Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Mahmoud Abbas lance un appel au dialogue national accueilli favorablement par le Hamas

Avec les agences de presse

Le président palestinien Mahmoud Abbas a appelé mercredi 04 juin à un "dialogue national" avec le Hamas, une proposition accueillie favorablement par ce dernier. "J'appelle à un dialogue national, global sur la base de l'initiative yéménite", a déclaré Mahmoud Abbas dans un discours à Ramallah en Cisjordanie.

Par ailleurs, les propos du candidat démocrate à la présidentielle américaine Barack Obama sur le caractère "indivisible" de Jérusalem ont provoqué mercredi la colère des Palestiniens et l'embarras du gouvernement américain.

"Nous rejetons ces propos. Jérusalem est l'un des dossier en cours de négociation. Tout le monde sait parfaitement que Jérusalem-est a été occupée en 1967 et nous n'accepterons pas un Etat sans Jérusalem, cela doit être clair", a affirmé le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

"Le discours d'Obama détruit tout espoir d'un changement dans la politique américaine sur le conflit arabo-israélien", a affirmé à l'AFP Sami Abou Zouhi, un porte-parole du Hamas.

En mars, une initiative yéménite entre le Hamas et le Fatah avait été acceptée par les deux mouvements, mais elle était restée lettre morte à la suite de divergences sur l'interprétation du texte et son application sur le terrain.

Le principal point de divergence portait sur l'exigence du Fatah d'un retour à la situation qui prévalait avant la prise du pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza le 13 juin 2007. Le Hamas a refusé de renoncer à contrôler cette région tout en se déclarant prêt à un dialogue sans préalable.

Le président Abbas a expliqué faire cette proposition "par souci d'unité et à la suite de plusieurs appels en provenance de pays arabes et amis pour mettre fin aux divisions et pour un retour à une situation qui prévalait à Gaza".

"Je vais m'activer sur la scène arabe et internationale pour obtenir un soutien à notre initiative destinée à restaurer l'unité de notre peuple", a ajouté M. Abbas. Il a a aussi affirmé qu'à l'issue du dialogue national, il entendait organiser des élections présidentielle et législative, des scrutins prévus par l'initiative yéménite.

Le président palestinien a également appelé "la communauté internationale à intervenir pour obtenir la levée du blocus imposé à notre peuple à Gaza. Ce blocus constitue un crime de guerre contre le peuple palestinien".

Israël a imposé un blocus sur la bande de Gaza en réponse à la prise du pouvoir du Hamas dans cette région et aux tirs de roquettes par les groupes résistants. Le porte-parole du gouvernement à Gaza, Taher Nou-Nou, a déclaré à l'AFP que le "Premier ministre Ismaïl Haniyeh accueille favorablement cet appel très positif à un dialogue national en vue de l'application de l'intiative yéménite".

"Le Premier ministre apportera sa réponse officielle demain (jeudi 5 juin) lors d'un discours ou d'une conférence de presse", a ajouté le porte-parole. Israël avait réagi négativement à l'initiative yéménite. Un responsable israéliens avait indiqué le 24 mars que "Mahmoud Abbas doit décider s'il veut poursuivre les négociations avec Israël ou s'il veut renouer une alliance avec le Hamas, car il ne peut pas avoir les deux à la fois".

"Mahmoud Abbas, s'il veut continuer à diriger le camp de la paix, ne peut pas s'associer avec le Hamas qui prône la destruction d'Israël", avait également affirmé Amos Gilad, un haut responsable du ministère de la Défense de l'autorité d'occupation.

Rubriques: