Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les extrémistes juifs veulent de nouvelles colonies

Par Patrick Saint-Paul - Le Figaro

Des jeunes gens ont dressé hier des cabanes de fortune sur des colonies de Cisjordanie, pour torpiller une éventuelle reprise des discussions de paix.

Posté devant une barrière jaune, qui barre la route, un groupe de soldats israéliens interdit l'accès à la colline 1 013. « Ceci est une zone militaire fermée », lancent-ils à travers leurs mégaphones, sans conviction. Il en faudrait davantage pour décourager les centaines d'Israéliens, qui ont décidé d'ériger une nouvelle colonie au sommet de la colline, face au village palestinien de Halhoul, dans le sud de la Cisjordanie. Des organisations d'extrême droite ont lancé hier une offensive concertée pour créer quatre nouvelles colonies en Cisjordanie, espérant ainsi accentuer leur mainmise sur ce territoire occupé par Israël depuis 1967.

Drapeaux orange et bouteilles d'eau

Voitures et autocars déchargent leurs passagers au pied de la colline 1013, sous le regard médusé de quelques Palestiniens ayant osé venir assister à l'événement. Équipés de leurs « lulav », des feuilles de palmier utilisées pour construire des cabanes à l'occasion de la fête juive de Soukkot (« Tabernacles »), les colons contournent les militaires et gravissent la colline. Certains sont armés de leurs fusils d'assaut M 16, pour se protéger contre d'improbables attaques palestiniennes. Arrivés au sommet, ils construisent des synagogues improvisées avec des pierres et des cabanes de Soukkot, avant de prier et de lire des passages de la Torah.

Plusieurs centaines de colons et de militants de droite israéliens occupaient dimanche quatre sites de Cisjordanie dans l'intention d'y créer des implantations sauvages (AP/ Ariel Schalit)

Inquiet de la timide reprise des négociations de paix entre le premier ministre israélien, Ehoud Olmert, et le président palestinien, Mahmoud Abbas, les colons ont décidé de relancer la construction de colonies, pour empêcher des évacuations de Territoires occupés qui accompagneraient la création d'un État palestinien. « Oslo a été une catastrophe, affirme Nathan Shwartz, un colon religieux venu de l'implantation de Karme Tzur. Olmert est prêt à diviser Eretz Israël (le Grand Israël de la Bible). Il est prêt à diviser Jérusalem. Si nous laissons faire cela, les terroristes du Hamas s'empareront de Jérusalem et s'y installeront avec leurs roquettes Qassam. Nous devons les empêcher. C'est une question de vie ou de mort pour nous. »

Des camionnettes équipées de haut-parleurs et de drapeaux orange, la couleur des colons évacués de la bande de Gaza en 2005, sillonnent les routes. « Montez partout. Cette terre est à nous. Des milliers de gens sont avec nous, venus des quatre coins du pays, pour défendre leur patrie, Eretz Israël », lancent les haut-parleurs entre deux chansons populaires. Dans la colonie d'Efrat, les quelque 600 militants qui ont lancé l'assaut de la colline de Givat Ha Eitam sont emmenés par Nadia Mattar, l'égérie du mouvement antiretrait de la bande de Gaza, et par Itamar Ben Gvir, l'un des chefs du mouvement des colons d'extrême droite, déjà incarcéré à plusieurs reprises. Équipés de drapeaux orange et de bouteilles d'eau, les jeunes colons ont l'intention de camper sur place.

Les habitants d'Efrat espèrent pouvoir mettre la main sur la colline de Ha Eitam, que le tracé de la barrière de séparation israélienne a placé du côté palestinien, pour s'agrandir. « Nous avons besoin de cette colline pour notre expansion naturelle, explique le rabbin Ryskin d'Efrat. Nous combattons les fondamentalistes palestiniens. » Où les Palestiniens établiront-ils leur État, si les colonies s'étendent sans limites ? « Là où nous ne sommes pas. Il leur restera bien assez de place », juge le rabbin.

Les colons s'attendent à être délogés sous le couvert de la nuit par l'armée de ces implantations, qui sont illégales même au regard du droit israélien. Pourtant, les organisateurs considèrent leur opération comme un succès. « C'est un message pour le peuple, visant à contrer la politique destructrice du gouvernement. Des milliers de personnes l'ont entendu », se réjouit Datya Itzhaki, l'une des dirigeantes du mouvement, évacuée de Gaza en 2005.

Israël construit une nouvelle route pour pérenniser les colonies proches d'Hébron

Bien qu'il s'oppose officiellement à l'éclosion de nouvelles colonies en Cisjordanie, le gouvernement israélien poursuit discrètement sa politique de faits accomplis. Répondant à une requête des colons, Israël a ainsi décidé de dévier une portion de 8 kilomètres de la route 60, qui dessert à la fois colonies israéliennes et villages palestiniens dans le sud de la Cisjordanie. Le nouveau tracé permettra aux colons juifs d'accéder à la région d'Hébron depuis Jérusalem, en contournant le camp de réfugiés palestiniens d'al-Aroub, ainsi que plusieurs villages palestiniens, qui se retrouveront isolés.

Le projet aura pour effet de faciliter l'accès aux colonies proches d'Hébron pérennisant ainsi leur rattachement au bloc de colonies du Goush Etzion. L'accès à la route leur étant devenu inaccessible, les Palestiniens des villages avoisinants devront emprunter une route secondaire. « Cela nous obligera à faire un détour de 15 kilomètres, pour aller à Jérusalem », s'emporte Saïd Madhieh, un enseignant retraité habitant le village de Halhoul.

Selon les calculs de l'ONU, la construction de la route entraînera aussi la confiscation de 326 ha de terres agricoles palestiniennes. Le village de Halhoul sera coupé de 1 500 ha de vergers. La route traversera aussi un cimetière musulman adjacent au camp d'al-Aroub, risquant de provoquer des protestations.

 Patrick Saint-Paul - Le Figaro

mardi 2 octobre 2007

 

Rubriques: