Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

L'occupation cible les femmes palestiniennes

108 prisonnières dont 5 mineures et 20 mères qui attendent de voir leurs enfants

Un rapport émis par le ministère des affaires des prisonniers et des libérés le 20 septembre rapporte que les forces de l'occupation cible les femmes palestiniennes, en les arrêtant et les brutalisant. Le rapport établit que le nombre des femmes arrêtées s'est particulièrement élevé au cours de l'intifada al-Aqsa, passant de trois femmes avant l'Intifada à 108, dont 5 mineures et 20 mères de familles qui attendent de retrouver leurs enfants.

Le rapport ajoute que deux femmes ont accouché à l'intérieur des prisons, Manal Ghanem et Mirvet Taha. Les prisonnières sont réparties dans la prison de Telmond (56 prisonnières) et celle de Ramleh (44), pendant que les autres subissent des interrogatoires dans les prisons de Jalama, Moskobiyya et Atzion.

Le rapport indique que 45 femmes ont été lourdement condamnées, certaines jusqu'à des centaines d'années de prisons, alors que 58 prisonnières attendent encore leur jujgement, et 5 prisonnières sont en détention administrative.

Concernant la situation sociale des prisonnières, le rapport indique que 75 femmes sont célibrataires, 8 sont divorcées, 20 sont mariées, 5 sont mineures. 8 prisonnières étaient employées, 80 étudiantes, 20 sont des femmes au foyer.

Concernant leur lieu d'habitation, le rapport indique que la région de Naplouse est la plus visée, le nombre de prisonnières habitant cette région est de 25, 20 femmes viennent de Jénine, 17 de la province de Tulkarm, 13 d'al-Khalil, 8 de la région d'al-Quds, 7 de Bethlehem, et 6 Palestiniennes des terres de 48, ainsi que 5 de la région de Ramallah, 4 de la région de Qalqylia, 2 de la région de Gaza et une d'Ariha (Jéricho).

Les prisonnières subissent des conditions de détention très dures, elles sont fouillées à nu, leur état de santé est négligé, elles sont privées des visites familiales. Les filles mineures sont enfermées avec des adultes, et la vitre de séparation a été installée dans les parloirs pour séparer l'avocat et les familles d'une part, de la prisonnière de l'autre. Les pièces de détention sont humides, les prisonnières manquent de vêtements et de couvertures, surtout pour l'hiver prochain, elles sont interdites de poursuivre leurs études et d'accomplir leurs prières, elles sont constamment insultées de façon grossière, et subissent les châtiments collectifs et les amendes. Elles n'ont aucun moyen de se divertir ni de faire du sport.