Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

PROPALESTINIEN DONC ANTISIONISTE

Soutenir la lutte de libération du Peuple palestinien

Aujourd'hui la première responsabilité d'un mouvement de soutien est de prendre la mesure des enjeux de la situation à laquelle est confronté le peuple palestinien. Le vrai enjeu est celui de la destruction de la cause nationale palestinienne par l'imposition au peuple palestinien dispersé du renoncement à ses droits, dont le premier est celui de l'autodétermination.

Ceci passe par la destruction de la résistance palestinienne qui, avec la résistance du peuple irakien, est un obstacle majeur à la réalisation du plan impérialiste de futur " grand Moyen-Orient " L'état sioniste d'Israël, avec son projet colonial d'occupation et d'annexion de la Palestine, est la pierre angulaire du dispositif impérialiste de contrôle de la région et de mise en tutelle des peuples arabes qui l'habitent. Pour les dirigeants impérialistes et ceux de l'état sioniste il convient de masquer autant que faire se peut les objectifs réels et les conséquences concrètes de cette politique sur les populations concernées. Plans de paix, conférences internationales et discours sur la « démocratie » alimentent une agitation médiatique orchestrée qui vise à concentrer l'attention de l'opinion publique sur des évènements et des faits secondaires. Elections " démocratiques " en Irak et en Palestine, " réformes ", « lutte contre la corruption », " reconstruction " etc. sont autant de mirages destinés à masquer la vérité d'une nouvelle entreprise de colonisation et d'asservissement des peuples arabes de la région. C'est pour ces raisons que toute " solidarité " fondée sur l'objectif d'imposer une négociation destinée à parvenir à une " paix juste " fondée sur " un partage équitable des terres et des ressources " est une impasse, tragique et sanglante pour les peuples qui sont censés en être bénéficiaires. S'agissant de la question palestinienne il existe une réalité incontournable même pour les plus sincères des partisans de la paix entre les deux peuples : c'est l'état israélien réellement existant. Celui-ci résulte du choix fait par les dirigeants sionistes de lier le sort de leur projet politique à l'impérialisme dominant. Ce choix, ( remarquable pour un prétendu « mouvement de libération nationale » du peuple juif !), a marqué à jamais la nature et la fonction de cet état imposé aux peuples arabes et fondé sur la négation du peuple palestinien et de ses droits. C'est aussi pour cela que croire que " quelques hommes courageux et de bonne volonté de part et d'autre " peuvent mettre un terme au " conflit " est une illusion dont les peuples ont déjà payé le prix fort et dont la répétition, après des expériences désastreuses telle celle des accords d'Oslo, contraint à s'interroger sur la réalité des intentions et des intérêts de ceux qui la défendent à nouveau. Le mouvement de soutien que le peuple palestinien appelle de ses vœux(5) est un mouvement qui l'appuie dans sa lutte de libération et pour la conquête de ses droits nationaux, pas un mouvement d'appui à des prétendues " solutions justes et durables " qui posent comme condition incontournable le respect d'un état colonial d'apartheid qui est la négation même des droits des Palestiniens. Dans ces conditions, " élargir et renforcer la solidarité " ce n'est pas inviter plus d'hommes et de femmes à adhérer à des mirages et à répandre à leur tour des illusions. Il ne s'agit donc pas d'être " plus radical " pour le plaisir comme l'accusation est portée par les prétendus réalistes qui considèrent qu'Israël est un " fait accompli " et que le Peuple palestinien, remercié au passage pour ses " sacrifices généreux ", devra se contenter de la portion congrue : une petite Palestine en forme de confettis, pas de retour pour les réfugiés etc. Il s'agit d'abord et tout simplement d'être honnête avec celles et ceux qui découvrent ou réalisent l'ampleur de l'injustice et entrent sincèrement en sympathie naturelle avec les Palestiniens. Ces hommes et ces femmes ont le droit de savoir quelles sont les racines de l'injustice et quels sont les vrais motifs et enjeux de l'affrontement dès lors qu'ils veulent s'impliquer et contribuer à la recherche d'une issue qui respecte tous les droits de tout le peuple palestinien. Il s'agit ensuite d'être très réalistes - beaucoup plus réalistes que ceux qui prétendent l'être en proposant des " solutions modérées et équilibrées " - en pensant que les peuples du monde, dont nous faisons partie, n'ont d'autre avenir possible que dans la résistance à tous les plans d'oppression, de soumission et d'asservissement. C'est aussi la responsabilité des mouvements de soutien, en liaison avec les initiatives du mouvement antiguerre, d'aider les peuples irakiens et palestiniens qui sont aujourd'hui les maillons les plus exposés de cette cause universelle à ne pas rompre, à tenir, à reprendre des forces et contribuer ainsi à la défaite des plans de l'Impérialisme. Elargir et renforcer le soutien c'est donc développer un puissant mouvement populaire solidaire des droits, des revendications et des actions de résistance choisies par les peuples occupés et opprimés.

S'agissant du soutien au peuple palestinien il faut un soutien sans faille à sa lutte de libération nationale et donc en premier lieu à son droit à l'autodétermination, exigence dont le droit au retour des réfugiés est inséparable. Pour desserrer le nœud coulant d'une occupation qui asphyxie les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza, il faut développer une puissante campagne de boycott, de désinvestissement et de sanctions à l'encontre de l'état d'Israël. Il faut isoler l'état israélien d'apartheid, il faut isoler l'état colonial qui emprisonne. Nul doute que ce sera difficile, plus difficile qu'avec l'Afrique du sud du fait de l'existence des verrous idéologiques posés par les dirigeants sionistes qui ont su faire d'un des pires actes d'atrocité de l'Histoire humaine, l'extermination des juifs d'Europe, une arme absolue qui prétend délégitimer tout combat contre l'état raciste israélien.

Soutenir la lutte des Palestiniens c'est aussi les aider à reconstituer leurs forces, aider les hommes et les femmes à reprendre confiance dans l'action collective, dans l'expression de leurs exigences démocratiques et de leurs droits sociaux, dans la réalisation de leurs projets économiques, éducatifs, culturels, politiques et associatifs avec un souci scrupuleux de leur indépendance de décision. C'est là un point décisif d'action d'un mouvement de soutien à l'heure où reviennent en force en Palestine les donateurs privés et les financeurs publics (USAID, Communauté européenne etc.) qui conditionnent leur aide aux ONG palestiniennes à l'engagement d'actions qui s'inscrivent dans la normalisation imposée et s'éloignent de tout esprit de résistance. C'est ainsi que, loin de se substituer à eux et de prétendre décider à leur place, nous les aiderons à reconquérir et reconstruire les outils de réflexion, de débat collectif et d'action dont ils/elles ont besoin et que nous ne devons pas confondre avec les prétendues « opportunités démocratiques », octroyées aux Palestiniens par les chars israéliens et réservés à une élite politique et sociale qui accapare les médias mais est coupée de la population et ne représente pas ses intérêts. C'est là une condition pour que les Palestiniens et les Palestiniennes puissent vraiment choisir les objectifs, la stratégie et les moyens de leur résistance à l'oppression coloniale et de leur libération. Plutôt que leur reprocher certains moyens utilisés dans leur résistance, la tâche d'un mouvement de soutien est de les aider à réunir les conditions du « choix des armes » et de leur permettre d'agir conformément à ce choix.

Pour faire tout cela et pour toutes ces raisons c'est d'un mouvement de soutien consciemment et délibérément antisioniste dont les Palestiniens ont besoin.

Post-Scriptum :

Pierre-Yves Salingue 30/01/2005

pysalingue31@hotmail.com

Rubriques: