Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

la véritable histoire d'Ahmed Elkhattib

Confrontés à un quotidien fait d'humiliations , de destructions et d'assassinats de la part des militaires israeliens, les enfants palestiniens ne font pas exception et comme dans n'importe quel pays en guerre, ils veulent jouer au soldat , pour se construire une dignité face à la force immaîtrisable et arbitraire de l'oppresseur. C'est ainsi que se forge le matériau symbolique de résistance à l'effondrement de leur psyché. Et s'ils ont à demander un jouet, c'est une arme , factice ,qu'ils choisissent. Le jour de l'Aîd al Fitr , qui clôture le mois du jeun de Ramadan, près de Jénine, Ahmed AlKhattib venait de recevoir le cadeau qu'il réclamait à son père, un fusil mitrailleur en plastique , et il s'est pris à jouer dans les rues voisines avec ses camarades de quartier.Une patrouille passait par là . L'enfant fut pris pour cible dangereuse et blessé mortellement. Reconnaissant immédiatement la méprise, le chef de l'escouade a porté le petit à l'hôpital de Jénine . Là les premiers soins lui furent apportés, une hémorragie interne a été rapidement contrôlée mais un transfert urgent devait se faire vers un centre hospitalo-universitaire à Haïfa.Les soldats israeliens s'offraient pour l'accompagner mais il fallait obtenir l'accord de la coordinatrice médicale israelienne , une dénommée Dalia, qui a exigé pendant 45 minutes une garantie pour le paiement des soins futurs. Enfin autorisé à être conduit, Ahmed fait un arrêt cardiaque au check-point . Il est réanimé sur place et récupère ses fonctions vitales. Peu de jours après, il est déclaré en mort cérébrale. Ses parents décident alors de faire don de ses organes à des Israeliens en attente de greffe. Voilà la véritable histoire de ce magnifique geste des parents Elkhattib qui ne cessera de nous questionner sur le sens du pardon qui inclut pour son accomplissement véritable la désignation des coupables , leur jugement équitable, et qui nous enseigne de quel côté se loge le camp de la peur et de la haine aveugles. Aucune paix ne peut être décrétée sans la justice qui doit la fonder. Les Israeliens continueront-ils à rester sourds au récit de la souffrance de Palestiniens? Le recours à un texte biblique , dont la dernière élaboration remonte à 2500 ans , si poétique qu'il fût , peut-il être un texte fondateur de droit international? Les Palestiniens et le monde arabe , qui n'est pas que musulman , ont entendu pour leur part les heurs et malheurs des Juifs dans le monde occidental , ils peuvent offrir leur compassion et leur intelligence , mais pas expier pour des crimes qu'ils n'ont pas commis.

Post-Scriptum : ( d'après le témoignage du Dr Mohamed AbouGhali, chirurgien pédiatre et directeur de l'höpital de Jénine)