Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

le mur et la honte.

une contribution d'un de nos lecteur

- La cloture barbelée lentement s'insinue

suivant les griffes des bulldozers.

Volés les oliviers,la terre devient nue

ondulant en deux rubans déserts.


- Villages escamotés par ce long grignotage

qui sème en miettes éparses

les germes de la terreur sur ces vieux héritages

profanés et détruits par des brutes comparses.


- Tu dresses des miradors,tes chars avec lenteur

écrasent hommes et maisons.N'en as tu pas assez

de ces ruisseaux de sang ,de cette puanteur

de cette odeur de chair revenue du passé ?


- Nostalgique tu ressasses les plaintes du ghetto

sans cesse tu reconstruis tes litanies de murs

tes festons de grillage,de béton,de poteaux

de fils électrifiés, cruelle et vaine armure


- Ce sont des obsédés confits dans le talmud

précheurs de sang , exégètes malades

qui conduisent ton peuple à cette solitude

derriere ces utopies de vaines palissades


- En dressant ces barrieres en terre de Palestine

c'est dans le monde entier que vous vous enfermez

et c'est cette infamie qui soudain vous destine

à paraitre sans fard , prédateurs affamés.


- Mépris du patrimoine,mépris d'humanité

objectifs barbares de conquêtes divines

de territoires promis à l'âpre déité

dissimulant l'horreur pour qu'on ne la devine


- Etes vous donc si loin en cette déchéance

qu'oubliant les affronts ,la shoa ,les gazés

énivrés de conquête,savourant la vengeance

à votre tour bourreaux vous dèshumanisez?.


- Etes vous sans pitié,qu'enfin ne se décide

votre peuple à briser ce parcours indécent

délaissant ces bergers qui mènent au génocide

exposant sans pudeur le sang de vos enfants.


- Peuple juif de ce monde oublieux des pogroms

tu cautionnes et nourris l'israel dévoyé

voleur de terre,broyeur d'enfants et d'hommes

aveugle au désepoir des femmes endeuillées.


- N'en est tu pas lassé des précheurs au gros ventre

qui offrent vos enfants hardiment à la mort

et qui vivent à l'abri comptant l'argent qui rentre

au bruit des explosions sans peine ni remord


- Est-ce donc impossible que toi tu te redresses

et désavoue que dieu voudrait ces territoires

au prix du sang ,des ruines ,des chars qui agressent

et des corps déchirés gisant sur les trottoirs


- La bas la jeune fille transie de mort prochaine

ceinte des explosifs qu'elle porte en sautoir

s'avance à pas lents vers vos relents de haine

vers les murs tolérés par d'iniques consistoires


- N'en as tu pas assez de crier au voleur

en victime accablée de mépris de racisme

alors que sans répit on te voit à toute heure

pratiquer le plus vil de l'antisémitisme.


- Juif mon ami n'auras tu pas le coeur

de te lever en cette barbarie

et secouer les chaines de tes prédicateurs

qui cautionnent les tueurs ,les chars ,la tuerie.


- L'humble passant que tu croises placide

te jettes un regard torve que tu comprends raciste

ce n'est que de l'opprobre car il te voit fasciste

acteur impitoyable d'un nouveau génocide.


- En les faisant pourrir sur des monceaux de ruine

en les clouant de peur sous tes hélicoptéres

en leur laissant la faim,les camps et la famine.

le vent te soufflera la haine, et la colère


- Alors ne te plains pas si dans notre occident

se dressent aussi des murs invisibles mais palpables

autour de tes quartiers,car tu es bien coupable

de les jeter dehors, pour , toi rester dedans


- Nous ne pourrons plus rien, tu seras au plus bas

tu seras solitaire face à la merde raciste

levée sur les ordures que tu commets la bas

tuant sur champ de ruine et goudronnant des pistes.


- Un état terroriste nous ne pouvons l'admettre

Alors pleure et repleure tes illusions perdues

s'envolent et se déchirent les rèves d'hégémonie

grondent et roulent les fleuves de sang en crue

sous les rires de ton dieu savourant l'infamie

alain gruot

Rubriques: