Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les sionistes dictent leurs volontés à l'Université de Leeds

De la transformation d'une université britannique en yéshiva par Gilad Atzmon

Voici quelques jours, j'ai découvert le site Bonsoir. Ce site est géré par un jeune étudiant palestinien, licencié de l'Université de Leeds. Ce site - de référence - comporte une filmothèque en ligne, consacrée à la Palestine : c'est une sorte de " Palestinian YouTube ". Son créateur est Akram Awad ; il a réuni, dans une section de son site appelée Panorama, une collection impressionnante de documents audiovisuels en live, sur la Palestine et le Moyen-Orient, ainsi que des documents qui montrent, avec le son et le mouvement, les crimes sionistes sans cesse empirant. J'ai appris également qu'Akram Awad a collaboré, à l'occasion, à des initiatives telles Umkhalil, Peacepalestine et Annie's Letters et qu'il est très actif - d'une manière très discrète, car c'est manifestement quelqu'un qui ne recherche pas les feux de la rampe, mais donne beaucoup de lui-même.

 

Voici trois jours de cela, j'ai écrit à M. Awad pour lui dire à quel point j'avais été impressionné par son site. Hier soir, il m'a répondu. Bien qu'il n'ait pas attiré l'attention sur son problème, j'ai appris que ce jeune étudiant palestinien exilé est sur la sellette : en effet, le lobby sioniste de Grande-Bretagne a sorti sa grosse artillerie contre lui, et en particulier contre son message.

Tout à fait comme en Amérique du Nord, où des financements extérieurs permettent au lobby sioniste de dicter le discours académique, l'Université de Leeds - institution académique prestigieuse du Royaume-Uni - est en train d'être soumise, aujourd'hui, à une pression énorme, qui ressemble fortement à celle qui est exercée outre-Atlantique.

J'ai lu, dans le Yorkshire Post de ce jour que " Marilyn Stowe, spécialiste du droit du divorce et membre du groupe d'experts près la Commission des Lois, a dit qu'elle n'était plus en mesure d'offrir une somme pourtant proposée - à cinq chiffres -, après qu'elle eut appris qu' " un étudiant titulaire d'une licence, qui travaille, de plus, à l'Université, gérait un site ouèbe contenant des textes antisémites. "

Pourtant, M. Awad affirme clairement, sur son site, et dans la presse anglaise, qu'il est antisioniste, et non antisémite. Il n'avait même pas besoin de se donner toute cette peine, car il est évident que son site est voué à diffuser de l'information sur la Palestine et le peuple palestinien. Il ne critique nullement les juifs en tant que groupe ethnique ou racial ; il dénonce, simplement, le sionisme, en tant qu'idéologie et en tant que pratique. De plus, le site de M. Awad continent certes quelques articles originaux, mais pour l'essentiel, il s'agit d'un site d'archives online. Il s'agit essentiellement d'une collection de films exprimant un vaste éventail d'idées et de modes d'expressions, partant du principe que, dans un monde libre, les gens ont le droit d'écouter des avis différents et sont capables de se faire leur propre opinion.

Mme Stowe a écrit : " Je suis extrêmement préoccupée par le fait que l'Université de Leeds ait été publiquement associée à un site ouèbe qui publie des textes antisémites et, à mon très grand regret, je ne saurais être à l'avenir associés avec l'Université de Leeds tant que ce problème n'aura pas été résolu. J'attends que des mesures soient prises pour régler cette situation, et je suis sûre que les responsables de cette université ne souhaiteront pas être perçus comme poursuivant une politique hostile à un groupe particulier d'étudiants ".

A l'évidence, Mme Stowe a le droit de décider ce qu'elle entend faire de son argent. Cependant, une recherche même rapide montre que ce n'est pas l'Université de Leeds qui héberge le site de M. Awad. En réalité, il est hébergé par une société américaine. Apparemment, soit Mme Stowe est désinformée, soit elle veut désinformer les autres, soit les deux. Toutefois, il est parfaitement évident que Mme Stowe met des conditions à son soutien à l'université en formulant une exigence très claire de conformité de pensées. En plein jour, Mme Stowe propose une contribution économique à l'Université de Leeds, à la condition expresse que cette institution académique fonctionne à l'instar d'une yéshiva, c'est-à-dire comme une institution se consacrant exclusivement aux études bibliques, et en particulier talmudiques.

Mme Stowe me permettra-t-elle de lui rappeler que le mot 'université' provient étymologiquement de l'expression latine 'universitas magistrorum et scholarium' [la communauté des maîtres et des élèves]. Le site de M. Awad correspond exactement à la définition de ce que devrait être une université : il fournit au monde entier un accès direct au discours palestinien. Il met la connaissance à la disposition de tous. Il a pour finalité de partager la notion de la brutalité sioniste avec tous les internautes sur notre Planète. Voilà qui n'a pas l'heur de plaire à Mme Stowe. En quelque sorte, elle préfère réduire au silence ceux qui s'opposent à Israël. Elle préfère imposer des restrictions à la liberté de parole. Mme Stowe, qui est elle-même diplômée de l'Université de Leeds, a sans doute oublié ce que signifie la liberté universitaire. Mais il y a bien plus préoccupant encore : bien qu'avocate, elle agit, de fait, contre la liberté d'expression.

Puis-je rappeler à Mme Stowe que c'est l'ouverture qui a fait de l'Occident quelque chose dont nous puissions, à l'occasion, tirer quelque légitime fierté ? Si Mme Stowe ne croît pas en la notion authentique d'universitas, lui préférant la dynamique étouffant tout débat de la yéshiva, elle devrait regretter sans tarder d'avoir choisi de retirer ses financements, et s'empresser de soutenir à nouveau une université qui a la chance d'avoir parmi ses étudiants quelqu'un comme Akram Awad.

Les lobbies sionistes vont tout faire pour interférer dans les libertés académiques. Les sionistes savent que la 'liberté de pensée', ainsi que la conscience morale, sont les deux menaces les plus graves pesant sur la politique israélienne et sur le discours siono-centré… Attention !

http://www.peacepalestine.blogspot.com

http://www.redress.btinternet.co.uk...