Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Le bâtiment Ar-Radjbi, reflet du terrorisme de l’occupation et ses colons

Les forces sionistes d'occupation ont assassiné les deux enfants Hosam et Bachar Al-Jaabari. Ce double assassinat met en avant et en question le bâtiment d’Ar-Rahbi. Le crime a été perpétré vers cet immeuble, dans le quartier d’Ar-Ras, dans la ville d’Al-Khalil, au sud de la Cisjordanie.

Le bâtiment est contrôlé par les occupants sionistes, à l’est du saint sanctuaire d’Al-Ibrahimi, dans la rue d’Othman Ben Affan plus exactement. Cette rue, que le gouvernement de l’occupation appelle « Sion », sépare la colonie de Karyat Arbaa des maisons palestiniennes du quartier d’Ar-Ras et de celui d’Al-Jaabari.

A l’entrée de ce quartier, un point militaire sioniste arrête et perturbe les voitures et tout mouvement palestinien. Ce lieu sépare également la colonie de Karyat Arbaa de ces points coloniaux voisins de la sainte mosquée d’Al-Ibrahimi.

Falsification et vols

Le bâtiment d’Ar-Rahbi a été construit dans la ville d’Al-Khalil, en 1995, sur un terrain de 3500 mètres carrés, dans le quartier d’Ar-Ras. Son propriétaire palestinien Fayez Ar-Rahbi a beaucoup mis d’effort et d’argent pour le bâtir. Mais dès qu’il avait fini la construction, les colons sionistes ont mis la main dessus, avec des documents falsifiés. Après une longue procédure judiciaire, un tribunal sioniste le leur a fait cadeau.

C’est le 19 mars 2007 que des colons sionistes ont pris le bâtiment, en prétendant qu’ils l’avaient acheté. Le propriétaire a porté plainte auprès d’un tribunal sioniste. Remarquant la falsification des documents présentés par les colons, le tribunal leur a ordonnés de quitter la maison.

En mettant la main sur le bâtiment, les sionistes ont voulu installer une nouvelle colonie au cœur de la ville d’Al-Khalil, reliant la colonie de Karyat Arbaa et les points coloniaux installés à l’intérieur de l’ancien bourg de la ville, dans l’objectif de transformer la ville d’Al-Khalil en un complexe colonial gigantesque.

Traitement agressif

Les colons ont refusé l’ordre du tribunal et de quitter l’immeuble, pour sa position importante. Pendant vingt mois, les Palestiniens ont subi toutes sortes d’agressions commises par les colons sionistes : des maisons incendiées, des femmes, des enfants, des hommes frappés, même les fidèles accomplissant leurs prières dans la mosquée mitoyenne de l’immeuble.

Ladite décision était basée sur les résultats donnés par la police scientifique et le procureur général sioniste. Mais le bâtiment a été délivré à l’armée de l’occupation sioniste et est devenu un point militaire. La décision définitive du tribunal a donné le bâtiment aux colons.

En plus de se trouver vers la sainte mosquée d’Al-Ibrahimi et la colonie de Karyat Arbaa, le bâtiment est grand et contient onze dépôts, deux salles, six appartements et un puits.

Points de terreur

C’était le 13 septembre 2012 que le tribunal a pris la décision contraire à sa première décision et donné le bâtiment d’Ar-Rahbi aux colons. Cela confirme que la justice sioniste ne fait que servir les colons.

Jusqu’à nos jours, le bâtiment est toujours sous la mainmise de l’occupation sioniste. Les colons se répandent autour et continuent leurs agressions, protégés par les soldats de l’occupation sioniste, des agressions contre les Palestiniens et contre les aspects historiques et culturels de la ville d’Al-Khalil. Ils continuent leur terrorisme, transformant le lieu en un point de terreur, comme l’autre jour où les deux enfants Hosam et Bachar Al-Jaabari ont trouvé la mort.