Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les occupants sionistes dupent le monde par un plan pour la restauration de Gaza !

« Nous voudrions que les têtes des Palestiniens restent sur l’eau. » C’est ainsi que Liberman, ministre sioniste de la guerre, a résumé la politique israélienne à l’encontre des habitants de la bande de Gaza. Il voudrait dire qu’il souhaite que la population de la bande de Gaza reste entre la vie et la mort.

"Israël" est un pays occupant et impose un blocus mortel contre la bande de Gaza. Ce blocus met sa population dans des conditions catastrophiques. "Israël" voudrait fuir ses responsabilités et montrer au monde qu’il a du cœur, par des subterfuges. Le journal hébreu Haaretz en parle.

En effet, l’autre mercredi, Haaretz a écrit que les autorités de l’occupation sioniste préparent un plan pour restaurer la bande de Gaza et ses infrastructures détruites par les guerres menées par les occupants sionistes contre la bande de Gaza encerclée, par des projets financés mondialement.

Avant l’explosion !

Des analystes économiques et politiques, aussi bien dans la bande de Gaza qu’en "Israël", se mettent d’accord pour dire que Gaza est sur le point de s’effondrer, de s’effondrer totalement avant une explosion totale. Personne n’en connaîtra les conséquences.

Adnan Abou Amer, expert dans l’affaire sioniste, confirme qu’"Israël" s’est rendu compte que la bande de Gaza est sur le point d’exploser, et cette explosion ne sera dirigé que vers lui.

En tout cas, "Israël" ne voudrait pas trouver de véritables solutions pour les problèmes de la bande de Gaza et mettre fin au blocus qu’il lui impose depuis plus de douze ans.

Le plan d’"Israël", qu’il voudrait présenter à la conférence des pays donateurs, consiste à construire des stations de dessalement de l’eau, des centrales électriques, des lignes de distribution de gaz, sans pour autant ouvrir les points de passage et laisser entrer ou sortir les marchandises.

Deux sujets parallèles

L’analyste politique Aymen ar-Rofati, pour sa part, attire l’attention sur le fait que l’Etat d’occupation joue avec la bande de Gaza sur deux lignes parallèles. Il voudrait la garder toujours sur le point d’effondrement, économiquement. Puis il mène des actions médiatiques et diplomatiques destinées à faire comprendre au monde qu’il n’est pas responsable de la situation catastrophique de la Bande. Ces projets qu’"Israël" voudrait présenter ne sont là que pour duper le monde et se présenter comme un pays humain qui voudrait aider la population de la bande de Gaza.

Mise à exécution

Il est clair qu’"Israël" ne cherche pas de vraies solutions pour les habitants de la bande de Gaza. Tout d’abord, qui va payer les coûts de ces projets ? se demande Abou Amer.

Puis, comment pourrait-on mettre ce plan en application, sans l’accord du mouvement du Hamas, la première force dans la bande de Gaza ?

Face à l’empathie

Ce plan israélien ne vient que pour faire face à toute empathie que le monde peut montrer envers la bande de Gaza et son effondrement économique, dit ar-Rafati.

Et "Israël" profite des sanctions imposées par l’autorité palestinienne contre la bande de Gaza pour dire qu’il n’est pas le responsable du blocus, mais que ce sont les Palestiniens eux-mêmes.

Le vrai danger réside dans le fait qu’"Israël" voudrait se vendre comme le portail des aides humanitaires présentées à la bande de Gaza, remplaçant les institutions internationales et locales, l’UNRWA en tête.

Rubriques: