Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Lettre aux futur députés

Le 7 mai 2002

Aux candidat-e-s aux élections législatives de juin 2002

Madame, Monsieur,

Au cours des derniers mois, plusieurs comités de soutien au peuple palestinien, et aux Israéliens qui luttent pour une paix juste au Proche-Orient, se sont constitués dans le Val de Marne. Ils comptent à ce jour un millier d'adhérents et tiennent beaucoup d'initiatives. Ces comités ont constitué une coordination départementale. C'est au nom de ces comités et de leurs adhérents que nous avons décidé de nous adresser aux candidats aux élections législatives de juin 2002.

La politique israélienne conduit les peuples palestinien et israélien à la catastrophe, dans un effroyable bain de sang. Nul n'est en mesure de dire dans quelles limites géographiques le conflit actuel pourra être contenu. Il nous paraît évident que, face à ce conflit qui dure depuis des décennies, la communauté internationale, l'Europe, la France, ses gouvernants, ses parlementaires doivent agir pour faire prévaloir le droit international défini par les résolutions de l'ONU. En particulier la résolution 242 de novembre 1967 qui dit que l'Etat d'Israël doit évacuer les territoires occupés durant la guerre de juin 1967.

La guerre menée par Ariel Sharon et son gouvernement, renforcé de ministres d'extrême droite, ne vise même pas à assurer la paix et la sécurité au peuple israélien. Sharon est clair quand il dit que « les Palestiniens doivent subir des coups très durs, qu'il faut leur causer beaucoup de pertes, qu'il faut les vaincre avant de négocier ». Il ne veut pas négocier, il mène une guerre totale avec l'objectif d'écraser les Palestiniens, même si c'est au prix de la vie de milliers d'Israéliens. Il veut imposer sa solution : quelques bouts de Palestine, de véritables bantoustans sans aucune souveraineté, contrôlés militairement par l'armée israélienne, ou pire encore : l'expulsion de tous les Palestiniens par la force et la terreur. Comment expliquer autrement les actes des troupes israéliennes, à Jénin notamment, où, personne ne le nie aujourd'hui, y compris la mission de parlementaires européens constituée de représentants de tous les groupes politiques qui s'est rendue sur place, des crimes de guerre ont été commis ? Comment expliquer autrement l'acharnement à détruire par tous les moyens l'Autorité palestinienne favorable au dialogue pour une paix négociée, son Président élu, Yasser Arafat, prix Nobel de la paix qui serra la main de Rabin, toutes ses infrastructures, y compris de santé et d'éducation, y compris tout ce qui avait été édifié avec l'aide de l'Union Européenne ? Comment expliquer autrement que tout soit fait pour rendre impossible la vie des Palestiniens ? Enfermés depuis des mois dans leur quartier ou village quand ils ne sont pas soumis à un couvre feu total, les Palestiniens ne peuvent plus se rendre à leur travail, les malades et blessés ne peuvent plus être transportés à l'hôpital, les étudiants ne peuvent plus rejoindre leur université, les enfants leur école. Des centaines de maisons, tout le potentiel économique ont été détruits. Et pendant ce temps les colons et l'armée continuent de voler des terres aux Palestiniens, des terrains dans les villes, par la force des armes. Comment expliquer autrement ce fait : chaque fois que l'Autorité palestinienne est parvenue à obtenir une suspension des activités militaires des mouvements de résistance, Sharon s'est employé à relancer la violence en faisant assassiner des militants palestiniens ?

Face à cette vie impossible, à ces assassinats, à ces arrestations accompagnées d'actes de tortures y compris sur des enfants, à ces humiliations constantes, peut-on imaginer que les Palestiniens vont cesser de résister ? Certes, les attentats suicides, tuant ou blessant des civils israéliens, ne sont pas soutenables, mais ce sont des actes désespérés de résistance, pas obligatoirement de fanatiques, mais de gens qui n'en peuvent plus de subir ce qu'ils subissent, alors que Sharon réprime toutes les formes d'actions, même les plus pacifiques, et s'emploie à fermer toute perspective politique.

Au moment où, en France, toutes les forces républicaines viennent de donner un coup d'arrêt net à la progression des représentants du racisme, de la discrimination, de l'épuration ethnique, il ne faut pas se cacher qu'en Israël ces gens-là sont au pouvoir. Voici ce que déclarait A. Sharon en septembre 1982, après le massacre d'un millier de Palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila avec sa complicité agissante, dans un entretien avec l'écrivain Amos Oz publié par le quotidien israélien « Davas » : « Je me porte volontaire -disait-il- pour faire ce sale travail, de tuer autant d'Arabes qu'il est nécessaire, de les déporter, de les expulser, de les brûler, de faire que le monde entier nous haïsse, de tirer le tapis de dessous les pieds des juifs de la diaspora, ce qui les forcera à courir vers nous en pleurant. Même s'il faut faire sauter une ou deux synagogues par-ci par-là, cela m'est égal »

Aucun responsable politique ne peut ignorer ces réalités. Et pourtant, le gouvernement des Etats-Unis soutient totalement le gouvernement israélien et de ce fait n'est plus un acteur de paix. Dans ces conditions c'est à l'Union Européenne et à la France qu'il appartient de prendre la tête d'actions résolues pour la paix, par la reconnaissance des droits du peuple palestinien.

Madame, Monsieur, nous vous posons des questions précises. Etes-vous disposé(e) à vous associer, ou à prendre les initiatives nécessaires pour : - obtenir de l'ONU qu'elle fasse jouer à l'Assemblée générale son rôle de décideur, pour qu'il soit mis un terme au veto américain, afin qu' une force internationale soit envoyée sur place en Palestine, pour protéger et rassurer les populations palestinienne et israélienne. L'Europe doit se déclarer prête à l'envoi de cette force et la France doit montrer la voie.
-  que l'Europe déclare formellement sa reconnaissance de la Palestine.
-  arrêter toutes les coopérations militaires et les ventes d'armements à l'Etat d'Israël.
-  geler l'accord d'association qui lie l'Etat d'Israël et l'Union Européenne tant que les Droits de l'Homme ne seront pas respectés (article 2 de l'accord) tant que les résolutions de l'ONU ne seront pas appliquées par Israël : évacuation des territoires occupés depuis 1967 et donc évacuation des colonies, négociation sous contrôle international entre Etat palestinien et Etat israélien pour régler tous les autres problèmes tels que viabilité des deux Etats, droit au retour pour les réfugiés….

Madame, Monsieur, nous comptons recevoir votre réponse avant le 28 mai, car au delà de cette date nous rendrons publics les réponses reçues aussi bien que les silences.

Recevez, Madame, Monsieur, nos salutations citoyennes.