Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Manifestation du 02/03/08 à Paris contre le terrorisme d'Etat israélien Photos

Plus d'un millier de manifestants ont occupé dimanche après-midi la place de l'Opéra, en plein centre de Paris, pour dénoncer la campagne de terreur sanglante de l'armée israélienne, qui a fait plus de 100 morts, hommes femmes et enfants, dans la bande de Gaza au cours des derniers jours.

L'appel avait été lancé samedi après midi par les associations CAPJPO-EuroPalestine, GUPS (Association des Etudiants Palestinens en France)Abna Philistine Enfants de la Palestine), APF Paris et ISM (International Solidarity Movement - France).

De nombreuses, banderoles, pancartes et slogans dénonçaient le terrorisme israélien et son impunité depuis 60 ans. Les slogans stigmatisaient également la connivence des gouvernements du monde entier, de Bush à Sarkopzy en passant par Moubarak, ainsi que l'absence des grands médias français. Parmi les nombreux slogans : "Dehors les assassins, vive la résistance du peuple palestinien", "A bas les occupants, qui font couler le sang depuis 60 ans", "Vos Apache et vos Cobra ne parviendront pas à briser Gaza", "Olmert arrête ta sale guerre, les Palestiniens résistent sur leur terre", "Olmert assassin ! Sarko collabo !"

Des représentants des associations organisatrices ont pris la parole, ainsi qu'un porte-parole du Comité de Bienfaisance et de Secours au Peuple Palestinien (CBSP), et la Délégué Générale de la Palestine en France, Hind Khoury.

Nous nous sommes ensuite dispersés, après avoir exprimé notre colère et notre solidarité avec le peuple palestinien, conscients les uns et les autres de la nécessité de poursuivre la mobilisation.

------------------------

Provocation fasciste à la manifestation de dimanche

La manifestation de dimanche Place de l'Opéra, à Paris, en solidarité avec le peuple palestinien, a été la cible de provocations d'individus violents, agissant de manière à l'évidence concertée, sans succès heureusement.

A 15 heures dimanche, un officier de police, en civil, s'est présenté Place de l'Opéra, muni de son ordre de mission, pour une prise de contact avec Olivia Zémor, présidente de CAPJPO-EuroPalestine, signataire la veille de la déclaration de rassemblement auprès de la préfecture.

Après un bref échange d'informations sur différents détails pratiques (présence d'une sono, durée du rassemblement…), l'officier nous a assuré que « la police veillait au grain », et interviendrait avec les moyens nécessaires en cas de provocations. « Je connais le Bétar et la Ligue de Défense Juive, je sais ce dont ils sont capables, et nous sommes là pour que votre rassemblement se déroule dans des conditions normales », a ajouté ce fonctionnaire devant plusieurs témoins.

De fait, vers 15h45, un groupement d'une dizaine d'individus, dont plusieurs portaient des casques de moto, se sont approchés du terre-plein de la Place de l'Opéra où un certain nombre de manifestants étaient déjà en place, et ont commencé à vociférer, aux cris de « Israël vaincra », « A mort les Arabes ».

Des manifestants ont tenté de les repousser, et quelques coups ont été échangés. Les policiers présents ont tenté de s'interposer, mais ils étaient à ce moment-là une demi-douzaine au maximum, et au moins l'un de ces policiers a été agressé par un membre du commando sioniste.

Lorsque des renforts policiers sont arrivés, dans les minutes suivantes, les provocateurs rôdaient encore, hurlant, à quelques dizaines de mètres de la Place, où des centaines de manifestants avaient maintenant afflué. Nous avons dû insister, auprès d'officiers de police, pour qu'ils éloignent les provocateurs, dans l'intérêt de tous, y compris celui des trublions que des manifestants ont photographiés. La police a bloqué deux d'entre eux, et les autres se sont apparemment éloignés.

La manifestation s'est alors poursuivie normalement. Deux individus louches ont brièvement tenté de faire reprendre par la foule des slogans n'ayant rien à voir avec la juste dénonciation des crimes de l'Etat d'Israël, mais ils ont été rapidement sommés de se taire. La fin du rassemblement a été prononcée par les organisateurs à 17h30.

Nous ne savons pas si la police a, ne serait-ce que relevé les identités des deux nervis d'extrême-droite, membres d'une bande qui sévit dans l'impunité la plus totale depuis trop longtemps, y compris lorsqu'un de ces voyous poignarde en pleine rue un commissaire de police, comme ce fut le cas il y a quelques années à Paris. Inversement, nous avons reçu une information selon laquelle un participant au rassemblement aurait été interpellé. Nous reviendrons sur ce point en fonction des informations dont nous disposerons.

Les incidents évoqués ci-dessus, tels que CAPJPO-EuroPalestine a pu jusqu'à présent en établir le déroulement, rappellent des provocations similaires survenues le 22 mars 2003 à l'occasion d'un défilé contre la guerre en Irak. Après avoir été mise en cause, CAPJPO-EuroPalestine avait porté plainte, et fait condamner en justice deux officines pro-israéliennes.