Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Les tuers silencieux enterrés en Palestine

Partout dans le monde, partout où il y a des conflits, partout en Palestine se répandent ces moyens de mort et de destruction : les mines terrestres. Les territoires palestiniens souffrent de ces champs de mines, bien que nombre d’entre elles aient été retirées.

Et selon les statistiques du Centre palestinien de lutte contre les mines, 300 personnes sont tombées en martyre dans les territoires palestiniens par les mines, uniquement en 2017. Il y a aussi 26 mille Palestiniens touchés et handicapés par elles.

Les chiffres indiquent qu’un million et demi de mines sont répandues sur quelque 166 champs étendus de Jénine jusqu’à al-Khalil, sur les zones frontalières.

Ahmed Mosaïd est un habitant d’al-Aghwar (vallée du Jourdain). Cette région est le lieu qui souffre le plus de ces mines terrestres, laissant d’innombrables victimes.

C’est pour renforcer sa mainmise sur al-Aghwar que les occupants sionistes plantent des mines sur les routes agricoles, confirme-t-il.

Certains groupes résidentiels survivent désormais aux côtés de champs de mines, à l’instar du lieu-dit de Yazra et la zone de Wadi al-Maleh, dit Mosaïd.

Beaucoup ont perdu leur vie ou leurs membres, par ces mines. Par ces mines, beaucoup sont devenus infirmes. Les gens ne peuvent rien faire contre ces monstres cachés autour des villages et des lieux-dits palestiniens.

Champs de mines sans limites

Le problème, c’est que les lieux des mines ne sont pas bien connus, ni leurs numéros, leurs types. Leurs champs n’ont pas de clôtures, de pancartes d’avertissement, même pas de carte indiquant où elles sont plantées.

Ces mines, plantées par les forces de l’occupation sioniste de façon inconsidérée, continuent d’empêcher aux Palestiniens l’utilisation et le développement de leur terre qu’ils ne peuvent déjà atteindre, selon Ahmed Mosaïd.

Pour sa part, Sacha Logi, qui travaille à l’organisation des Nations unies pour les mines, dit au correspondant de notre Centre Palestinien d’Information que le danger des mines existe toujours en Palestine. Il y a celles plantées durant la guerre de 1967 et celles plantées après la dernière guerre menée contre la bande de Gaza.

Il parle de sa mission :
« Actuellement, nous travaillons dans la bande de Gaza pour éliminer les mines et les obus, laissés durant les deux dernières guerres. Nous avons réussi à éliminer 149 bombes aériennes et quelque 29 tonnes de restes de guerres. »

Obstacle au développement

De son côté, l’ingénieur Mazen Awwad souligne que les champs de mines causent beaucoup de dégâts pour les hommes, les bergers et leurs bêtes. Mais surtout, elles restent un obstacle face au développement en Palestine.

Beaucoup de champs de mines se trouvent dans des terrains agricoles ou des terrains bien capables d’être exploités pour l’agriculture et l’industrie. Ne pas pouvoir profiter de ces terrains est une perte considérable pour l’économie palestinienne, conclut-il.