Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Le village de Salem, entre terrorisme des colons et barbarie de l'occupation

Le village de Salem se trouve à l'est de la ville de Nablus. Il subit ce que subissent la plupart des villages et bourgs palestiniens, une agression sioniste programmée et barbare, depuis le déclenchement de l'Intifada, en septembre 2000. Les villageois de Salem sont les victimes de multiples et incessantes agressions de la part de l'armée d'occupation mais aussi des bandes de colons. Toute la vie du village est touchée par ces agressions. 8 habitants du village sont tombés martyrs, la plupart assassinés de sang-froid, plusieurs centaines ont été blessés ou croupissent dans les prisons de l'occupation.

Le village de Salem, est attenant par le nord-ouest du village de Deir al-Hatab, par le sud par les terres de Beit Furik, par l'ouest des terres de Roujib et par l'est des terres de Beit Dajn et al-aghouar, toutes ces terres faisant partie de la province de Nablus. Les terres de Salem ont une superficie de 10.000 dunums, alors que la zone d'habitation fait environ 700 dunums, et le nombre de villageois s'élève à 5500. La plupart des habitants vivent de l'agriculture, et une partie travaille dans les institutions gouvernementales et notamment dans la ville de Nablus et les villes proches. Beaucoup d'ouvriers travaillent au-delà de la ligne verte, dans la partie occupée en 48.

Depuis le début de l'Intifada al-Aqsa, le village subit un siège étouffant. Les forces de l'occupation ont creusé un fossé de quatre mètres de profondeur et de quatre mètres de large, entourant le village du côté du sud et de l'ouest, sur une longueur de 2 kms. Ce fossé est creusé sur les terres de la plaine, cultivée par ses propriétaires. Ce fossé a séparé les terres les unes des autres, et avec la route de contournement desservant les colonies, le village est devenu encerclé, à l'exception d'une seule ouverture, qui est l'entrée principale, ce qui cause de grandes souffrances aux villageois, qui ont de plus en plus de difficultés à se rendre à Nablus, que ce soit pour se faire soigner, pour étudier ou pour travailler. A ce barrage de contrôle installé par les forces de l'occupation, les habitants ont maintes fois subi des exactions terribles, provoquant les décès de malades, les avortements de femmes enceintes et des blessures par balles. Il arrive même souvent, ces temps-ci, que le barrage ferme entièrement, empêchant la population de passer.

Les colons et les colonies

Mais le village de Salem subit une autre calamité, bien avant l'Intifada al-Aqsa. En 1996, l'occupant a tracé une route pour les colons, une route de contournement, qui entoure le village de trois côtés, au sud, à l'est et au nord, pour arriver à la colonie de Alon More, construite sur les terres des villages de Deir Hatab, Azmout et Salem. Cette route, large de 20 mètres, a été tracée sur les centaines de dunums de terres cultivées d'oliviers. Cette route a fait de la vie des gens un véritable enfer, car elle passe à côté des maisons, et le passage des colons est une calamité quotidienne pour les habitants.

Cette route sépare le village de la plupart de ses terres, qui se trouvent à l'est du village, et dont la superficie est de 4000 dunums, dont des plaines que les villageois cultivaient de denrées diverses, et d'autres terres cultivées d'arbres fruitiers. Les villageois ont des difficultés pour arriver à leurs terres, ils ne peuvent traverser cette route pour arriver à leurs terres, et ne peuvent pas non plus se rendre, par cette route, aux autres villages. Il ne leur est resté donc que des centaines de dunums auxquels ils peuvent arriver, et qu'ils cultivent. Mais les occupants leur refusent le droit d'y construire.

En 1997, un point de colonisation a été installé, sur les terres du village, à l'est de la route coloniale. Ce point de colonisation est devenu un vrai danger et une menace pour la population, puisqu'il est tenu par des colons qui commettent des actes de terreur quotidiens contre les paysans et contre les terres du village. En effet, les productions agricoles sont incendiées, les plantations sont détruites, le sol nivelé, les produits agricoles et les têtes du bétail sont volés. Les arbres sont arrachés. L paysans sont interdits de se rendre à leurs champs pour travailler, pour cueillir les fruits et notamment les olives, sauf après l'obtention d'un permis, donné pour une période déterminée.

Une des plus graves agressions récentes subies par les villageois, fut l'incendie de leurs terres, situées à l'est du village, que les colons de Alon More ont commise le dimanche 16 octobre 2005. Les colons ne se sont pas contentés d'incendier, mais ils ont arraché 200 oliviers.

Plus de 300 dunums cultivés d'oliviers et d'autres fruits, appartenant à environ 40 personnes, du village, ont été détruits, et le feu allait s'étendre au reste des terres sans l'intervention vigilante des habitants du village et des pompiers de la ville de Nablus qui ont réussi à éteindre le feu.

Au cours de l'incendie, les colons étaient là, à regarder, protégés par l'armée sioniste. Sur le lieu de l'incendie, des preuves formelles ont été établies qu'il s'agissait bien d'un incendi criminel, comme les papiers d'identité d'un des colons de Alon More.

Mais ce ne fut pas la seule agression visant les habitants de Salem.

Déjà, le 23 mai 2002, des colons avaient incendié les champs d'oliviers et d'autres cultures, qui se trouvent au sud du village, et les habitants avaient réussi, de la même manière, à éteindre le feu, avant qu'il ne puisse se propager. 300 oliviers avaient été détruits à l'époque. Et toutes ces agressions ont été menées, au vu et au su de l'armée d'occupation, sinon avec sa participation.

Les bandes de colons poursuivent leurs attaques quotidiennes sur les habitants de Salem. Le 27 novembre 2005, un grand nombre de colons ont coupé 400 oliviers, avec des scies électriques et manuelles. Ces oliviers faisaient vivre des dizaines de familles de Salem. Les colons ont profité de la présence de cette route de contournement, qui sépare les terres, du village, et qui rend difficile ou presque impossible de se rendre sur ces terres.

Ce ne sont que quelques images de ce que vivent les habitants de ce village paisible, avec la présence de l'armée d'occupation et des colons. Il est évident qu'il ne peut y avoir aucune paix tant que les colons sont là.

 Sources; http://www.palestine-info.info/arab...