22 mai 1990, la République arabe du Yémen (Yémen du Nord) et la République démocratique populaire du Yémen (Yémen du Sud) ont fusionné pour former un seul État, la République du Yémen.
Le Qatar sous domination britannique devient indépendant en septembre 1971.
L’indépendance de Oman
Le sultanat fut placé de fait sous protectorat britannique de 1891 à 1971. De 1965 à 1976, le pays fut le théâtre d'une violente insurrection communiste, dite guerre du Dhofar, provoquée par les mauvaises conditions socio-économiques d'une partie de la population : ce soulèvement fut réprimé par les forces britanniques et iraniennes.
En 1980, un accord est signé pour accueillir une base militaire des États-Unis sur l'île Masirah, utilisée ensuite pour des opérations dans le golfe Arabo-Persique.
 

Si les pays arabes obtiennent finalement leur indépendance, seule la Palestine reste occupée par l’entité sioniste dont la fonction est de diviser le monde arabe et de concentrer la force impérialiste contre le Moyen-Orient et c’est pour cela qu’elle est la cause première et principale de la région.

Août 1990 : Sadam occupe le Koweit parce que les Monarchies du Golfe lui ont refusé un dédommagement financier après la guerre qu’il a mené pour eux et les puissances occidentales contre l’Iran.
1991 : une alliance militaire se déploiera dans le Golfe pour chasser les troupes irakiennes. La Syrie en fera partie en échange de son contrôle sur le Liban. Les dirigeants américains rêvaient depuis des dizaines d’années de déployer des bases militaires dans la région et surtout en Arabie Saoudite. Cette dernière demandera aux troupes américaines de quitter son territoire après les attaques de Dahrane et c’est le Qatar qui accueillera finalement les plus grandes bases militaires américaines au Moyen-Orient. La coalition occupera finalement une partie de l’Irak.
2003 : nouvelle guerre du Golfe contre le régime de Sadam qui est finalement renversé et exécuté. L’Irak est cette fois-ci entièrement occupée par les forces de la coalition et un gouvernement collaborateur se met en place. L’Iran soutient la nouvelle constitution irakienne qui de fait donne le pouvoir aux Chiites.

Dans ce cadre
Historiquement, les grandes puissances – Empire Ottoman, Allemagne, Angleterre, France, Russie, USA – ont toujours été concurrentes pour le contrôle de la région. Elles le sont toujours aujourd’hui, voulant affirmer et maintenir leur présence au niveau politique, économique et surtout militaire. Leur expression favorite étant "l’équilibre des forces" avec livraisons d’armes diverses, tout cela sans tenir compte des intérêts des populations.
Historiquement, l’Union Soviétique était présente en force au Moyen Orient en Egypte, en Irak, en Syrie, au Yémen. Mais au fil des années, elle perd ses alliés et pour comprendre l’acharnement actuel du soutien russe au régime syrien, il faut savoir que la seule présence russe aujourd’hui dans tout le MO se réduit au seul port de Tartous en Syrie. C’est leur unique débouché sur la mer Méditerranée qui de bien entendu est vital pour toutes les raisons évoquées. Tandis que les Américains ont des bases chez les sionistes, au Qatar, en Jordanie, à Oman, au Koweit,…. Même la France possède une base militaire aux Émirats arabes unis.

Les visées impérialistes au Moyen-Orient

Les puissances impérialistes et leurs alliés n’ont jamais abandonnés leur volonté de contrôler la région, mais aussi et surtout de contrôler d’une main de fer les populations. Comme on le voit dans le bref historique, certains Etats au MO ont toujours ou presque toujours été sous contrôle ou alliés des impérialistes pour les matières premières, le canal de Suez, la protection d’Israël. Les guerres coloniales menées par les puissances impérialistes au MO ont créé les conditions de l’émergence de forces nationalistes, islamistes, communistes qui combattront ces puissances.
Mais l’héritage du colonialisme est toujours là, par exemple le Liban, dont la constitution forgée par l’occupation française, octroie les différents pouvoirs institutionnels selon l'appartenance religieuse. Cet héritage colonial a favorisé la guerre interlibanaise ainsi que les interventions étrangères.
Aussi, les rivalités économiques et idéologiques sont utilisées par les puissances impérialistes. Ainsi, l’Arabie saoudite, dont le régime a conquis la Péninsule arabe (de 1901 à 1932 au prix de dizaines de milliers de morts) par l’épée pour implanter le wahabisme sunnite, est utilisé par les USA, l'Europe et donc dans l'intérêt d'Israël, en tant qu’adversaire historique des Chiites, de l’Iran et de régimes non religieux-progressistes comme l’Egypte de Nasser ou l’Irak ou contre toute avancée démocratique dans la région.
Il y a donc un ordre déterminé au MO qui reste pour sa plus grande part une chasse gardée pour les intérêts des USA, de l’Europe et la sacro-sainte sécurité d’Israël. La seule évolution perceptible depuis l’an 2000, c’est l’avancée de l’Iran et de ses alliés (Hezbollah, Hamas, Syrie, Russie, Chine, Irak) sur l’échiquier régional en termes économiques et militaires.
En 2000, la résistance chasse Israël du Sud Liban, ce qui constitue une grande première au MO. En 2006, le Hezbollah empêche Israël d’avancer au Sud Liban et l’oblige finalement à se retirer battue militairement et politiquement. C’est le deuxième grand événement dans la région. Le troisième grand événement, c’est la résistance à Gaza pendant la guerre de 2008/2009 et celle de novembre 2012 qui grâce aux missiles de la résistance qui atteignent Tel Aviv et Jérusalem, Israël arrête son agression. Le quatrième grand événement, c’est la volonté iranienne d’obtenir la capacité nucléaire – devenue aujourd’hui réalité.
Il est un fait que la donne a changé au MO au niveau des capacités de certains régimes – surtout de l’Iran - comme décrit ci-dessus. Il est un fait que l’Iran et l’axe Syrie – Irak - Hezbollah – Hamas, ont pour les impérialistes et Israël dépassé les lignes rouges, surtout celles de la sécurité d’Israël. Surtout que ces régimes ont un appui de la Russie et de la Chine.
Mais il est aussi un fait que la seule chose qui n’ait pas changé, c’est la situation non démocratique de régimes – au Magheb et au Mashrek dont la Syrie, qui pour une raison ou une autre, ont continué à réprimer leur population.
Aujourd’hui, mis à part la nature du régime syrien (que l'on aime ou non ce régime), il y a une coalition non déclarée d’états contre ce régime, qui comprend le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Turquie, Israël, les USA, la France, l’Angleterre, l’Allemagne, la Jordanie,… qui veulent dépecer la Syrie et atteindre par la même le Hezbollah, le Hamas, l’Iran et l'Irak qui est passé dans le giron de l'Iran après le départ des USA. Et même selon Vedomosti (Quotidien russe) ils veulent aller plus loin : « Mais pourquoi la Syrie est-elle le lieu de cette confrontation des intérêts occidentaux avec ceux de la Russie et de la Chine? Moscou et Pékin considèrent probablement les actions américaines en Syrie comme une composante importante d'un plan stratégique de Washington, qu'il faut torpiller à tout prix. »
Il y a sans aucun doute et ce n’est pas nouveau, des plans impérialistes et sionistes pour briser la résistance à leurs projets dans la région et refonder "le nouveau Moyen-Orient" décrit par Bush sur la base des appartenances ethniques ou religieuses. Ainsi, la Syrie et devenue à l’évidence le théâtre de la confrontation entre les superpuissances de la planète et entre les puissances régionales. USA et Europe, Israël et certains régimes arabes d’un côté et Russie, Chine, Iran et autres pays d’un autre coté dans leur concurrence économique et stratégique pour le contrôle de la région. D’où l’aide colossale des alliés de Damas - Vedomosti (Quotidien russe) : « Fin juin 2013, le vice-premier ministre syrien Qadri Jamil expliquait au Financial Times le mécanisme de survie de l'économie et de l'Etat syriens dans le contexte de guerre. Il a notamment indiqué que la Russie, la Chine et l'Iran mettaient en œuvre un programme d'aide à l'économie syrienne et fournissaient au pays tout le nécessaire pour poursuivre la guerre: des produits pétroliers, des aliments et des fonds financiers. Les échanges avec ces pays s'effectuent avec leurs devises nationales, ce qui permet d'éviter d'éventuelles sanctions de la part des Etats-Unis…
Ces livraisons sont assurées par les navires russes, ce qui explique la nécessité d'une présence continue de la marine russe près des côtes syriennes, aussi bien que le sens réel des déclarations des chefs militaires russes concernant une présence permanente des bâtiments de guerre russes en Méditerranée. Les fournitures de pétrole, à elles seules, atteignent 500 millions de dollars par mois.
Si les actions de l'Iran dans le conflit syrien - ce dernier a octroyé à Damas un crédit illimité - sont tout à fait compréhensibles, l’attitude de la Russie et de la Chine pourrait révéler le début d'une nouvelle étape de leur coopération internationale.
Face à une nouvelle tentative américaine de faire chuter un régime ami, Moscou et Pékin n'ont aucune envie de se limiter comme jadis à des protestations à l'Onu. Ils ont mis en œuvre un programme coordonné à long terme –visiblement- visant à octroyer à la Syrie une aide économique, politique, militaire et technique. Le tout malgré une pression montante de la part des Etats-Unis. La Russie a donc envoyé ses navires vers la zone de conflit afin de garantir la réalisation de ce programme et il est possible que la Chine ait joué un rôle plus important dans les efforts économiques visant à épauler la Syrie. »

Le prétexte et l’opposition

Il est évident que le prétexte d'intervention pour les puissances impérialistes et leurs alliés fût la mobilisation populaire en Syrie pour avancer leurs pions sur le terrain de "l’opposition". Le fait que le régime syrien soit une dictature importe peu. Ce même régime était allié de Washington quand ce dernier menait sa guerre contre l’Irak en 1991 et ça ne les embarrassait pas.
Concernant l’opposition, il faut savoir qu’il y a une myriade d’organisations plus ou moins importantes, historiquement opposées au régime à l’intérieur de la Syrie. Cela va des Frères musulmans aux communistes de toutes tendances, en passant par les nationalistes... Au début de la mobilisation en Syrie, un grand nombre de ces opposants sont inorganisés, sans moyens et n’ont pas de relations avec le déclenchement de la mobilisation populaire qui reste jusqu’à aujourd’hui sans maître.
Ce qui s’est passé en Syrie dès le déclenchement des manifestations, c’est la création et la coordination de groupes locaux qui continuent à agir dans leur grande majorité pacifiquement contre le régime. Ce sont les groupes de coordination.
On retrouve dans l’opposition syrienne des soldats qui ont fuit l’armée et qui pour certains ont constitué des groupes armés avec plus ou moins de moyens et de coordination (soutenus parfois par différents pays) et qui combattent les forces du régime. C’est l’armée syrienne libre, dont le nombre est estimé à environ 100 000 membres.
Puis il y a les groupes introduits et téléguidés de l’étranger et qui sont armés et entrainés par l’émir du Qatar ou le roi d’Arabie Saoudite qui se prennent pour les commandeurs des croyants. La Turquie, les USA et la Jordanie arment et entraînent aussi ces groupes. Si ces derniers luttent contre le régime, ils commettent aussi des massacres contre la population civile syrienne afin d'imposer le Califat. Dans leur grande majorité, ils ne sont pas syriens et ne luttent pas avec les groupes de coordination et l’armée syrienne libre. Même parfois, ils se combattent.
Sur le plan politique, plusieurs mois après le déclenchement de la mobilisation populaire, des puissances comme la France, l’Angleterre, les USA ont soutenu la création du conseil national syrien qui ne représente que les Frères musulmans syriens avec certaines personnalités indépendantes sans influence, mais qui a été vendu à l’opinion publique comme LE représentant du peuple syrien.
Aujourd’hui, le conseil national syrien fait partie de la coalition syrienne qui a été déclarée « seule et légitime » représentant du peuple syrien alors qu’elle a été désavouée par les groupes de coordination et l’armée syrienne libre à l’intérieur de la Syrie. Les membres de cette coalition, les uns liés à la Turquie, au Qatar, à la France, aux USA, à l’Arabie Saoudite, s’écharpent pour des postes qui finalement ne représentent rien de concret mais en profitent pour s’enrichir au passage.
On retrouve même en soutien à une certaine opposition syrienne, les forces libanaises alliées des Américains et d’Israël ainsi que le clan Hariri à la solde de l’Arabie Saoudite et même Bernard Henry Levy qui, travaillant ouvertement au profit de l’entité sioniste, s’est réuni à Paris avec les Frères musulmans syriens, les encourageant à demander une intervention étrangère, et qui s'est même rendu en Jordanie où il à rencontré les Frères musulmans jordaniens.
On le voit, l’opposition syrienne est une mosaïque qui n’a pas de projet politique unifié crédible qui garantisse la souveraineté du territoire syrien, ou une alternative politique garantissant les intérêts et les droits fondamentaux du peuple syrien qui paye le prix du sang pour cela. Surtout, elle ne garantit pas les droits d’environ 35 groupes ethniques et religieux en Syrie comprenant des musulmans sunnites, chiites, alaouites, des chrétiens de diverses tendances, des Kurdes, etc… Son organe soit disant représentatif n’est pas démocratique dans sa composition ni dans son projet.
Cette « opposition » n’a pas su, pour les raisons évoquées, rassembler la majorité de la population syrienne derrière elle pour renverser le régime et ne peut dans ces conditions constituer une alternative crédible et démocratique pour le pays.
Mais pour aller dans le détail, c’est l’organisation des Frères musulmans de Syrie qui est majoritairement représentée dans cette coalition et comme tous les Frères musulmans, ils ne veulent pas travailler politiquement avec les autres composantes politiques syriennes et constituer démocratiquement une représentation nationale, ce qui serait salutaire pour tout le peuple syrien. E les interventions qataries, saoudiennes, turques et autres n'ont pas seulement pour objectif de bloquer toutes tentatives d’unification de l’opposition, ils veulent surtout empêcher l'apparition de la démocratie.
Le régime syrien lui en rit et agite le spectre de l’intégrisme pour embrigader la population syrienne derrière lui. Il a ces derniers temps brandi la menace du groupe Al Nosra qui « allait contrôler le territoire syrien », ce qui est totalement faux même si ces groupes restent dangereux. C’est en fait l’arbre qui cache la forêt de la répression que subit le peuple syrien.
Et là il faut un minimum d’honnêteté pour arrêter de justifier le bombardement de la population syrienne et les crimes commis par le régime derrière l’argument : « ce sont des terroristes qui s’attaquent au régime syrien qui défend la résistance » même si certains groupes comme Al Nosra ou l'Armée d'Irak…… commettent des massacres.
Il faut rappeler ici un principe fondamental, qui est que même quand on est engagé dans la résistance, on ne peut réprimer une population civile désarmée.
Il faut rappeler aussi que la nature répressive de ce régime n’a pas commencée en mars 2011.
Il faut aussi rappeler que ce n’est pas parce que certains du camp adverse sont barbares et condamnables que cela justifie l’action du régime contre sa population.
Certains diront que le conflit armé a été imposé au régime. C’est faux, au début, il n’y avait pas de conflit armé, le régime pouvait arrêter le processus, mais se sentant rempli d’un sentiment de puissance, certains disaient «  Oh, en quelques semaines, ces manifestations s’arrêteront », et même Buthaïna Chabane, la conseillère de Bachar al Assad avait déclaré : « Regardez, se sont encore les Palestiniens qui fomentent ces troubles » ne voulant pas voir en face comme son régime qu’il y avait un mouvement populaire sans précédent et sans aucune relation avec une organisation syrienne ou étrangère qui réclamait la liberté et la démocratie pour le peuple syrien, mouvement qui est devenu l’acte fondateur d’un processus politique révolutionnaire qui tend à faire tomber un régime dictatorial.
Il n’empêche qu’au mois de février 2012, soit 11 mois après le début des manifestations, ces dernières continuaient et c'est grâce à elles que le régime a supprimé le paragraphe n°8 de la constitution qui maintenait le monopole du parti Baath sur la société syrienne. Le voilà le problème essentiel. Mais comme tous les régimes dictatoriaux aveuglés par leur sentiment de puissance, il ne voulait pas le reconnaître, et quand il a fait cette modification, c’était trop tard, la mobilisation et la répression prenaient une autre dimension avec l’intervention des forces réactionnaires et impérialistes.
Pour ma part je soutiens le camp de la résistance et je suis contre toute intervention étrangère mais je ne soutiens pas la nature de ce régime. Là, je m’adresse à ceux qui parlent de sauver « le seul régime de la résistance contre Israël » que ce n’est pas rendre service à la résistance, si c’est cela le but ultime. Car comment concevoir une Syrie forte pouvant résister aux plans impérialo-sionistes de la région en détruisant ses villes et ses villages, en massacrant sa propre population, en détruisant ses propres infrastructures ? N’est-ce pas Israël le seul bénéficiaire de tout cela ?
Certains rediront que le conflit armé a été imposé au régime. C’est faux, et en précisant que les chars et les avions de combats sont du côté du régime et encore une fois celui-ci avait l’opportunité comme l’avait entreprit le vice président Farouk Al Chareh de dégonfler politiquement et militairement l’opposition en prenant les devants et en organisant une conférence nationale pour le dialogue politique. Jusqu’à très récemment, il a déclaré qu’il n’y aura pas de vainqueur militaire et qu’il fallait que le régime engage des discussions pour une phase transitoire.
Mais le régime veut en finir coûte que coûte et les puissances étrangères font tout pour qu'il n'y ait aucune solution politique. Mais il n’empêche que le problème essentiel est toujours là, c'est-à-dire que le peuple syrien est devenu en partie réfugié en dehors et dans la Syrie (6 millions) avec environ 100 000 morts, des milliers de blessés, de disparus et d’emprisonnés.
Concernant la résistance, et plus particulièrement au Liban ; qui peut garantir que le conflit ne s’y propagera pas ? Certains du clan Hariri (et l'Arabie Saoudite) et d’autres s’y préparent. Le 15 et le 23 août, trois attentats ont fait plus de 70 morts au Liban.
Certains disent : mais s’il faut choisir entre le régime syrien et les chiens de Qatarie, Saoudiens, je choisis le régime syrien.
Sommes-nous devenus si aveugles pour ne pas voir la nature de tous ces régimes qui ne sont ni plus ni moins que des dictatures familiales Saoude, Al Thani, Moubarak, Ben Ali, Abdallah Saleh, Kadafi, Al Bachir, les Hashémites de Jordanie, Assad… qui confondent leurs propres intérêts avec ceux de leurs Etats respectifs, tout cela sous couvert de résistance ou autre, mais dans les faits ils utilisent les populations dans leurs intérêts.
Sur un autre plan, la Russie et la Chine jouent un rôle important dans la région en soutenant de tels régimes. Personnes n'est dupes. Leur soutien au régime entre dans le cadre des intérêts de chaque nation. La Russie et la Chine connaissent très bien la nature du régime syrien et peuvent en faisant pression changer sa nature. Mais qu'importe, tant qu'elles tirent bénéfice de la situation. Certains diront, mais ce n'est pas la Russie ou la Chine qui envahissent la Syrie, mais le fait est que les chars, les missiles, les avions et les hélicoptères sont Russe et les finances chinoises. C'est vrai que le régime résiste à la pire des coalitions mais en même temps il réprime son peuple.
S'il est vrai qu'une coalition impérialiste attaque la Syrie, la Russie et la Chine peuvent définitivement faire basculer la  balance en faveur des intérêts des populations, par exemple en livrant des missiles S300. Mais ils ne le font pas.
Donc, il ne s’agit ni plus, ni moins que d’un jeu d’intérêts, d’influences et d’équilibre des forces militaires qui implique les plus grandes puissances mondiales. L’obtention par la Syrie, le Hezbollah ou une organisation palestinienne de ces missiles antiaériens aurait évité depuis des années les incursions et les attaques israéliennes au Liban (guerre de 2006), en Syrie ou à Gaza. Si la Russie n’a jamais livré ces armes, c’est que fondamentalement elle ne veut pas nuire à Israël pour ne pas subir directement le feu des impérialistes et le simple fait de menacer d’en livrer rappelle les règles du jeu de l’équilibre des forces dans la région entre les USA et la Russie et des forces sur le terrain. Le message de la Russie est « Vous gardez Israël et nous la Syrie et l’Iran. »
Dans ce cadre de jeu, les Américains ont répondu aux Russes et ont accepté après avoir reconnu que la Syrie n’était pas la Lybie, qu’ils n’allaient pas fournir d’armes lourdes à l’opposition. Même s’ils ont applaudi l’Union européenne qui a levé l’embargo sur les armes en Syrie, « ils n’ont aucune envie d’armer une rébellion éclatée entre modérés et jihadistes, de peur d’être embrigadés dans une "guerre par procuration" contre l’Iran et la Russie, notent des experts. »
Au contraire, il faut tenir la conférence de Genève. Mais dans les rangs des supporters de certains opposants, comme l’émir du Qatar ou l'Arabie Saoudite, ils ne veulent rien entendre. Qu’à cela ne tienne, la menace russe est trop forte, et l’émir du Qatar avec son premier ministre ont été changés.
Dans cette situation, les sionistes relèvent dans un rapport militaire : « qu’avec le soutien de deux superpuissances, la Russie et la Chine, la certitude que l’Otan comme les régimes arabes n’interviendront pas militairement pour faire tomber le régime, avec une situation économique désastreuse, avec la volonté de la communauté Alaouite de garder le pouvoir, avec une opposition dont le slogan et le déchirement, tout ceci octroie au président syrien une occasion en or de rester au pouvoir… »
La conclusion de tout cela est le statu quo. Il ne s’agit plus de résistance et de libération, il s’agit d’équilibre des forces. C'est-à-dire que la Syrie soit détruite et le peuple syrien meurt pour les intérêts quataris, saoudiens, américains, européens, russes et chinois dans la région. L’important est de ne pas toucher à Israël. Le régime syrien est utilisé par la Russie et la Chine pour l’équilibre des forces dans la région et l’Iran l'utilise comme l’Irak comme un rempart pour sa sécurité nationale. Il y a un fameux proverbe qui dit : «ta propre sécurité commence chez ton voisin.»
Il faut sauver le soldat Assad : « Après moi le chaos… »
Quand au président Bashar Al Assad, il déclare dans un entretien au Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) publié mardi 18 juin 2013 dans son intégralité par l’agence officielle Sana, que le conflit va durer "longtemps" en accusant les pays soutenant l’opposition d’entraver les efforts de paix. Et d’ajouter "Si je décide de quitter le pouvoir dans les circonstances (actuelles), ce serait une trahison nationale. Mais c’est une autre question si le peuple le réclame". "C’est par les élections ou le référendum que l’on sait que le peuple veut que vous quittiez votre poste", a-t-il assuré. "Le mandat du président (syrien) s’achève en 2014. En temps de crise (...) il est normal de ne pas quitter le pays".
Il est aberrant de constater qu’après 43 ans de règne de la famille Assad avec tous les faits rappelés, que le président Assad et le régime ne supportent aucune responsabilité de ce qui se passe en Syrie. Nous devons comprendre que s’il part maintenant, ce sera le chaos pour le peuple syrien et les peuples du Maghreb et du MO. Mais aujourd’hui c’est déjà le chaos et c’est le régime qui est responsable de cette situation. C’est le régime qui, en prenant le pouvoir et en prenant les pires mesures contre son peuple, a créé cette situation.
Au bout de 43 ans de dictature, d’abandon en 1970 de la résistance palestinienne en Jordanie, d’alliance en 1976 avec les fascistes libanais, de massacre et de destruction à Tel El Zaatar, d’abandon du Golan aux mains de l’occupant sioniste, d’abandon de l’armée syrienne qui se fait massacrer en 1982 par les sionistes au Liban, de soutien à une guerre de 1981 à 1988 avec l’Iran contre un peuple frère l’Irak, d’une guerre avec le mouvement Amal contre les camps de réfugiés palestiniens au Liban, d’alliance avec les impérialistes dans leur guerre contre le peuple frère d’Irak en 1991, de n’avoir rien fait pour aider le peuple frère d’Irak en 2003 lors de la deuxième guerre, qui a été livré aux forces d’occupation des forces impérialistes et à l’Iran.
Ce n’est pas ça le nationalisme arabe. Ça c’est de la barbarie et le fait de vouloir rester au pouvoir face à ce que vit le peuple syrien, est dérisoire et vil et c’est surtout considérer que le peuple syrien et les autres peuples de la région n’ont aucune intelligence et n'ont aucun sens patriotique.

Dernière nouvelle : selon le quotidien britannique The Independant  (juillet 2013) :
« La Grande-Bretagne a autorisé ses entreprises à fournir à Damas et Téhéran du matériel militaire et d'intelligence malgré les déclarations de Londres sur le caractère «répressif» de ces régimes.
Une enquête menée par la Commission chargée de contrôle des exportations d'armes du Parlement britannique fait ressortir que ces dernières années, le gouvernement britannique a octroyé plus de 3000 licences d'exportation, pour une somme équivalent à environ 15 milliards d'euros, pour l'exportation de marchandises stratégiques, notamment militaire et d'intelligence, à des régimes que le Foreign Office considère par ailleurs comme responsable de violations des droits de l'homme.
Dans un contexte où Londres déclare vouloir approvisionner l'opposition syrienne en armements et en équipements de protection, au moins trois contrats visant à fournir Damas en composants de véhicules blindés et en équipement acoustique ont été conclus par les entreprises britanniques. »

Il est important de donner cette information pour tous ceux qui ne connaissent pas la situation et ces régimes qui d'un coté font de beau discours sur les principes et insultent les puissances occidentales et d'un autre commercent tranquillement avec elles pour des armes ou d'autres choses.
Si le régime syrien avait utilisé son arsenal contre Israël, c'eût été une autre histoire. Mais quand il a commencé à réprimer son propre peuple et les Palestiniens dans les camps en Syrie ça a révélé sa véritable nature.
Si, comme on l’a vu la question de la présence d’Israël dans le conflit est présente en Syrie d’une façon incontournable, on peut relever que peu d’opposants syriens relèvent ce point, comme en Egypte d’ailleurs.
Pourquoi est-il indispensable de relever ce point et de l’inscrire au centre de l’analyse et du processus révolutionnaire au MO ? C'est parce qu'Israël joue un énorme rôle avec ses alliés. Un exemple parfait qui illustre cette influence, ce sont les derniers évènements en Egypte. Qui aurait cru que l’armée égyptienne, qui est le bras des USA, aurait organisé un coup d’État contre les Frères musulmans qui pourtant n’avaient pas remis en cause les accords de camp David avec l’entité sioniste et ne constituaient donc aucun danger pour les intérêts américains et sionistes dans la région ?
C'est le fait que Morsi ne voulait pas fermer définitivement les points de passages avec Gaza et qu'il ait maintenu des relations avec le Hamas ainsi que les jeux d'alliances et de concurrence qui ont joué en Egypte. L'axe Qatar-Turquie-Frères musulmans d'Egypte voulait supplanter l'Arabie Saoudite sur la scène régionale. Cette dernière avec les beaux restes du régime de Moubarak et la volonté d'Israël, sont venus à bout des frères musulmans.
Si ces derniers ne sont pas un danger pour Israël, les groupes armés présents au Sinaï ne le sont pas forcément tous. ils est clair qu'ils servent d'alibi pour Israël pour demander avec le général Sissi la fermeture des tunnels qui alimentent Gaza entre autre en armes ainsi que le point de passage de Rafah entre l'Egypte et Gaza. Et c’est pour cette raison qu’Israël avait autorisé la présence de forces égyptiennes au Sinaï, "pour faire le ménage".
Aujourd'hui Israël est ravie, son généralissime SISSI a non seulement fermé Rafah, mais il a rompu avec le Hamas et il mène avec ses chiens de gardes une campagne haineuse contre le peuple palestinien et le Hamas en particulier qu'il a dernièrement accusé de vouloir "envahir" la péninsule du Sinaï… Israël en rigole encore…
Si je n'approuve en aucune façon le coup d'Etat du Généralissime SISSI, je n'approuve pas le bilan des frères musulmans en Egypte, qui ont fait beaucoup d'erreurs notamment en tuant des manifestants à Alexandrie, à Port Saïd et à Maspero, ce qui à retourné la population contre eux, en plus du bilan économique désastreux…..
Ceci prouve que le régime de Moubarak qui s’appuyait essentiellement sur l’armée est encore fortement présent en Egypte et ce qui s’est passé prouve que même Israël a joué un rôle à distance dans le coup d’Etat en Egypte.
A ceux qui doutent de la puissance de l’ordre impérialiste et d’Israël au MO, on peut leur dire de bien suivre l’actualité et de bien analyser la situation et de bien comprendre qu’il y a une force colossale à la mesure des richesses présentes dans cette région.
Une autre composante de cet ordre impérialiste, ce sont les régimes alliés directs des USA et d’Israël : l’Arabie Saoudite et le Qatar (tous les deux Wahabite) au premier degré qui, avec leurs richesses considérables, peuvent contrôler en partie certains États de la région ou des organisations ou des mouvements ou des personnalités comme par exemple Khaled Mechaal secrétaire général du Hamas où les divergences ont éclaté au grand jour après qu’un des courants du mouvement a exprimé son souhait de se réconcilier avec le Hezbollah et l’Iran et de rompre son alliance avec le Qatar (source : Al Jarida - quotidien koweitien).
Aujourd'hui, l’Arabie Saoudite, 1er ennemi de la démocratie dans le monde, à fait savoir à Washington qu'elle était prête à reconnaître Israël et à l'admettre au sein de l'organisation des Etats du Golfe en échange de l'attaque par Washington sur le régime syrien. Le chef des services de renseignements saoudiens, le prince Bandar Ben Sultan est décrit par The Wall Street Journal (Quotidien américain - Adam Entous, Nour Malas, Margaret Coker – 28 août 2013) "comme le vétéran de l'intrigue diplomatique à Washington et au Moyen-Orient", et il "a expliqué aux Américains qu'il ne s'attendait pas à une victoire des rebelles sur le terrain dans l'immédiat.
Le prince Bandar a confié à son demi-frère Salman la supervision et l'entraînement des rebelles syriens en Jordanie.
Les Saoudiens ont commencé en hiver à déployer des efforts considérables pour convaincre les Américains et les puissances occidentales que le régime de Bachar Al-Assad a franchi la ligne rouge en utilisant des armes chimiques. Les services secrets saoudiens affirmaient en février que le régime a utilisé des armes chimiques en faisant parvenir des «preuves» aux Américains.
Le roi Abdallah d'Arabie saoudite a transmis un message au président Barack Obama en avril lui disant que la crédibilité des États-Unis serait écornée si le régime syrien et son allié iranien gagnaient la bataille.
Parallèlement à ce message, le prince Bandar et l'ambassadeur saoudien à Washington ont travaillé intensément pour convaincre la Maison-Blanche et le Sénat de la nécessité de frapper la Syrie.
Par la suite, le prince s'est entretenu à Paris avec des responsables français et en juillet, il s'est rendu à Moscou, où il a expliqué, selon des diplomates, à Vladimir Poutine, que le royaume saoudien détient de fortes sommes d'argent qu'il va utiliser pour gagner la bataille en Syrie.
Il y a un quart de siècle, c'est le même Bandar ben Sultan qui a armé les moudjahidines afghans contre les troupes soviétiques.
Le week-end dernier, l'Arabie saoudite a accentué la pression sur Washington pour attaquer la Syrie en réponse aux «attaques chimiques».
«Vous ne pouvez pas comme président tracer une ligne et ne pas la respecter», aurait dit le message saoudien au président Obama, selon un diplomate."
 Ce même Bandar Ben Sultan, a proposé à Vladimir Poutine (selon des extraits du compte rendu de leur rencontre en juillet dernier publié dans le journal libanais Al Safir) des contrats d'une richesse incroyable en échange de l'abandon du régime syrien. Mais Poutine a refusé et le Prince a déclaré qu'il contrôlait des groupes de Tchétchènes et qu'il pouvait menacer le déroulement des jeux olympiques de Sotchi en Russie.
Dans le même cadre, l'Arabie Saoudite et le même prince Bandar organisent la vague d'attentats qui se déroulent actuellement en Irak qui est rangé derrière la Syrie ainsi qu'au Liban, dans lequel elle veut provoquer une guerre interne afin d'obliger le Hezballah à se retirer de Syrie.

Il est un fait que la guerre que mène les groupes étrangers avec l'aide des puissances citées se poursuivra contre la Syrie et son régime ainsi que la lutte du peuple syrien pour sa liberté. Mais l'ambition impérialiste et sioniste ne s'arrêtera pas là. Une guerre non déclarée est menée contre l'Irak (plus de 1000 morts en juillet 2013), une agression est menée au Liban actuellement et qui sait une guerre sera menée demain contre l'Iran…
Voilà la situation aujourd'hui des peuples au Maghreb ou au M-O. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'ils ne sont pas maître de leur destin et qu'ils payent le prix de la mort, les désirs des régimes dictatoriaux qui mènent la barque du pouvoir.

Pour terminer cet article, il est à noter que face aux régimes d’inspiration nationaliste qui tirent leur légitimité historique de la lutte contre les occupations présentes dans ces régions allant du Maghreb au Machrek, se sont développées des oppositions d’inspirations idéologiques diverses, les unes islamistes, les autres communistes.

On peut dire aujourd’hui avec certitude :

-          Que les projets politiques communiste, nationaliste, islamiste ont échoué dans la région parce qu’ils n’étaient pas démocratiques dans leur essence et leur organisation, même s'ils ont obtenus des victoires importantes contre le colonialisme et pour la liberté des peuples ainsi que certains droits. Un des cas d'échecs des nationalistes par exemple est d'avoir méprisé – cas de l’Algérie – les populations berbères non arabes, ou les Kurdes au Machrek…..
-          Que les femmes sont méprisées et exploitées ainsi que les enfants dans tous ces pays.
-          Que la corruption est le système de fonctionnement présent dans ces pays ainsi que l’absence, le manque ou la faiblesse de services publics comme la santé, l’éducation, …..
Et que la répression est la règle d’or de ces régimes.
Seulement, les hommes, les femmes et les enfants ne veulent pas vivre éternellement l’échine courbée, sans droits et sans liberté.

Pour conclure, le seul véritable Enjeu et la seule véritable solution, c’est la démocratie et la justice sociale dans des États de droit. En Syrie comme ailleurs, la solution tient en trois mots ; TRANSFERT DEMOCRATIQUE DU POUVOIR. Tant que la question du transfert du pouvoir n'aura pas été réglée, les populations se soulèveront, les régimes réprimeront, certains Etats ou organisations interviendront, etc…..

Walid Atallah/

Le 29 août 2013

 

Rubriques: