Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

L'histoire en bref des juifs ashkénazes qui ont occupé la Palestine

Les juifs ashkénazes, fondateurs du sionisme et d'Israël n'ont aucun rapport historique avec la Palestine. Le mythe du peuple juif et de la terre promise n'est qu'une idéologie sioniste dont le but est de justifier l'occupation de la Palestine par les milices sionistes venant d'Europe, selon des historiens dont des juifs occidentaux et israéliens. Ce sont des juifs ashkénazes originaires du royaume des Khazars, entre le Sud de la Russie et le Nord de la Turquie actuelles. Leurs ancêtres furent des nomades turcs (le mot Kharkov signifie nomade en langue turque) qui furent sédentarisés dans le Caucase, où ils avaient fondé un royaume appelé royaume des Khazars ; royaume qui se serait constitué au VIe siècle de notre ère.

Devenus un État puissant, les Khazars contrôlaient une partie importante de l'Asie centrale qui correspond géographiquement au Sud de la Russie, le Kazakhstan occidental, l'Ukraine orientale, la Crimée, l'est des Carpates, l'Azerbaïdjan et la Géorgie (du XXIe siècle). C'est au VIIe siècle de notre ère que le roi Bulan (roi des Khazars), connu pour son respect de la diversité culturelle et religieuses, et aussi comme protecteur des opprimés qui lui demandaient refuge), aurait accueilli chez-lui des rabbins fuyant la Grèce où les juifs auraient été persécutés.

Au cours de ses nombreuses discussions avec ses hôtes sur les religions, convaincu par leur sagesse, le roi aurait décidé d'embrasser le judaïsme ; suite à quoi une partie de son peuple lui auraient emboîté le pas. C'est ainsi que le roi des Khazars déclara le judaïsme comme religion d' État de son royaume qui régna comme tel sur la région du Caucase du VIIe au Xe siècle, avant de s'éteindre définitivement au début du XIe siècle.

 

La négation de soi

Les juifs ashkénazes d'aujourd'hui, et notamment les sionistes parmi eux, renient leurs origines khazares, malgré des preuves données par des historiens juifs occidentaux et par les nouveaux historiens israéliens, comme Shlomo Sand (https://fr.wikipedia.org/wiki/Shlomo_Sand), et Ian Pape (https://fr.wikipedia.org/wiki/Ilan_Papp%C3%A9), entre autres ; ou encore le juif américain, Kevin Alan Brook « The Jews of Khazaria, 1999). Pour tous auteurs, les juifs ashkénazes sont des khazars et n'ont aucun rapport historique avec la Palestine.

 

Au fil des années et des siècles, les juifs khazars gagnèrent d'autres contrées en Europe et en Asie, voir en Amérique, en incitant à leur tour des populations à embrasser le judaïsme. Les juifs occidentaux sont appelés juifs ashkénazes, par opposition aux juifs séfarades qui sont originaires des pays arabo-musulmans. C'est pourquoi l'Empire russe, devenu URSS par la suite, est le pays où il y a le plus de juifs au monde. C'est ce pays qui a fourni le plus grand nombre de juifs qui ont émigré en Palestine pour fonder ensuite l'État d'Israël.

Ceci dit ceux qui ont fondé cet État en Palestine n'ont aucun rapport historique ni avec la Palestine, ni avec le sémitisme dont ils se proclament. Sachant que le mot « sémitisme » est l'éponyme de Sem, fils de Noé selon la Bible, originaire du pays de Canaan (l'actuelle Palestine) que des milliers de kilomètres le séparent de l'ex royaume des Khazars d'où sont originaires les juifs ashkénazes qui ont occupé la Palestine.

Ceci prouve que ces derniers ne sont pas des sémites ; les vrais sémites sont les habitants du pays de Canaan et alentours, avec toute leur diversité religieuse dont les juifs cananéens/palestiniens qui n'étaient que 8.000 citoyens palestiniens en 1882 lors de la première vague d'émigration juive d'Europe en Palestine.

 

La honte de soi !

Les juifs qui contredisent l'idéologie sionistes sont qualifiés de honte de soi, de traître, voire d'antisémites ! Parmi eux on peut citer Shlomo Sand (historien israélien) qui a écrit, en 2009, un livre intitulé : « Comment le peuple juif fut inventé ? » Il reconnaît que les juifs ashkénazes qui ont occupé la Palestine n'ont aucun rapport historique avec la Terre sainte ; comme il soutient que la « diaspora juive » n'a jamais existé ; cet auteur s'appuie sur des œuvres d'historiens juifs et non juifs très anciens, tel Jacques Basnage de_Beauval « Histoire de la religion des Juifs depuis Jésus-Christ jusqu'à présent », La Haye, 1706 (https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Basnage_de_Beauval).

 

Ceci signifie que « la diaspora juive », comme le « peuple élu » ou « la terre promise » n'est qu'un mythe idéologique inventé par l'organisation sioniste mondiale, ni plus ni moins. Mais les sionistes maintiennent leur revendication d'appartenance au « peuple élu », au Sémites et aux Hébreux de Palestine ; car s'ils reconnaissaient leurs origines Khazares, ils reconnaîtraient qu'ils n'ont aucun rapport historique avec la Palestine. Dans ce cas précis leur idéologie tomberait à l'eau et le monde les maudira de lui avoir menti pendant des siècles pour justifier leur occupation de la Palestine au détriment de son peuple originel.

Merci de publier et partager

 

Chérif BOUDELAL

Rubriques: