Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les sionistes détruisent, les Palestiniens construisent

Les forces de l'occupation détruisent Depuis leur invasion de la Palestine, les sionistes n'ont cessé de détruire, détruire, détruire.... et les Palestiniens de construire, construire, construire...

Al-Quds : au milieu de mesures répressives et sécuritaires renforcées, les forces de l'occupation ont envoyé hier des équipes de la municipalité sioniste de Jérusalem, sous la protection d'un grand nombre de policiers et des "garde-frontières" pour détruire 4 maisons à Beit Hanina et Jabal al-Mukabbar, sous prétexte que leur construction était illégale. Les forces sionistes et les équipes de la municipalité ont encerclé les zones visées, empechant les citoyens palestiniens d'y arriver. Les habitants des maisons ont été expulsés par la force, ce qui a conduit à des affrontements entre Palestiniens et forces sionistes. 3 Palestiniens de Jabal al-Mukabbar ont été arrêtés. Dans la même foulée, les forces sionistes ont distribué 12 ordres d'expulsion dans la zone de Beit Hanina, Tour, Issawiya, Jabal Mukabbar, Sawahira, camp de Shuf'at, Ras Khamis. Munawwar Muhammad Mousa Jumaa de Jabal Mukabbar a déclaré avoir été surpris par ce nombre imposant de policiers israéliens qui encerlaient sa maison. Il a été chassé avec sa famille, soi-disant pour construction sans autorisation. Il a ajouté qu'il avait payé 20.000 dollars pour obtenir une autorisation, affirmant que les équipes de la municipalité ont refusé de lui donner le temps de poursuivre ses démarches pour obtenir cette autorisation. Il a ajouté que la surface de la maison fait 90M2, elle a été construite pour sa famille, composée de 4 membres, et a précisé que la police sioniste ainsi que les garde-frontières ont agressé les femmes, les enfants et les jeunes, se comportant avec eux de façon violente. Ils ont frappé les gens et ont arrêté deux jeunes. Pendant ce temps, une autre équipe de la municipalité sioniste se dirigeait, accompagnée par la police, vers trois maisons situées à Beit Hanina, où les bulldozers ont détruit les maisons de Nour Damiri, d'une superficie de 150M2, pour la seconde fois en l'espace de deux ans, sous prétexte qu'elle est construite sans autorisation. La municipalité sioniste a également détruit la maison de Bassam Ramlawi, d'une superficie de 150 M2, qui abrite une famille composée de 5 membres. Elle avait été construite il y a trois ans. Les bulldozers de la municipalité ont également démoli la maison de Ihab Tawil, d'une superficie de 200M2, à Beit Hanina, qui était en cours de construction. Les bulldozers ont été dirigés ensuite vers un mur appartenant à la famille Abu Armila, dans la zone al-marwaha, à Beit Hanina, prétextant qu'il a été monté sans autorisation. (Et le mur sioniste, qui l'a autorisé ???) Au même moment, les équipes de la municipalité et l'armée travaillent à la construction du mur israélien au nord est de la ville sainte, dans le but de ghettoïser le camp Sha'fat en détruisant 135 maisons, qui relient le camp à la ville sainte. Les propriétaires de ces maisons menacées par la démolition ont saisi la Cour Suprême israélienne pour stopper ces mesures de démolition.


Les forces de l'occupation détruisent une école, une molsquée et 17 maisons à Beit Furik, à l'est de Naplouse

Naplouse

Des sources locales de Beit Furik ont affirmé que les forces de l'occupation sioniste ont commencé tôt ce matin une campagne de démolition et de destruction dans le village. Une importante force de l'armée accompagnée de bulldozers se sont introduits au village à 7h30 du matin et ont commencé à détruire 17 maisons, une mosquée et une école, dans la zone de Tana. Dans cette zone, habitent 80 familles de 450 personnes. Plusieurs maisons y sont construites, et on y trouve également plusieurs enclos de moutons (30.000 têtes). Le conseil municipal du village de Beit Furik a dénoncé le crime de l'armée d'occupation envers les familles palestiniennes qui se retrouvent à présent sans aucun abri et a dénoncé ces tentatives israéliennes de tuer l'économie du village qui vit principalement de l'élevage.

Post-Scriptum :

Sources:

http://www.palestine-info.info/arabic/index.shtml