Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Ne lâchons rien !

Nous ne nous sommes pas exprimés ces derniers jours et n’épiloguerons donc pas sur la manière dont le gouvernement a magistralement utilisé tous les moyens de communication entre ses mains pour obtenir une « union sacrée » avec les bourreaux, les tortionnaires, les dictateurs et tous les adeptes du terrorisme d’Etat.

Nous condamnons cependant avec vigueur ses crimes et avons une pensée très émue pour toutes les familles endeuillées et nous leur adressons à tous nos condoléances.

C’est l’occasion de dénoncer la présence indécente à la « Marche républicaine » du dimanche 11 janvier à Paris, entre autres chefs d’État pratiquant la répression, interdisant la liberté d'expression, s'opposant à la laïcité, discriminant les femmes, méprisant la souveraineté des peuples, menant des opérations guerrières, de Benjamin Netanyahu, le Premier ministre israélien, massacreur des Palestiniens, d’Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères d’Israël, chef du parti d’extrême-droite Israel Beytenou, de Naftali Bennett, chef du parti sioniste religieux d’extrême-droite Le Foyer Juif et du mouvement pro-colonies My Israel.

 

 

 

 

    Benjamin Netanyahu, Premier ministre israélien, s’est toujours opposé aux Accords d’Oslo. Ces derniers résultent de discussions entre des négociateurs israéliens et palestiniens tenues à Oslo en Norvège, pour poser les premiers jalons d'une résolution du conflit israélo-palestinien. Une Déclaration de principes a été signée à Washington le 13 septembre 1993 en présence de Yitzhak Rabin, Premier ministre israélien, de Yasser Arafat, Président du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) et de Bill Clinton, Président des Etats-Unis, pour régler le problème et poser les bases d’une autonomie palestinienne temporaire de 5 ans. Benjamin Netanyahu a favorisé la construction de nouvelles implantations israéliennes en Cisjordanie, en expulsant les Palestiniens. Il s’est toujours opposé à la création d’un État palestinien. Avant de prendre l'avion pour Paris il a lancé un appel : "A tous les juifs de France, tous les juifs d'Europe, je vous dis : Israël n'est pas seulement le lieu vers lequel vous vous tournez pour prier, l'Etat d'Israêl est votre foyer".
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Avigdor Lieberman, ministre des Affaires étrangères, a fondé le parti d'extrême droite Israel Beytenou. Lors de la seconde intifada, en 2002, il demande le bombardement des stations d'essence, banques et centres commerciaux palestiniens. Il s'oppose au plan de désengagement des territoires occupés et propose en mai 2004 un plan alternatif dans lequel il prévoit une séparation entre Juifs et Arabes « pour créer deux États ethniquement homogènes ». En janvier 2008, Avigdor Liberman a quitté le gouvernement afin de s'opposer aux négociations de paix avec les Palestiniens. Il a été inculpé de « blanchiment d’argent », « fraude », « subornation de témoins », « entrave à la justice »…
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

    Naftali Bennett est un homme d’affaire et politicien qui dirige le parti politique sioniste religieux d’extrême-droite Le Foyer juif, ainsi que le mouvement pro-colonies My Israel. En juillet 2013 il déclare : « J'ai tué beaucoup d'Arabes dans ma vie. Et il n'y a aucun problème avec ça », lors d'une réunion retranscrite par le quotidien Yedioth Ahronoth.

 

 

 

 

 

 

 

 

Heureusement, tout le monde n’a pas marché dans la combine, et on peut constater via internet que bon nombre ont refusé d’avaler les couleuvres. L’important maintenant est de rester mobilisés contre tous les massacres, contre toutes les injustices, contre toutes les formes de racisme, et contre toutes les tentatives de limiter notre soutien aux opprimés, après avoir donné les grandes orgues sur le thème de la liberté d’expression.

Nous lançons un appel solennel à toutes celles et tous ceux qui nous lisent : ne baissons pas les bras, ne nous laissons pas intimider, ni paralyser par la nausée.

Les Palestiniens, qui servent de cobayes, et qui meurent enfermés pendant qu’on défile au nom de la liberté, ont plus que jamais besoin de nous, pour épauler leur résistance.

Nous avons le devoir de poursuivre et d’amplifier la campagne de boycott d’Israël, car sans la fin de cette occupation qui dure depuis des décennies, avec son cortège d’atrocités, il n’y aura pas de paix dans le monde, mais au contraire toujours plus de barbarie.

N’oublions pas que jusqu’en 2008, Nelson Mandela était officiellement classé dans la liste des terroristes par les « spécialistes de la lutte antiterroriste ». N’empêche que le boycott de l’Afrique du Sud de l’Apartheid, très minoritaire pendant de longues années d’oppression et de massacres des Noirs africains, a fini par réussir à abolir le régime de ségrégation raciste.

Ne lâchons rien !