Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Nous écrivons contre la haine et l'ignorance

Nous écrivons aujourd'hui car nous refusons de voir germer la haine et l'ignorance sans la combattre. Nous écrivons car nous croyons à un monde où chacun des mots liberté, égalité et fraternité aura un sens. La liberté pour notre peuple qui vit une occupation de plus en plus meurtrière. Egalité pour tous les hommes et femmes quelque soit leur religion ou leur race.

Fraternité, c'est notre vision d'une humanité unie autour de valeurs communes.

C' est pourquoi nous dénonçons ceux qui jouent avec les amalgames, ces extrémistes qui tentent de faire passer notre combat pour un combat entre musulmans et juifs, mais aussi ceux qui ne cessent de crier à l'antisémitisme à chaque critique adressée au gouvernement israélien. Ceux-là tentent de nous réduire au silence en abusant d'une accusation aussi grave que l'antisémitisme alors qu'ils savent pertinemment que nos critiques sont adressés contre les crimes d'Israël. Comme le dit l'historien Moshé Zimmermann, Israël dévalue l'accusation grave d'antisémitisme en l'utilisant avec libéralité contre les attaques visant sa politique gouvernementale. Du coup, déplore-t-il, "quand il s'agit de véritable antisémitisme, l'autre partie ne fait plus attention".

Mais c'est le cas aussi de certains représentants de la communauté juive qui par leur comportement irresponsable participe à la confusion générale. Nous ne nous permettrons pas d'avoir la même attitude. C'est pourquoi nous adressons ce message clair, nous poursuivrons notre lutte pour la restitution de nos droits nationaux reconnus par le droit international, mais aussi notre combat pour le respect des droits de l'homme et malgré les blessures nous continuerons à croire à un autre monde où nous pourrions vivre ensemble. Voilà ce qui nous a toujours distingué des sionistes pour qui la religion définissait l'appartenance, pour nous ce sont les idées qui définissent qui nous sommes.

Nous écrivons notre colère et notre indignation des actes antijuifs en France et à l'étranger. Non, on ne peut se prévaloir de la cause palestinienne pour commettre ces actes. Nous refusons que notre combat pour la libération de notre peuple soit transformé en une guerre de religions.

Aucune explication ne peut-être donnée à de tels actes, profaner les cimetières, brûler les synagogues et les lycées. Ceux-là ne connaissent ni notre histoire, ni notre cause. Ils ne savent pas que nous avons le plus grand respect de la dignité humaine que nous tentons de faire respecter pour notre peuple dont les droits sont bafoués chaque jour.

Comment permettre de telles insultes des morts quand nous nous battons pour que les meurtres cessent ? Comment se prévaloir de Dieu pour brûler la maison de Dieu car les synagogues, comme les églises, comme les mosquées sont les maisons de Dieu ?

Comment construire l'avenir en brûlant les lieux où grandissent les générations futures.

Notre combat prend ses racines dans notre désir de justice, de liberté mais aussi de paix. Ce n'est pas une guerre de religion car notre combat n'a ni frontières, ni religion, ni race. Il a été mené par des hommes et des femmes de toutes les nationalités, par des croyants et des athées, par des musulmans, des juifs et des chrétiens pour mettre fin à l'occupation.

Nous nous adressons à la communauté juive en lui demandant de ne pas laisser la peur les pousser au repli communautaire, ce qui serait la pire des solutions. Certains au sein même de cette communauté tente de profiter de ces crimes pour expliquer que le communautarisme est la seule solution. Non, la solidarité contre toutes les formes de racisme est la seule solution. Les victimes du racisme sont juives, musulmanes, arabes, noirs et c'est pour tous qu'il faut se battre. Les actes antijuifs et les actes antimusulmans doivent être combattus avec la même fermeté, et la France se doit de défendre tous ses citoyens.

Nous écrivons aujourd'hui au nom de notre cause et des principes qui nous animent mais aussi au nom des milliers de juifs qui à nos côtés se sont battus et continue à se battre pour la justice et la défense des droits de notre peuple, au nom de ceux qui sont morts pour lutter contre les discriminations, nous lutterons toujours contre le racisme aveugle et criminel.

Post-Scriptum :

"Ma priorité a toujours été celle de la conscience intellectuelle plutôt que la conscience nationale ou tribale, malgré la solitude qu'un tel choix risque d'imposer."

Edward Saïd

Abna Philistine (enfants de la Palestine) et Union Générale des Etudiants de Palestine - Unité Paris