Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

LETTRE OUVERTE AUX PARLEMENTAIRES EUROPEENS

LETTRE OUVERTE AUX PARLEMENTAIRES EUROPEENS QUI ONT VOTE UN TEXTE HONTEUX BAFOUANT LES DROITS DU PEUPLE PALESTINIEN Par Silvia Cattori et Pierre-Yves Salingue

Le 23 octobre 2003 le Parlement européen a adopté à une très large majorité, une résolution pompeusement intitulée " Paix et Dignité au Proche-Orient". Vous étiez partie prenante de cette majorité qui n'avait pas besoin des voix des « Amis de la Palestine » pour obtenir la majorité absolue : 343 pour, 19 contre et 57 abstentions. C'est donc que vous avez jugé que, quelles que soient ses faiblesses et ses insuffisances, voire même ses erreurs, ce texte allait dans un sens positif et méritait votre adhésion.

Mais après un tel succès votre modestie nous étonne. Parce que si ce texte, comme l'affirment certains d'entre vous, est "un point d'appui pour la lutte en faveur des droits du Peuple palestinien", pourquoi ne pas l'avoir porté à notre connaissance dès son adoption ?

Peut-être étiez vous trop occupés à préparer l'initiative de Genève, à organiser, avec ses promoteurs, des réunions avant et après le vote du Parlement ? Ou peut-être avez-vous été saisis par quelques doutes, après relecture du texte issu d'un consensus émouvant ?

La résolution que vous avez appuyée porte atteinte au droit légitime du peuple palestinien à combattre l'occupant, à résister, et au droit au retour des réfugiés internationalement acquis. Nous reprenons, ci-dessous, quelques paragraphes qui en disent long sur ce que ce texte signifie pour les victimes palestiniennes de ce mauvais coup.

La résolution " Paix et Dignité au Proche-Orient" :
- « réitère sa ferme condamnation ainsi que le rejet de tout acte de terrorisme commis par des organisations terroristes palestiniennes contre le peuple israélien, et exige que l'Autorité nationale palestinienne mène une lutte sans merci contre ces actes de terrorisme jusqu'au démantèlement total de ces organisations »
- « déclare expressément que le terrorisme palestinien, que ses victimes soient civiles ou militaires, non seulement est responsable de nombreuses victimes innocentes, ce qui le rend des plus condamnables, mais en plus nuit gravement au processus de paix que l'on veut reprendre »
- « demande aux autorités palestiniennes d'affronter avec réalisme la délicate question du droit au retour des réfugiés, qui touche actuellement non moins de quatre millions et demi de personnes, de façon à pouvoir convenir entre les parties d'une solution juste et équilibrée qui tienne compte du fait que tous les réfugiés palestiniens ne pourront pas retourner vers leurs lieux d'origine et qu'il faut également prendre en considération les préoccupations démographiques d'Israël »

Vous qui pensiez savoir ce qui est supportable ou insupportable pour l'humanité, vous qui avez uni vos voix pour voter ce texte, peut-être vous êtes-vous étonnés de la réaction de ces réfugiés qui ne semblent pas apprécier les sacrifices qu'on leur demande une nouvelle fois, qui s'obstinent à ne pas comprendre que l'heure est venue d'être « réalistes et raisonnables » et donc, de renoncer au droit au retour. Mais peut-être avez vous été induits en erreur dans votre perception de la situation telle qu'elle se présente sur le terrain ?

Certes le désir de paix, chez les Palestiniens épuisés après tant d'années de mesures militaires répressives, est immense. Mais non pas au prix d'une nouvelle capitulation. L'immense majorité de la population a compris qu'une paix bâclée ne les mènerait qu'à plus de souffrance, à plus d'expulsions, à plus de destructions et donc à toujours plus de violence.

Les conditions que leur impose la négociation telle que présentée par ce texte, sont malvenues. Elle veut dire la capitulation, le renoncement à ses droits, à ce pourquoi le Peuple palestinien s'est battu durant 55 ans.

Vous vous obstinez à confondre une petite élite avec le peuple réel : celui des camps de réfugiés, celui des villages assiégés, celui des quartiers détruits. Ce peuple réel n'a pas, lui, profité des années d'Oslo, quand les interminables négociations favorisaient les affaires de "négociateurs" jamais pressés d'en finir.

La deuxième Intifada, était un mouvement qui entendait balayer cette classe d'affairiste que l'argent de l'aide internationale a corrompue. Elle n'y est pas parvenue. Et aujourd'hui vous voulez contraindre le Peuple palestinien - qui a déjà payé le prix fort de toutes les trahisons et les erreurs d'appréciation - à se soumettre à ces mêmes règles qu'il a rejetées dans son immense majorité.

Cela revient à traiter les acteurs du mouvement de solidarité avec le même mépris que celui que vous avez manifesté envers le Peuple et la résistance palestinienne en votant une résolution qui, avec ses 73 paragraphes, vous donne réponse à tout.

Tel un spectateur aveuglé par les talents du prestidigitateur, le citoyen sincère se voit inciter à fixer son attention sur ce que celui qui a voté ce texte veut bien lui montrer. Ainsi, suivant sa sensibilité, le parlementaire interpellé pourra présenter tel ou tel paragraphe pour convaincre celui qui met en cause ce texte, que sa critique est unilatérale et excessive. On lui répondra des choses du genre : "Mais oui on condamne l'occupation, et la violence excessive de l'armée, et on soutient les pilotes, et on demande le respect des droits des prisonniers, et le démantèlement des colonies, etc. Vous voyez bien que ceux qui nous critiquent exagèrent…"

Par ailleurs, que l'on ait désigné les colonies sous le vocable israélien d'implantations (sauf une fois l'expression "implantations de colonies"), que la résolution ne demande même pas la destruction du mur et banalise l'expression "mur de sécurité" (le paragraphe 2 demande le "gel" et le paragraphe 41 le proclame "illégal" mais se contente de demander à Israël "de s'engager à ce que le mur de sécurité ne préfigure en rien la frontière définitive") …ne semble pas vous avoir émus.

Ce qui apparaît dans le tableau principal de cette résolution, n'est pas la sauvegarde des droits légitimes des Palestiniens, mais celui des intérêts de l'élite, des privilégiés qui à Ramallah ou à Jérusalem sont pressés de négocier pour reprendre le pouvoir et les affaires juteuses, interrompues par l'avènement de l'Intifada.

D'ailleurs ces derniers ne peuvent qu'être ravis par une résolution qui "se félicite de la proposition annoncée par le Président Bush de créer une zone de libre échange entre les Etats-Unis et les pays arabes" et s'enthousiasme à l'idée de "pouvoir dès 2005 partager avec les deux partenaires (israéliens et palestiniens) un marché unique, le libre échange, un régime ouvert d'investissements …et également une coopération étroite en matière de lutte contre la criminalité, le terrorisme et l'immigration illégale».

Oui, tout à votre bonheur d'avoir fait passer un amendement pour « soutenir le pacte de Genève » vous avez voté ça !

Mais cette résolution n'est pas un jeu des contraires à somme nulle. Vous vous êtes permis de rayer d'un trait de plume le droit au retour des réfugiés dans leurs foyers, lequel est un droit individuel et collectif garanti par la Déclaration Universelle des droits de l'homme, par la Convention internationale des droits civils et politiques, par diverses résolutions de l'ONU, dont la résolution 194 fâcheusement oubliée dans les références pourtant nombreuses du texte voté.

En outre cette résolution assimile tout acte de résistance à du terrorisme et appelle à sa répression, niant ainsi à l'occupé le droit de résister à la domination coloniale de l'Etat d'Israël et à l'occupation étrangère de territoires conquis par la force.

Ignominie supplémentaire : par ce texte vous avez validé la notion de "préoccupations démographiques d'Israël», notion raciste qui mène tout droit à la reconnaissance de la préférence démographique et à la légitimation du nettoyage ethnique auquel mène inéluctablement l'idéologie sioniste de "l'état juif ».

Ce vote n'est pas survenu dans un moment banal. Il est intervenu en appui à l'accord de Genève, qui a notamment détourné l'attention de l'opération de nettoyage ethnique dans les territoires occupés et qui annonce celle prévue à l'intérieur même d'Israël. Il va dans le sens des volontés de l'USAID - le bras droit humanitaire de la CIA - et des gouvernements qui conditionnent désormais leur aide financière à un engagement des ONG palestiniennes et des comités populaires "à participer à la lutte contre le terrorisme". Tout un dispositif se développe visant à stigmatiser et isoler "les ennemis de la paix". Autrement dit, les Palestiniens qui ne veulent pas renoncer à leurs droits et les secteurs du mouvement de solidarité qui font le choix de soutenir celles et ceux qui veulent poursuivre la lutte. Ces compromis, ces ambiguïtés, ces abandons, qui sèment la confusion, sont votre choix.

Pour le mouvement de solidarité c'est aussi l'heure de trancher et de se déterminer avec justesse. Terroristes ou résistants ? Implantations ou colonies ? Mur de sécurité ou mur de nettoyage ethnique ? Préoccupations démographiques d'Israël ou droit au retour ?

IL VA FALLOIR CHOISIR ! Entre le soutien à la résistance palestinienne et l'incitation à sa capitulation, telle que votée par le parlement européen.

S'il ne veut pas sombrer, le mouvement de solidarité doit lier son sort à celui des Palestiniennes et des Palestiniens qui veulent résister et qui ont besoin de son soutien. Il doit, sans hésitation, se placer aux côtés de celles et ceux qui certes veulent comprendre, faire le bilan des dizaines d'années de lutte, réévaluer la stratégie et les méthodes, reconstruire les outils indispensables de la mobilisation populaire et répondre à la soif d'unité du Peuple palestinien. Un peuple qui n'est pas disposé à renoncer à ses droits.

Le 15/02/2004 Silvia Cattori Pierre-Yves Salingue

Rubriques: