Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

La ville d'Al-Khalil : s'opposer à la judaïsation

Centre Palestinien d'Information

Les fêtes juives n'en finissent pas de susciter l'inquiétude des citoyens palestiniens, et notamment dans la ville d'al-Khalil, située au sud de la Cisjordanie, à cause de ce qu'elles sont l'occasion pour les colons d'accroître leurs agressions contre la population et leurs propriétés, et à cause des mesures prises par les occupants, bloquant toutes les issues et encerclant la ville. La ville d'al-Khalil se transforme, lors de ces occasions, en champ ouvert à tous les actes racistes et ignobles, et notamment lors des célébrations religieuses, lorsque les colons des principaux mouvements entrent dans la ville pour afficher leurs forces et leur degré de fanatisme. Pour les observateurs, il s'agit d'actes programmés visant à renforcer la colonisation et la judaïsation de la vieille ville.

Caserne militaire

Akram Natshe, citoyen de la ville dit que la célébration des fêtes juives dans la ville d'al-Khalil transforme la ville en caserne militaire, les forces de l'occupation accentuant leurs mesures de blocage total de la vieille ville et des rues qui y conduisent. Les patrouilles de l'armée sioniste sont multipliées dans la rue des martyrs, les rues de la vieille ville, jusqu'à la mosquée al-Ibrahimi, qui a été fermé lors de ces fêtes. Concernant la population, les militaires sionistes les clouent contre le mur, les agressent en les frappant et en réclamant leurs pièces d'identité.

Il a précisé que lorsqu'il participat au cortège funèbre de l'un de ses proches au cimetière musulman, situé rue des martyrs, un groupe de l'armée d'occupation a encerclé les participants et les a empêchés de se diriger vers les tombes de leurs proches pour lire al-Fatiha sur leurs âmes. Et des dizaines de véhicules militaires transportaient en même temps les colons vers la vieille ville à partir de Kiriat Arbaa. Il y avait une présence militaire impressionnante, et un ballon de surveillance qui flottait en l'air. Cela fut le début d'une célébration dans le marché des légumes, célébration provocatrice où les colons ont utilisé des haut-parleurs et ont présenté une scène de théâtre où ils se moquaient des musulmans et des Arabes.

Akram Natshe a montré qu'en réalité, la région du marché dans la vieille ville dal-Khalil est depuis longtemps interdite aux citoyens palestiniens, du fait des pratiques des colons et des soldats de l'occupation et de leurs agressions. Il a expliqué que les citoyens pouvaient y passer, mais lors des fêtes juives, personne de la ville d'al-Khalil ne peut passer dans ces régions, à cause de l'importance de la présence militaire sioniste et des colons qui provoquent tous les Arabes.

De son côté, Abdel Hadi Hantash, spécialiste de l'étude sur la colonisation dans la province d'al-Khalil, a déclaré que les célébrations religieuses des colons dans la ville d'al-Khalil ont pour but de renforcer la logique de la colonisation dans la ville, et qu'il ne s'agit absolument de fêtes religieuses, mais ce sont plutôt des préparatifs pour accentuer la colonisation.

"Le fait d'amener un grand nombre de colons à la ville d'al-Khalil en cette période est une façon d'exprimer le soutien de leurs collègues qui sont implantés par force dans la ville, ils cherchent à enfoncer l'épine sioniste contre les citoyens, à encourager l'instinct agressif contre la population d'al-Khalil, population légitime, et contre de vastes quartiers de la ville, et notamment la vieille ville.

Pour Abdel Hadi Hantash, ces mouvements visent également à s'emparer de la mosquée al-Ibrahimi, à empêcher les musulmans d'y arriver. Ces mouvements lors des fêtes religieuses ne se cantonnent plus à l'ancienne ville mais se mènent ailleurs, comme à Bab Zawiya.

Au cours de ces célébrations, ajoute-t-il, le citoyen palestinien est puni sous prétexte d'assurer la sécurité, mais "c'est un mensonge évident de la part de l'Etat sioniste, pour la consommation internationale, le fait d'amener l'armée et ces troupes, sous prétexte de protéger les colons, vise en fait à encercler les Palestiniens, à les agresser et à les provoquer".

La vieille ville : le coeur d'al-Khalil

Hantash a exprimé son étonnement vis-à-vis des responsables palestiniens qui ne parlent pas des souffrances des citoyens palestiniens dans cette ville, et des difficultés dues aux pratiques quotidiennes des colons et des soldats de l'occupation, indiquant que les fêtes juives ne sont que quelques jours, mais que font les responsables tout au long de l'année pour soutenir la résistance de la vieille ville ?

Il a clarifié que la vieille ville d'al-Khalil a été et reste le coeur de la province, indiquant que le marché qui s'y déroulait était le plus important de la région, et notamment au mois de Ramadan, mois pendant lequel les magasins restaient ouverts jusqu'à deux heures du matin.

Il a mis en garde contre la négligence de la vieille ville et le fait de ne pas riposter aux mesures provocatrices que les colons et les forces de l'occupation mènent, comme s'il y avait une soumission au fait accompli, ce qui est entièrement refusé par la population de la ville. Hantash a proposé un plan aux institutions civiles, pour faire face à cette situation, leur demandant d'ouvrir des agences dans la vieille ville, qu'il y ait régulièrement des visites organisées par les responsables, car cela a une grande influence sur le moral du citoyen, appelant toute la population à se rendre à la vieille ville pour s'approvisionner de ses marchés et commerçants.