Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Naqab en Palestine occupée

les démolitions se poursuivent et un plan pour l'expulsion de 80.000 Palestiniens

Les bulldozers du ministère de l'intérieur accompagnés de 30 véhicules de la police sioniste, ont procédé le mardi matin à la démolition de deux maisons et de quatre magasins dans diverses régions du Naqab, malgré le mauvais temps et les pluies diluviennes et le froid. Les familles auxquelles appartiennent les maisons sont restées, tel que le souhaite la nouvelle barbarie des sionistes, sans abri.

Ces deux maisons sont situées dans les villages non reconnus, à Tila' Rashid, à l'est de Houra, et à Khirbet al-Batel, au sud de la ville de Rahat.

C'est à six heures du matin que les bulldozers sont arrivés dans la région d'al-Batel, au sud de Rahat, pour détruire trois magasiuns et la maison de Ahmad Atayqa, 34 ans, dont la famille est composée de son épouse et de ses cinq enfants.

La région se trouve dans la zone de Rahat, selon la planification sioniste, et les habitants refusent de s'en aller.

Dans la région Abu Taloul, les bulldozers ont détruit un magasin appartenant à Awda Abu Salb et la maison de Khalil Hwashe, marié et père de quatre enfants.

Interrogé par le correspondant du site, Khalil Hawashle (33 ans) a déclaré : que voulez-vous dire ? La question est que ma maison se trouve dans les dédales des tribunaux, et bien que nous ayions montré aux policiers l'ordre du tribunal de Beer Saba', qui interdit la destruction de la maison, cela n'a arrêté personne et n'a aucune influence. La maison est construite dans un lieu qui ne dérange personne, et récemment, notre village a été reconnu, mais la destruction de la maison est devenue une affaire de vengance, de la part des officiers : mon frère avait été arrêté, ils l'ont agressé et ne l'ont emmené à l'hôpital qu'après intervention d'un avocat..

"Ils sont venus chez moi, ont tiré 28 coups de feu, près de la maison, j'ai porté plainte contre eux.. Ils m'ont demandé de collaborer avec eux, sinon ils détruiraient ma maison. Ils m'ont fait ce chantage, soit tu collabores, soit on détruit ma maison. Je leur ai dit que je n'étais pas prêt à vendre ma dignité, mais je réclame de vivre dans ma maison.. Je construirai à nouveau ma maison, car c'est là où se trouve l'avenir de mes enfants, et les menaces de la police ne me font pas peur. D'un côté, ils disent qu'ils ont reconnu mon village, et de l'autre, ils détruisent ma maison. La question qui se pose est : qui peut m'accorder un permis de construire ? Est-ce qu'ils m'ont donné un permis que j'ai refusé ? Barbares ceux qui se consdièrent comme des hommes de loi, c'est ce qui me met le plus en colère. Dès demain, je reconstruirai ma maison, et tous ceux qui peuvent m'aider, seront bénis.

Atiya Issam, dirigeant du centre du comité des quarante, dans le Naqab, a déclaré : "les démolitions des maisons font partie des poursuites contre les habitants du Naqab, alors qu'au même moment, ils ne proposent rien, ils ne proposent aucune alternative. Et nous pensons que cette opération a une odeur électorale, et ce sont les citoyens arabes du Sud qui vont payer le prix. Nous exigeons de l'Etat la cessation de ces opérations de démolition, les familles deviennent sans aucun abri en pleine période d'hiver, et qu'il propose et négocie avec les habitants eux-mêmes, et aucune solution ne peut nous être imposée".

Hussayn Rafay'a, président du conseil régional des villages non-reconnus du Naqab, a déclaré à notre correspondant que le conseil régional allait faire un don de 2000 dollars aux citoyens pour reconstruire leurs maisons, ajoutant : "ce village dépend du conseil Abu Basma, et il a été reconnu récemment. Sa planification est sur le point d'aboutir. Les habitants ont commencé à construire leurs maisons en pierre, et des centaines de milliers de shekels ont été dépensés pour les constructions. Cette opération de démolition montre que les gens visés sont ceux qui ont protesté, il s'agit d'une vengeance. Nous avons essayé d'empêcher la démolition, mais nous n'avons pas réussi. Les bulldozers détruisent tout sur leur passage.

Abdel Karim Atayqa, membre du comité central du Rassemblement national démocratique, a ajouté, commentant les démolitions, disant : "C'est le vrai visage du gouvernement israélien, dans toutes ses tendances, de gauche et de droite, ils veulent judaïser le Naqab et la Galilée, dans le cadre d'un plan qu'ils ont déjà approuvé. Un comité a été formé, sous la direction de Shimon Perès, "la colombe de la paix", dans ce but. Nous devons, en tant qu'Arabes dans notre pays, nous organiser et empêcher l'application de ce plan. Un Etat qui détruit les maisons de ses propres citoyens, en plein hiver, est un Etat qui se comporte avec nous en tant qu'ennemis et non en tant que citoyens. Nous devons en terminer avec cette politique.

Dans le cadre du plan qui vise à mettre la main sur les terres des Arabes dans ce pays, il y a le plan de "développement (judaïsation) de la Galilée et du Naqab"; cinq mois après le début de l'exécution du plan de désengagement de la bande de Gaza, le conseil de la sécurité nationale d'Israël vient de proposer un plan similaire consistant à "évacuer et donner des compensations", aux villages arabes non-reconnus du Naqab !! où vivent plus de 40.000 Arabes palestiniens !!

Le site électronique Maariv a déclaré que ce plan va être proposé la semaine prochaine au cours du sixième congrès de Herzelia organisé par un Institut politique et stratégique. Le plan, préparé par le président du conseil de la sécurité nationale, indique que, après la mise en place du plan de "développement" des Bédouins du Naqab et l'investissement de dix milliards de shekels au cours de la dernière décennie, de nombreux problèmes se posent encore concernant les habitants dispersés dans les villages non reconnus !

Les planificateurs expliqent que les échecs des plans successifs sont dûs à la "prétention des tribus concernant la propriété des terres, croyant qu'avec le temps, le lieu où ils se trouvent seront des lieux fixes et étendus, affirmant que l'Etat ne leur a pas proposés des plans alternatifs." Selon les planificateurs de ce plan, "les habitants des villages non reconnus sont les plus pauvres du pays, il est difficile de contrôler leur extension géographique, et ils représentent le taux le plus élevé de criminalité".

Pour Hussayn Rafay'a, ce plan est extrêmement dangereux, mais il n'est pas nouveau, nous savons qu'il fait partie de tous les plans pour judaïser ce qui nous reste encore de terres, c'est un plan qui est contre nous, les Arabes et les Bédouins du Naqab, qu'ils soient des villages non-reconnus ou des villages reconnus".

Le plan envisage d'expulser les Bédouins par la force, mais nous ferons face à ce plan, et nous ne partirons pas, quel que soit le prix que nous allons payer, même si nous serons enterrés dans notre terre."

Il a ajouté : Nous allons manifester devant le congrès de Herzelia, où sera proposé officiellement ce plan, et les jours prochains, la direction nationale des Arabes du Naqab se réunira pour mettre un plan d'action pour faire face à ce plan raciste et criminel. Ce gouvernement, celui d'Olmert, est celui du crime organisé, c'est un raciste, auteur d'idées racistes, et il est le premier à avoir signé ce plan".

Le président du conseil des villages non-reconnus, Hussayn Rafay'a, a lancé un appel à tous les Arabes palestiniens du pays leur réclamant de se tenir aux côtés des Arabes du Naqab pour faire face à ce plan criminel, il les a appelés à laisser de côté leurs querelles partisanes en ce moment difficile, car il s'agit d'un problème national qui vise tous les Arabes palestiniens du pays".

Dans une déclaration à l'agence Naba, Hussayn Rafay'a a longuement commenté ce plan de transfert et d'expulsion proposé, disant : Ce plan préparé par le gouvernement israélien, concernant ce qu'ils appelent "le problème des Bédouins du Naqab" est très dangereux. Il vise à arracher les Arabes par la force, à les transporter dans des camions vers des régions lointaines, pour en faire des réfugiés. Il s'agit d'une occupation sous occupation. Seuls quelques passages du plan ont été publiés, qui traitent de l'accroissement naturel des Arabes et du problème démographique dans le Naqab. Les propositions peuvent être résumées en deux mots : transfert et expulsion, tels que le pensent les courants sionistes extrémistes. Ce plan est basé sur l'évacuation des colonies de la bande de Gaza, dans le cadre de la loi "évacuation et compensations", où 8000 colons ont été évacués de la bande de Gaza, mais ici, il s'agit de faire "évacuer" 40.000 Arabes de leurs terres légales et légitimes, faisant miroiter des compensations financières. Et pour ceux qui refusent, ce sera l'application de la force. Pour ceux qui ont mis au point ce plan, il s'agit d'une vision stratégique, relative à l'"avenir" d'Israël. Pour le conseil régional des villages non-reconnus, ce plan est issu de la haine et du racisme que portent ses concepteurs.

Le plan remet même en cause la reconnaissance de quelques villages qui n'étaient pas reconnus. "En réalité, il ne s'agit pas de 40.000 Arabes menacés d'expulsion, mais de 80.000, puisque les villages récemment reconnus sont inclus dans le transfert projeté. Pour ceux qui ont conçu le plan, les villages reconnus l'ont été par erreur. Ce sont tous les Bédouins du Naqab qui sont menacés par ce plan, qu'ils vont proposer au congrès de Herzelia.

Post-Scriptum :

Source: www.arabs48.com et Naba agency for ...

Traduit par Centre d'Information sur la Résistance en Palestine