Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Naplouse : première cible des arrestations du mois d'avril

Rien qu'au mois d'avril, 328 Palestiniens ont été arrêtés, dont 66 à Naplouse. www.arabs48.com

Le centre d'information sur les prisonniers a annoncé que le nombre de prisonniers en Cisjordanie et dans la bande de Gaza est arrivé pour le mois d'avril à 328 Palestiniens, 296 de Cisjordanie, 32 de la bande de Gaza.

Ces arrestations ont eu lieu lors des invasions répétées des forces d'occupation des villes de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, malgré l'accalmie qui dure depuis près de trois mois.

Le centre a précisé dans son rapport que la ville de Naplouse tient la première place d'après le nombre de personnes arrêtées, avec 66 personnes, ensuite al-Quds avec 57, qui ont été arrêtées lors des menaces d'invasion de la mosquée par les colons sionistes, suscitant des manifestations importantes contre la violation des lieux saints palestiniens.

Pour la bande de Gaza, le rapport indique que la zone du nord a été la plus touchée par les arrestations, avec 14 personnes, puis Khan Younes avec 8 et Rafah avec 7 personnes.

Le rapport du centre d'information sur les prisonniers a montré les souffrances des prisonniers qui sont détenus dans des conditions difficiles et qui subissent les mauvais traitements lors des interrogatoires, ainsi que leur état de santé, où ils manquent de médicaments et de soins médicaux. L'âge des prisonniers n'est pas respecté, ils sont privés des visites, les parents étant interdits sécuritaires, et lorsque les parents peuvent y aller, ils sont maltraités et humiliés.

Le rapport mentionne les martyrs du mouvement des prisonniers, au cours des années de l'Intifada, et la raison de leur décès, il mentionne également la répression des femmes palestiniennes détenues, et celle exercée contre les enfants détenus, dont les conditions de détention sont très pénibles, notant que plusieurs enfants n'ont pas reçu la visite de leurs parents depuis leur arrestation.

Le rapport mentionne la déclaration du ministre des prisonniers et libérés, Sufyan Abu Zayda, disant que malgré l'accalmie qui dure depuis plus de trois mois, aucune amélioration n'a été décelée dans la question des prisonniers, indiquant que le peuple palestinien réclame un agenda précis et clair sur la libération de tous les prisonniers, qu'il refuse les critères israéliens, et il n'y aura aucune négociation tant que tous les prisonniers, et notamment ceux qui sont prisonniers avant les accords d'Olso, ne sont pas libérés.

Le rapport a dévoilé une nouvelle méthode mise au point par les services de renseignements israéliens pour arracher des aveux lors des interrogatoires. Cette nouvelle méthode consiste à faire une promesse au détenu que s'il avoue, il aura des facilités, il sera libéré ou aura la peine minimum. Mais l'instructeur revient peu à peu sur ses promesses et le prisonnier se retrouve dans une situation aussi inhumaine qu'avant.

Concernant la détention administrative, le rapport indique que les prisonniers administratifs sont de plus en plus nombreux. Pour le seul mois d'avril, 100 Palestiniens ont été arrêtés sans qu'aucune charge ne leur soit signifiée. Ils ont été répartis dans les prisons du Naqab, de Meggido et Aylon. Ils sont interdits de se mêler aux autres, et sont interdits de visite.

Concernant les anciens prisonniers, détenus avant les accords d'Oslo (1996), plusieurs sont interdits de visite depuis plusieurs années, et la plupart ont une santé fragile.

Muhammad Badr, le directeur du centre d'information sur les prisonniers, lance un appel pour dénoncer toutes les pratiques terroristes israéliennes à l'encontre des prisonniers, et toutes les violations des conventions internationales sur les droits de l'homme et les droits des prisonniers. Il a insisté sur le rôle nécessaire des médias, locaux, arabes et internationaux pour soutenir la cause des prisonniers, dénoncer les violations israéliennes de leurs droits et de lever le slogan : ni accord, ni négociations sans la libération de tous nos prisonniers.