Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Lettre signée par plus de 50 ex-Ambassadeurs et autres personnalités

Lettre signée par plus de 50 ex-Ambassadeurs et autres personnalités du monde diplomatique de Grande-Bretagne à Tony Blair, lui intimant soit d'avoir de l'influence sur les USA quant à sa politique au Moyen-Orient soit de cesser de soutenir celle-ci :

" Nous les soussignés, ex-Ambassadeurs de Grande-Bretagne, hauts commissaires, gouverneurs et officiels internationaux de haut rang, dont certains ayant eu une longue expérience au Moyen-Orient et certains dans d'autres parties du monde, avons suivi avec une inquiétude grandissante la politique que vous avez suivie au sujet du problème israélo-palestinien et de l'Iraq, en coopération étroite avec les Etats-Unis.

A la suite de la conférence de presse tenue à Washington au cours de laquelle vous-même et le Président Bush avez réaffirmé cette politique, nous estimons que le temps est venu de rendre publiques nos inquiétudes, dans l'espoir qu'elles feront l'objet d'un débat au Parlement et donneront lieu à une profonde remise à niveau.

La décision par les USA, l'UE, la Russie et les Nations-Unies de lancer la "Feuille de Route" pour la résolution du conflit israélo-palestinien a fait espérer que les principaux pouvoirs en place feraient enfin l'effort, d'une façon déterminée et collective, de résoudre un problème qui, plus que tout autre, a empoisonné les relations entre l'Occcident et le monde arabe et musulman.

... Mais les espoirs se sont révélés vains. Rien de réel n'a été fait, tant pour faire avancer les négociations que pour faire diminuer la violence.

La Grande-Bretagne et les autres garants de la Feuille de Route ont simplement attendu une ligne de conduite américaine, et ont attendu en vain.

Le pire était à venir. Après tant de mois perdus pour rien, la communauté internationale est maintenant confrontée à l'annonce par Ariel Sharon et le Président Bush d'une nouvelle politique, qui est unilatérale et illégale, et qui aura pour prix à payer encore plus de vies israéliennes et palestiniennes.

Notre consternation quant à une telle marche arrière est accrue par le fait que vous-même semblez l'avoir avalisée, abandonnant alors les principes qui depuis près de quatre décennies ont guidé les efforts au niveau international pour restaurer la paix en Terre Sainte, et qui ont formé la base des quelques succès que ces efforts ont produit.

L'abandon de ces principes arrive à un moment où, à tort ou à raison, nous sommes considérés à travers le monde Arabe et Musulman comme des partenaires dans une occupation violente et illégale de l'Iraq.

La conduite de la guerre en Iraq a démontré clairement qu'il n'y avait aucun plan effectif pour l'après-Saddam.

Tous ceux ayant une expérience de cette région ont prédit que l'occupation de l'Iraq par les Forces de la Coalition aurait à faire face à une résistance véritable et têtue, et ceci s'est révélé exact.

Décrire la résistance comme étant dirigée par des terroristes, des fanatiques et des étrangers n'est ni convaincant ni utile.

La politique doit prendre en compte la nature et l'histoire de l'Iraq, le pays le plus complexe de la région.

... Les actions militaires des forces de la Coalition doivent être guidées par des objectifs politiques et par des données relevant de l'Iraq même, et non par des critères qui leur sont éloignés.

Il ne suffit pas de dire que l'usage de la force relève de la responsabilité du commandement au niveau local.

Des armes lourdes inadaptées par rapport à la tâche à accomplir, un langage guerrier, les confrontations en cours à Najaf et à Fallujah, tout cela a développé plutôt qu'isolé l'opposition.

... Nous partageons votre opinion selon laquelle le gouvernement britannique a intérêt à travailler de la façon la plus étroite possible avec les Etats-Unis sur les deux questions en cause, et en exerçant une réelle influence en sa qualité de loyal allié.

Nous sommes d'avis que cette influence doit s'exercer de façon urgente.

Si ceci est inacceptable ou non bienvenu, alors il n'y a aucune raison pour appuyer une politique qui est condamnée à l'échec."

Les signataires sont : Brian Barder; Paul Bergne; John Birch; David Blatherwick; Graham Boyce; Julian Bullard; Juliet Campbell; Bryan Cartledge; Terence Clark; David Colvin; Francis Cornish; James Craig; Brian Crowe; Basil Eastwood; Stephen Egerton; William Fullerton; Dick Fyjis-Walker; Marrack Goulding; John Graham; Andrew Green; Vic Henderson; Peter Hinchcliffe; Brian Hitch; Archie Lamb and David Logan.

Et aussi : Christopher Long; Ivor Lucas; Ian McCluney; Maureen MacGlashan; Philip McLean; Christopher MacRae; Oliver Miles; Martin Morland; Keith Morris; Richard Muir; Alan Munro; Stephen Nash; Robin O'Neill; Andrew Palmer; Bill Quantrill; David Ratford; Tom Richardson; Andrew Stuart; David Tatham; Crispin Tickell; Derek Tonkin; Charles Treadwell; Hugh Tunnell; Jeremy Varcoe; Hooky Walker; Michael Weir and Alan White.

© BBC MMIV http://news.bbc.co.uk/go/pr/fr/-/2/hi/uk_news/politics/3660837.stm

Rubriques: