Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Le CRIF (sic) annonce l'annulation d’une conférence de Stéphane Hessel à Normale sup !

Une conférence prévue mardi 19 janvier 2011 à l'Ecole normale supérieure de Paris par Stéphane Hessel, auteur du livre Indignez-vous!, a été annulée.
Stéphane Hessel, pourtant si modéré d’habitude, n’a pas caché sa stupeur et son amertume.
On peut être surpris par la lâcheté des organisations juives, le CRIF en tête, qui s’attaquent en la personne de M. Hessel à l’un des symboles de la France libre, mais c’est vite oublier qu’elles ne sont pas à leur première tentative.
Dans l’histoire récente, ce fut d’abord contre l’Abbé Pierre lorsqu’en 1996, il a soutenu, par amitié, Roger Garaudy, auteur du livre "Les mythes fondateurs de la politique israélienne".
L’incroyable mollesse de l’intelligentsia parisienne devant le lynchage de l'abbé Pierre et la véritable crémation de cette idole jusqu’alors adorée a donné le signal de sauve conduite aux organisations juives pour poursuivre l’œuvre de démolition systématique de toute forme de résistance aux thèses fascisantes, racistes et génocidaires israéliennes largement défendues en France par une sorte d’"intelligentsia" juive diffuse et ambiguë, autoproclamée et auto-promue.
Aucune figure, de quelque rang qu’elle soit, ne devait alors élever la voix. En 2002 c’était autour d’Edgar Morin de faire les frais d'attaques monstrueuses face auxquelles la "place" parisienne a gardé un silence de vierge, tout en buvant à petites gorgées sa honte. C’était un désolant spectacle de à observer.
En effet, alors que la horde de commentateurs de dimanche tombait à bras raccourcis sur l’abbé Pierre qui, pour les plus cléments n’était devenu qu’un vieillard sénile et pour les autres un fasciste chrétien, cette même classe, élevée dans le dogme de la culpabilité, n’a pas su intervenir dans un débat entre les sbires français de l’Etat sioniste et un Edgar Morin coupant l’herbe sous les pieds de ses détracteurs en étant lui-même juif. Cela n’a pas empêché ces missionnaires de le traiter d’antisémite. Si l’affaire n’était pas si grave j’aurais volontiers emprunté la phrase d’Audiard pour dire "ils osent tout, et c’est même à cela qu’on les reconnaît !".
Aujourd’hui c’est une autre figure, une autre idole, un autre juif, un autre juste parmi les justes, qui fait les frais de l’"intolérance en bande organisée" exercée par les organisations juives de France. Cette mafia diffusée au plus haut niveau de notre société a pu démontrer son influence en obtenant l'annulation de la conférence que Stéphane Hessel, ce résistant rescapé des camps de concentration, devait donner à Normale sup.
Comble de l’indignation : le communiqué annonçant l’annulation de la conférence est sorti du CRIF, et non pas de l’école normale supérieure qui devait abriter la conférence. Aucun média n’a osé relever cette aberration. Un signal très clair donc qui démontre la main mise du CRIF sur la vie publique et politique en France.
La France molle, collaboratrice, celle qui mange dans la main du CRIF lors des diners annuels qu’il donne n’a plus rien à dire face au lynchage méthodique de ses derniers symboles de liberté venant au secours des Palestiniens ; l’un des peuples les plus injustement molestés de l’histoire de l’humanité.
Quand les organisations juives se retournent contre les plus grands symboles de la France c’est qu’elles sont aux abois et c’est tant mieux ! Un jour il faudra que ces gens (les organisations juives) se positionnent vraiment et déclarent si elles sont avec ou contre les véritables inspirations de la France ou si elles "roulent" uniquement pour l’Etat sioniste, sacrifiant au passage les intérêts, l’unité et la fierté de ce pays.
Quant à la pauvre directrice de l’école jadis prestigieuse, on ne peut que lui dire : « Indignez-vous, madame ! ».

Rubriques: