Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Naqab en Palestine : détruire les maisons et les villages pour expulser

L'"administration des terres d'Israël", officine sioniste légale pour voler les terres des Palestiniens, a de nouveau sévi dans les villages palestiniens du Naqab, région à l'extrême sud de la Palestine occupée en 48, située entre la région d'al-Khalil et la bande de Gaza. Cette officine sioniste, renforcée par des dizaines de policiers, ont détruit le 14 septembre 5 maisons dans plusieurs zones du Naqab, dont deux situées dans le village d'al-Fari'a, dont l'existence a été récemment reconnu par les autorités sionistes, et qui se trouve à l'ouest de la ville de Arad.

Comme à son habitude, la police a encerclé le village, bloqué toutes les issues avant de procéder à la démolition. Les familles touchées sont celles de Qabou'a et Dararja. Dans le village de Umm Ratam, le propriétaire de la maison démolie s'est évanoui lorsqu'il a vu les bulldozers écraser sa maison. A Um Mitnan, la maison de Abu Ashibe a été démolie et dans le village de Rahye, au nord de Rahat, la maison de la famille Hazil a été démolie. Hussayn Rafay'a, président du conseil régional des villages non reconnus, arrivé rapidement au village Fari'a, a déclaré : C'est encore un autre crime commis contre des citoyens sans défense. Le gouvernement prétend qu'ils sont citoyens de l'Etat, mais nous ne pouvons être des citoyens dans cet Etat, tous les jours, nous sommes les victimes de nouveaux crimes, nos maisons sont détruites et nos terres sont prises. Nos enfants n'ont plus d'abris. Ce gouvernement commet des crimes partout. Ils veulent nous expulser de nos terres, mais nous leur disons que nous avons résisté plus de 60 ans devant leurs crimes, nous résisterons donc : nous reconstruirons nos maisons." Hussayn Rafay'a a lancé un appel à toutes les consciences vives de la communauté internationale à "sauver cette partie de ce peuple, qui fait face aux crimes quotidiens du gouvernement d'Israël. Ce gouvernement nous interdit de boire l'eau, il nous prive des services les plus nécessaires, auxquels ont droit les humains. Le gouvernement d'Israël est très éloigné du sens de l'humanité. Là où il y a des catastrophes naturelles, le gouvernement d'Israël accourt pour secourir, pour essayer de laver son visage horrible, mais en même temps, il commet des crimes contre ses propres citoyens, en les laissant sans abris. Aucun Etat au monde n'interdit à 90.000 êtres humains de boire de l'eau." Hussayn Rafay'a a appelé la population à rester sur ses terres et à y vivre en toute dignité, poursuivant : "nous allons résister, le monde va changer, et une autre époque viendra". Il faut ajouter que le 30 août dernier, six maisons ont été détruites dans le Naqab, destructions menées cette fois-ci par le ministère israélien de l'intérieur. Ces six maisons se trouvent dans le village non reconnu par les autorités sionistes, Tuwayel, qui se trouve à l'est de la route Beer Saba' - Tel Aviv. Les propriétaires de ces maisons sont mariés et pères d'enfants (de deux à neuf enfants par famille). Un jeune, Yaser Aqil Talalqa, a été blessé par les policiers. L'un des propriétaires, Aqil Talaqa, a raconté l'histoire de sa famille, qui a commencé avec leur exil en 1956 des terres du village Twayel. En effet, le gouvernement militaire sioniste les avait obligés, prétextant que la zone n'était pas sécurisée, à s'en aller ailleurs, en leur promettant qu'ils reviendraient. Il raconte : "Nous avons habité à Laqya, mais lorsque les propriétaires ont voulu leur terre, nous avons décidé de revenir à la nôtre, ici, à Tuwayel, bien que nous ayions acheté un terrain à Laqya, en 1973, mais l'administration des terres d'Israël n'a pas voulu régler le problème de ces terres que nous lui avons achetées. Au contraire, elle nous poursuit. Là où nous allons, elle envoie ses forces pour détruire nos maisons et tuer notre cheptel. Nous sommes actuellement en négociation avec une autre structure, qui prétend soutenir le développement des Bédouins. Ils disent qu'ils nous planifient un village, tout près de Laqya (village reconnu où les sionistes veulent concentrer tous les Palestiniens du Naqab). Mais nous leur avons demandé de planifier un village près de la colonie Lahafim, où se trouvent nos terres, mais ils refusent parce qu'ils prétendent que nos terres se trouvent dans la zone de ce qu'ils appellent le métropolitain de Beer Saba'. Quoiqu'il en soit, nous ne partirons pas de nos terres, elles sont à nous, nous avons les preuves. L'Etat n'a aucun droit sur ces terres". Hussayn Rafay'a avait déclaré à l'occasion : Nous nous étonnons que l'Etat détruise nos maisons, pensant que cela nous ferait partir. Nous n'avons jamais vu encore une famille dont la maison a été détruite, quitter les lieux. Au contraire, les familles reconstruisent. La destruction des maisons n'est pas une solution.

Une brochure sur la région du Naqab a été rédigée par l'Association Palestine en marche, qui agit en solidarité avec le conseil régional des villages non-reconnus du Naqab, pour aider les villageois à reconstruire leurs maisons, planter leurs arbres et installer des structures éducatives dans les villages non-reconnus.

 Sources: arabs48.com