Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les prisonniers administratifs palestiniens

Par I'tiraf Rimawi

entre l'oubli et la souffrance

Au cours de sa lutte pour la libération et l'indépendance, le peuple palestinien est la cible des formes les plus violentes de répression et d'injustice, menées par les forces de l'occupation israélienne : assassinats, massacres, expulsions, sièges, destructions de maisons, confiscations de terres, arrestations, ainsi que d'autres formes utilisées par l'occupation, qui touchent toutes les couches de ce peuple en lutte, les enfants et les vieillards, les femmes, les hommes et les jeunes, dans le but de l'affaiblir et de l'empêcher à poursuivre sa lutte de libération.

Dans cet article, nous mettons en lumière l'une des faces les plus odieuses des pratiques israéliennes auxquelles est soumis le peuple palestinien, qui est la détention administrative, en tant que politique systématique suivie par les appareils de la sécurité sionistes, qui n'est que l'une des formes de la détention à laquelle sont soumis des milliers de combattants palestiniens. Et nous nous demandons en même temps la signification de ce silence institutionnel, médiatique et populaire vis-à-vis de cette question sensible.

La détention administrative menée par les appareils de sécurité sioniste, selon leurs critères et leurs calculs répressifs, vise les militants. Le renouvellement de cette détention se fait sans que des charges soient retenues contre eux, mais ces appareils se contentent d'affirmer qu'il y a des "dossiers secrets" justifiant ces arrestations!! Par cette politique, des milliers de Palestiniens ont été soumis à cette forme de détention, au cours de cette intifada, et à son renouvellement. En ce moment, plus de 600 prisonniers et prisonnières sont des détenus administratifs. De nombreux militants ont vu leur détention être renouvelée, certains sont détenus depuis deux, trois ou quatre ans. Et pour finir, afin de légaliser ces arrestations, les appareils sionistes forment des tribunaux formels pour statuer sur la situation de ces détenus.

Du fait de la résistance légitime du peuple palestinien et de la nature de l'occupant, résistance légitimée par le droit et les lois internationales, il ne peut y avoir aucune légalité pour tout tribunal sioniste qui juge un combattant palestinien, sinon par la logique de la force qui impose l'occupation elle-même, y compris 'accusation "selon le dossier secret" que les appareils sionistes généralisent pour justifier les arrestations et la détention administrative.

Ces appareils peuvent inventer toute information à partir ou non de leurs informateurs pour constituer un dossier pour arrêter et ensuite renouveler la détention à n'en plus finir de tous ceux qu'ils considèrent comme une cible. De ce fait, l'arrestation est possible et justifiée à tout moment que les appareils jugent qu'ils en ont besoin.

L'arrestation peut être nécessaire pour quelques mois, mais elle peut être renouvelée sans cesse jusqu'à s'étendre à des années.

L'expérience dans ce domaine est riche d'expérience, des militants ont déjà passé sept ans en détention continue, d'autres ont passé autant d'années que la lutte palestinienne, en prison, mais pour des périodes entrecoupées. De même, plusieurs militants ayant achevé leur condamnation ont été mis en détention administrative, sans qu'ils n'aient passé un moment de liberté. Par cette pratique répressive, les appareils sionistes se donnent les moyens d'arrêter quiconq ue, le nombre qu'ils veulent et pour la période qu'ils veulent.

Le renouvellement de la détention administrative est une politique systématique et programmée pour garder le plus grand nombre de Palestiniens emprisonnés. De plus, le renouvellement met le détenu dans une situation psychologique critique et tendu, à l'approche de la fin de la période prévue initialement. Car le renouvellement signifie la possibilité de rester en prison pour tout détenu, l'espoir et l'optimisme sont nécessaires pour combattre les plans des appareils sionistes. Le détenu est en proie à une lutte interne puissante, attendant sa libération ou le renouvellement, à l'approche de la fin de sa période prévue initialement. Au fur et à mesure que le renouvellement se déroule, le détenu devient de plus en plus tendu, surtout que souvent, il est interdit des visites familiales, justifiées selon les mêmes critères, pour "raisons de sécurité", cette fois-ci en direction des familles du détenu. C'est la politique de l'isolement du p risonnier, visant à le rendre nerveux, à l'assiéger, à briser sa volonté et sa détermination.

Comme nous l'avons dit, concernant les tribunaux, formels, qui sont une tentative de légaliser la politique israélienne des arrestations, ces "tribunaux" ne prononcent pas d'accusations, ni le détenu ni son avocat n'entendent de quoi le détenu est accusé, car dans ces tribunaux, "le dossier secret" est le mot magique. Le "juge" ne fait aucune différence entre les services de renseignements et le procureur, mais tout y est mêlé. Les services de renseignements, par le biais du procureur, annoncent "le dossier secret", et ensuite, le militant et son avocat sortent de la salle du "tribunal", afin que le "juge" consulte le procureur. Ensuite, le militant rentre et entend la décision du "juge" qui est souvent la confirmation de la nécessité de l'arrestation et sa justification pour éviter le danger!! La domination des services de renseignements est claire dans ces "tribunaux" et ces derniers ont un rôle formel visant à faire croire à des procès légaux.

C'est pourquoi de nombreux militants ont boycotté ces "tribunaux", refusant d'y comparaître, car ils savent pertinemment quels sont ses buts, légaliser la répression illégale.

Il est nécessaire de s'opposer globalement et massivement à la politique de la détention administrative, tous les efforts doivent être réunis, à commencer par les prisonniers eux-mêmes, suivis par les avocats et les juristes, afin que des institutions et des médias puissent s'en emparer sur les plans local et international.

La confrontation doit être globale, commençant par le refus de l'arrestation, par principe, dans toutes ses formes et tous ses détails, car toute faille dans cette confrontation peut faire échouer celle-ci. Les prisonniers savent très bien la signification de ces arrestations, ils l'ont assez réalisée et ils sont capable de mener leur rôle pour l'affronter, comme la conscientisation à l'intérieur des prisons, l'incitation au boycott des tribunaux formels. Mais où est le rôle des autres ? des avocats et institutions juridiques ? Où est la mobilisation populaire, la mobilisation fficielle pour dénoncer les politiques de la détention administrative ?

Parallèlement au boycott des tribunaux par les prisonniers, les avocats doivent également dénoncer par principe la nature même de l'arrestation, ce qui exige un effort concerté, unifié, coordonné entre eux. Les avocats et les institutions juridiques concernées, ainsi que les parties officielles de l'Autorité palesitnienne, doivent s'adresser à leurs confrères dans le monde, aux décideurs dans les instances internationales, doivent coordonner leurs actions avec les diverses forces locales, les institutions, organiser les manifestations et les rassemblements, afin de susciter un mouvement de refus global de cette politique sioniste, de l'assiéger à l'intérieur comme à l'extérieur de la prison.

Les détenus administratifs ont réussi à prendre des mesures l'année dernière, refusant de comparaître devant les tribunaux. Mais ils n'ont trouvé ni appui, ni support à leur mouvement, les autres rôles étaient absents. Les efforts sont partis, vainement, dans des réunions ici et là. L'action n'a pas été coordonnée, ni localement ni sur le plan international. Le mouvement n'a pas été porté, ni sur le plan populaire, ni sur le plan officiel. L'écho est resté tiède, loin de ce qui est exigé pour que les détenus administratifs poursuivent leur mouvement et accentuent la confrontation contre la politique des arrestations. Les prisonniers sont restés seuls pour affronter leurs souffrances, appelant sans avoir de réponse, écrasés par les appareils sécuritaires sionistes qui poursuivent les arrestations et les renouvellements de leur détention.

Traduit par Centre d'Information sur la Résistance en Palestine

Sources: www.arabs48.com, www.amin.org