Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

les chances de créer deux Etats s'amenuisent

selon Alvaro de Soto

- « Il n'est pas exagéré de dire que la perspective de réaliser la solution de deux Etats [Israël et la Palestine], selon la voie tracée par la Feuille de route, se soient à présent réduites en raison d'une combinaison de facteurs », a déclaré aujourd'hui Alvaro de Soto, Coordonnateur spécial du Secrétaire général pour le Moyen-Orient au Conseil de sécurité.

« Ces facteurs comprennent le changement radical de position du nouveau gouvernement palestinien vis-à-vis de principes acceptés de longue date par l'OLP [Organisation de libération de la Palestine] au nom du peuple palestinien, et son incapacité à répondre aux principes exposés par le Quatuor », a dit le Coordonnateur spécial lors d'un exposé consacré à la situation au Moyen-Orient, c'est-à-dire en Israël et dans le Territoire palestinien occupé et au Liban.

Alvaro de Soto a rappelé que le nouveau gouvernement dirigé par le mouvement islamiste Hamas avait refusé de « reconnaître le droit d'Israël à exister » et de renoncer à la violence.

Le Coordonnateur a rappelé que lors du récent attentat perpétré à Tel-Aviv, alors que le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, avait condamné le terrorisme, le gouvernement palestinien avait estimé que l'attaque était « une résistance légitime, un acte d'autodéfense et une conséquence naturelle de l'agression et de l'occupation israélienne » (dépêche du 17.04.06).

« Le gouvernement israélien a décidé le 11 avril que l'Autorité palestinienne était désormais une 'entité terroriste' et déclaré qu'elle n'accueillerait plus de visiteur étranger ayant lors de la même visite rencontré le nouveau gouvernement ou des membres du Hamas », a-t-il souligné.

Du côté israélien, « on continue d'assister à la création de faits accomplis sur le terrain, notamment l'expansion de colonies de peuplement et la construction de la Barrière sur un tracé qui dévie des frontières de 1967, qui soulève des préoccupations sur le fait qu'il sera jamais possible de réaliser un Etat palestinien contigu et viable », a fait observer Alvaro de Soto.

Le Coordonnateur a précisé que le gouvernement israélien avait décidé d'accélérer la construction de la « Barrière » - c'est-à-dire le mur de sécurité qui sépare le territoire d'Israël de la Cisjordanie - « malgré l'avis de la Cour internationale de justice (CIJ), après que la Cour suprême israélienne ait rejeté une plainte contre sa construction au nord de Jérusalem.

Lors de son exposé, Alvaro de Soto a par ailleurs alerté de nouveau sur la situation humanitaire dans le Territoire palestinien, malgré le répit fourni par la brève ouverture du passage de Karni entre le 1er et le 14 avril dernier.

Il a regretté que durant cette période le nombre moyen de camions ayant pu passer entre Israël et Gaza a été de sept, alors que les accords conclus en novembre dernier prévoyaient le chiffre de 150.

« Après l'attentat de Tel-Aviv de la semaine dernière, les mesures existant pour diviser la Cisjordanie en zones distinctes ont été renforcées », a-t-il indiqué, rappelant qu'il existe à présent 476 postes de contrôle imposés par Israël sur ce territoire.

Alvaro de Soto a informé que le Secrétaire général avait invité les membres du Quatuor à New York le 9 mai prochain pour débattre de ces questions, où ils seraient rejoints par des partenaires régionaux.

Le 30 janvier dernier, le Quatuor pour le Moyen-Orient, composé des États-Unis, de la Fédération de Russie, de l'ONU et de l'Union européenne avait engagé « tous les membres du futur gouvernement palestinien à respecter la non-violence, à reconnaître l'Etat d'Israël et à accepter les engagements antérieurs, notamment la Feuille de route », précisant que l'aide financière internationale était conditionnée au respect de ces principes.

Les Etats-Unis et l'Union européenne ont depuis suspendu leur aide financière à l'Autorité palestinienne.

Sources: http://www.un.org

Rubriques: