Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les prisonniers palestiniens en grève : soutenons leur résistance

En ce mois d'avril 2010, le mouvement des prisonniers a lancé un mouvement de grève pour protester contre les conditions humiliantes dans lesquelles se déroulent les visites des familles et contre la détérioriation des conditions de détention.

Il mène une grève des visites familiales pendant tout le mois d'avril et une grève de la faim de dix jours (du 7 au 17 avril). Ce mouvement est suivi dans les dix prisons centrales sionistes, que ce soit par les prisonnières, les enfants ou les adultes palestiniens et arabes. Depuis quelques années, une répression croissante sévit contre les prisonniers et leurs familles. Privés de plusieurs moyens d'information indépendants, les prisonniers sont depuis plus d'un an interdits d'avoir par exemple la chaîne al-Jazeera. L'administration carcérale a, de plus, interdit l'entrée des livres et a récemment interdit, dans la prison de Ofer, l'utilisation de la bibliothèque.

Bien que le droit des visites est un droit légalement reconnu, les autorités sionistes en ont fait un parcours de l'humiliation et un moment douloureux pour des milliers de prisonniers, qui en sont privés soit pour des « raisons sécuritaires » soit parce que les prisonniers sont de la bande de Gaza. Ce que réclament les prisonniers, par leur grève de protestation, c'est la liberté des visites dans la dignité. Récemment, deux femmes de prisonniers ont été fouillées à nu alors qu'elles se rendaient aux visites des leurs. Bien qu'elles aient protesté et refusé de poursuivre leur trajet à cause de ces fouilles, les représentantes de l'armée sioniste ont cependant insisté pour les fouiller à nu. Par leur mouvement, les prisonniers espèrent attirer l'attention de la Croix Rouge Internationale qui fait la sourde oreille et accepte le diktat israélien sur les conditions humiliantes et répressives des visites. Le droit aux visites est un droit légalement reconnu pour tous les prisonniers dans le monde, et il est de plus un droit acquis par la lutte du mouvement des prisonniers.

Parmi les revendications du mouvement des prisonniers, figure celui de l'autorisation à passer les examens du baccalauréat pour des centaines de prisonniers (tawjihi), jeunes et moins jeunes. C'est selon l'humeur du moment que les autorités sionistes autorisent ou non les prisonniers à passer leurs examens. Il y a quelques années, alors que les étudiants prisonniers s'y préparaient, les autorités carcérales ont supprimé l'autorisation, à la dernière minute, par mesures punitives et pour démoraliser les prisonniers. Il est à craindre que l'arrestation et la détention de dizaines d'enfants, au cours de la révolte d'al-Quds, en mars 2010, soient l'occasion pour une interdiction, par vengeance, de tous ces jeunes de passer leurs examens de fin d'année et notamment le baccalauréat pour certains d'entre eux.

Le mouvement des prisonniers réclame également le suivi régulier des cas des prisonniers malades et gravement atteints. Les cas de décès deviennent de plus en plus fréquents, même après leur libération, à cause des mauvais traitements subis et à cause de la négligence médicale intentionnelle dont font preuve les autorités carcérales. Là aussi, Israël bafoue toutes les lois internationales relatives aux soins qu'il doit dispenser aux prisonniers palestiniens et arabes dans ses prisons. Il faut mentionner à ce propos que les autorités sionistes utilisent les prisonniers comme cobayes pour leurs expériences pharmaceutiques. Ces expériences ont été prouvées il y a plusieurs années par des députés israéliens, mais il semble que le silence de plomb qui plane sur cette affaire et l'impunité dont jouit l'entité sioniste dans le monde, devenu de plus en plus sourd aux cris des opprimés, ont favorisé une recrudescence des expériences, ce dont ont témoigné plusieurs prisonniers, victimes de ces pratiques inhumaines et illégales.

C'est pourquoi le mouvement des prisonniers, soutenu par de nombreuses associations palestiniennes et arabes de solidarité avec les prisonniers, réclame que des médecins indépendants puissent entrer et consulter les prisonniers, et même les soigner. C'est la mort que les prisonniers affrontent tous les jours, tant qu'ils sont à la merci des geôliers sionistes.

50 parmi les 340 enfants prisonniers dans les geôles de l'occupation sioniste sont classés malades. Malgré leur jeune âge, les autorités carcérales ne leur fournissent aucun soin approprié. Il faut également rappeler que récemment, plusieurs des enfants détenus dans la prison de Telmond ont été empoisonnés par la nourriture fournie par l'autorité de la prison.

Le mouvement des prisonniers réclame également la fin de la mise en isolement de plusieurs dirigeants de la lutte nationale palestinienne. Les autorités carcérales sionistes ont isolé depuis plusieurs mois dans des cellules individuelles 18 dirigeants : Ahmad Saadate dont l'état de santé s'est détérioré il y a plus d'un mois, Yihya Senouar (très malade, il risque la mort), Thabit Mardawî, Hassan Salameh, Ahmad al-Moghrabi, Abdallah Barghouty, Muhammad Jamal Natché, Ibrahim Hamed, Mu'tazz Higazi, Jamal Aboul Hayga, Mahmoud Issa, Salih Dar Mousa, Hisham Shurbati, Mahwash Ni'mat, Atwa al-Ammour, Iyad Abu Hasne, Muhannad Shrayem, 'Ahid Ghulme, ainsi que la prisonnière Wafa' al-Biss de la bande de Gaza.

Le dernier rapport concernant les prisonniers palestiniens et arabes dans les geôles de l'occupation sioniste mentionne 8200 prisonniers (sans prendre en compte les récentes arrestations dans la ville d'al-Quds, où ce sont surtout des enfants qui ont été arrêtés). Parmi ces prisonniers, 800 sont de la bande de Gaza, 500 de la ville d'al-Quds, des territoires occupés en 48 et du Golan syrien.

Après la libération récente de Muhammad Hashshash, 47 ans, membre du Hamas du camp de Breij, dans la bande de Gaza, qui a passé 20 ans en prison, le haut comité des prisonniers formé par le ministère chargé des prisonniers et libérés, dans la bande de Gaza, a publié un communiqué dans lequel il précise que le nombre des anciens prisonniers (plus de 15 ans de détention) est actuellement de 313 prisonniers, dont 115 prisonniers (plus de 20 ans de détention), 14 d'entre eux sont prisonniers depuis plus de 25 ans et 3 ont franchi les 30 ans de détention.

Na'il Barghouty : 33 ans de détention dans les prisons de l'occupation sioniste

Arrêté et détenu depuis le 4 avril 1978, Na'il Barghouty est le plus ancien détenu dans les prisons sionistes et mondiales. Sa détention a battu le triste record du monde. Cette vérité est une preuve supplémentaire de la barbarie de l'Etat sioniste, Etat exceptionnellement meurtrier et colonial. Il a été condamné à la prison à vie.

Fakhri Barghouty, cousin de Na'il, vient en seconde position dans la durée de sa détention. Il a été arrêté le 23 juin 1978 et a été condamné à la prison à vie. Son fils Shadi est détenu également depuis 2003 et est condamné à perpétuité. Et son autre fils Hadi a été détenu pendant quatre ans.

Une campagne internationale, initiée par des associations palestiniennes, est en cours, pour faire connaître et réclamer la libération immédiate des anciens prisonniers, pour qu'ils ne demeurent plus uniquement un chiffre. Participez à cette campagne autant que vous le pouvez, écrivez partout les noms des anciens prisonniers palestiniens, à commencer par Na'il et Fakhri Barghouty, symboles de l'endurance du peuple palestinien et de la lutte contre l'oppression sioniste.

Akram Mansour, de la ville de Qalqylia, a été arrêté et détenu en août 1979. Il fait partie des trois prisonniers palestiniens détenus depuis plus de 30 ans.

Fouad Razzam est le plus ancien prisonnier de la ville d'al-Quds. Il a été arrêté et détenu le 30 janvier 1981.

Parmi les anciens prisonniers, figure également Sami Salameh Younis, né en1929, et arrêté et détenu depuis janvier 1983. Il avait été condamné à la peine de mort, mais sa peine a été réduite à 40 ans de prison. Sami Younis est père de famille et est malade. Il est le plus âgé des prisonniers. Il fait partie des 109 prisonniers de l'intérieur (c'est-à-dire des Palestiniens qui vivent dans l'Etat sioniste, la Palestine occupée en 48). Parmi les prisonniers de l'intérieur, 21 son condamnés à une ou plusieurs perpétuités, 5 sont condamés à plus de 30 ans de prison. 4 d'entre eux sont en prison de plus de 25 ans, et 12 d'entre eux ont passé entre 20 et 25 ans de leur vie en prison.

Solidarité avec le mouvement des prisonniers

Plusieurs associations palestiniennes de solidarité avec les prisonniers sont en état d'alerte depuis le début du mois d'avril, pour accompagner le mouvement de protestation des prisonniers : la grève des visites pendant tout le mois d'avril 2010 et la grève de la faim du 7 au 17 avril 2010, jour national des prisonniers. Dans la bande de Gaza, les familles et les organisations protestent tous les jours, devant le siège de la Croix-Rouge international, et en Cisjordanie, des activités locales se déroulent, sans prendre cependant l'ampleur générale que devrait avoir un mouvement de solidarité avec les prisonniers. Dans la ville d'al-Quds, en Palestine 48 et dans le Golan syrien, c'est la mobilisation générale ! Ce vendredi, les familles de prisonniers et les associations diverses organisent la prière du vendredi devant les prisons de Hasharon et de Haddarim, dans un mouvement ascendant qui culminera le 17 avril prochain et qui a commencé dès la première semaine d'avril dans un rassemblement populaire devant la prison de Gilboa.

Dans un appel aux régimes arabes, à la Ligue arabe et à la conférence islamique, dr. Bahr, adjoint à la présidence du conseil législatif palestinien, a réclamé que la question de la libération des prisonniers palestiniens figure dans leurs programmes d'action envers les instances internationales. Il a rappelé que la solidarité avec la grève des prisonniers est un devoir légal, national, moral et humain, d'autant que les revendications des prisonniers relèvent de leurs droits humains. Il a également appelé les organisations internationales de solidarité avec les peuples opprimés et leurs droits humains d'organiser les protestations et de dénoncer, devant les instances de l'ONU et autres internationales, le sort fait par les autorités sionistes aux prisonniers palestiniens et arabes.

MOBILISONS-NOUS POUR RECLAMER LA LIBERATION IMMEDIATE DE TOUS LES PRISONNIERS PALESTINIENS ET ARABES DANS LES PRISONS DE L'OCCUPATION !

RECLAMONS DES INSTANCES INTERNATIONALES ET NOTAMMENT DE L'ONU D'INTERVENIR AUPRES DES CRIMINELS SIONISTES POUR RESPECTER LES DROITS DES PRISONNIERS : droit de visite dans la dignité, droit à l'enseignement, droit aux soins dignes et appropriés.

LES PRISONNIERS PALESTINIENS ET ARABES SONT DES RESISTANTS ET DES COMBATTANTS DE LA LIBERTE : ils doivent avoir le statut de prisonniers de guerre.

LES PRISONNIERS NE DOIVENT PAS ETRE UNE MARCHANDISE de négociation entre l'Autorité palestinienne et l'Etat sioniste : ils doivent être libérés dans la dignité et ne pas être un prétexte pour faire encore plus de concessions !

Centre d'Information sur la Résistance en Palestine