Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les priorités de l’Union européenne ne sont pas les nôtres

L’Union Européenne a diffusé une annonce sur les panneaux publicitaires de la Cisjordanie, ayant pour titre : « vos priorités sont les nôtres ». Elle s’adresse, avec tellement d’affection et de compassion, au peuple palestinien en Cisjordanie, au point d’adopter nos priorités, nous qui vivons sous occupation depuis des dizaines d’années. J’ai également vu ces annonces sur les écrans des principales chaînes satellitaires, comme al-Jazeera.
Certes, l’Union européenne est menteuse, mystificatrice et hypocrite. Notre priorité est la fin de l’occupation, mais je n’ai pas vu l’Union européenne ni mobiliser ses armées pour participer à cette tâche ni accomplir cette tâche à notre place.
 
Parmi nos priorités, le retour des réfugiés à leurs maisons et leurs biens, dans les terres occupées en 1948, mais nous n’avons pas vu l’Union européenne défendre le droit au retour. Au contraire, les Etats européens nient le droit au retour, et s’efforcent, aux côtés des sionistes et des Etats-Unis, de trouver une solution pour régler le problème des réfugiés hors de la Palestine.
 
Parmi nos priorités, le droit à l’autodétermination sans intervention aucune, mais les Européens interviennent dans nos affaires et ne s’opposent pas aux interventions des autres dans nos propres affaires.
 
Parmi nos priorités, empêcher Israël de confiquer les terres et supprimer les colonies, mais l’Union européenne ne s’oppose pas à la confiscation des terres pour des raisons qu’Israël considère sécuritaires.
 
Parmi nos priorités, la libération de nos prisonniers des geôles sionistes, mais l’Union européenne les juge terroristes, et ne critique pas Israël à ce propos.
 
Parmi nos priorités, concrétiser la liberté d’expression, de mouvement, d’organisation et de mobilisation, mais l’Union européenne finance l’Autorité palestinienne qui réprime la liberté d’opinion, monopolise les médias et empêche l’organisation, les manifestations et les rassemblements pacifiques.
 
Parmi nos priorités, le développement d’un système judiciaire respectable et intègre, mais l’Union européenne finance des sessions de formation et la construction de cours de justice, tout en intervenant cependant dans la justice et la nomination de juges, sur des bases politiques.
 
Et la liste s’allonge..
 
Quant aux priorités de l’Union européenne, elles consistent à offrir des services au peuple palestinien, approfondissant le fossé entre la production et les services, en vue de maintenir le peuple asservi par la pauvreté, le besoin financier et les prêts humiliants.
 
Sa priorité est le contrôle des finances pour qu’elle puisse, en fin de compte, contrôler, aux côtés des sionistes et des Américians, la décision politique palestinienne.
 
Sa priorité consiste également à trouver des politiciens palestiniens favorables aux occidentaux et qui entretiennent de bonnes relations avec les sionistes, pour tromper le peuple de Palestine, liquider sa cause et concéder ses droits inaliénables.
 
Sa priorité est d’empêcher les libertés pour empêcher la tenue d’élections libres, qui mettent en avant des personnalités qui n’exécutent pas les politiques des Etats-Unis et d’Israël.
 
En conclusion, les Européens veulent supprimer la conscience palestinienne, en vue de liquider entièrement la cause de la Palestine, et nous apporter de l’aide, en contrepartie de notre patrie et notre droit. Ceux qui ont construit Israël et continuent à le  soutenir dans tous les domaines, et qui veillent à sa sécurité et son bien-être, ils ne peuvent avoir, dans leurs cœurs, de la sympathie pour le peuple de Palestine.
 
Chaque fois que nous nous trouvons face à une annonce de l’Union européenne, nous nous rappelons ceux qui ont directement contribué à l’expulsion de notre peuple, à la perte de notre patrie et à l’écoulement de notre sang. Ceux qui ont agi ainsi, ne méritent pas d’être écoutés et ne doivent pas rester parmi nous.
 
 Un peuple libre ne peut que refuser le plat trempé avec le sang de ses martyrs.
 
Abdel Sattar Qâssem, professeur à l’Université al-Najah (Nablus).18 juillet 2011
 
Traduction Fadwa Nassar