Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Qui est sémite et qui ne l'est pas ? Texte d une grande importance pour ne plus être mené en bateau...

Devant le terrorisme intellectuel exercé au nom de l’antisémitisme, il convient d’apporter les précisions suivantes.

C’est une imposture historique de réserver le terme sémite aux seuls juifs.

Historiquement sont sémites toutes les populations dont la langue appartient au groupe linguistique sémitique.

Ces langues sont : l’araméen, l’akkadien, l’hébreu, l’arabe, les langues cananéennes (dont le philistin) les dialectes du sud de l’Arabie (le Yémen actuel à une certaine époque) et les langues sémitiques de l’Ethiopie dont certaines donneront avec le mélange des dialectes berbères et égyptien ancien les langues chamito-sémitiques.

De ce fait sont sémites toutes les ethnies qui parlent une langue sémites. Aujourd’hui sont sémites donc les arabes, les assyriens d’Irak et de Syrie qui continuent à parler l’araméen et les populations éthiopiennes qui parlent des langues sémites.

Par ailleurs, c’est un non sens historique de considérer que tous les juifs sont sémites. Les juifs appartiennent à des ethnies différentes qui se sont converties au judaïsme à des moments différents de l’Histoire. Ils ne peuvent en aucun cas être considérés comme une ethnie qui a conscience d’avoir parlé la même langue à travers l’Histoire. 

En Arabie, beaucoup de tribus arabes païennes se sont convertis au judaïsme. Ces tribus devenues juives appartiennent à l’ethnie arabe. On peut citer aussi l’exemple d’un prince du Yémen du 6ème siècle qui s’est converti au judaïsme pour être soutenu par les perses et se protéger des byzantins

De mêmes que certaines tribus arabes se sont converties au christianisme. Les premières tribus devenues chrétiennes sont les Ghassanides et les Lakhmides, donc chrétiens de religion mais arabes ethniquement. On peut citer les Nabatéens qui ont évolué dans la cité de Pétra, ou le royaume de Zénobie dans la capitale est la prestigieuse Palmyre.

Tout cela pour dire que l’appartenance religieuse ne renvoie pas nécessairement et mécaniquement à une appartenance ethnique.

La manipulation du sémitisme à des fins idéologique a commencé avec la constitution d’un projet national juif et du retour à la terre promise. Ce projet sioniste construit autour de la judaïté avait besoin de créer un peuple dans la logique colonialiste : « un peuple sans terre et une terre sans peuple ». Il fallait donc inventer un nouveau prisme pour servir ce projet. 

1- Tous les juifs seraient les descendants de tribus hébraïques chassées de Palestine

2- Réserver le mot sémite aux seuls juifs 

3- Faire l’amalgame entre sionisme et sémitisme. On retrouve donc l’infâme credo de Bernard Henri Lévy l’antisémitisme passe par l’antisionisme pour museler les critiques à l’encontre d’une idéologie d’occupation. L’instrumentalisation de cet amalgame s’est accompagnée d’un arsenal juridique pour imposer le silence face aux crimes commis par le sionisme.

Nous disons, qu’il appartient à chacun d’avoir la conscience de son appartenance. Si certains juifs se reconnaissent en tant qu’ethnie surtout que les moyens ont été déployés pour les fédérer autour de mythes fondateurs comme la revendication de la langue hébraïque, cela les concerne, c’est leur problème. Toutefois, il est important de préciser que l’hébreu était une langue exclusivement théologique. Les hébreux parlaient l’araméen ou d’autres langues cananéennes.

Par contre, nous refusons la falsification de notre Histoire et nous dénions le doit à quiconque de nous déposséder de notre Mémoire.

Nous crions haut et fort, nous sommes arabes et donc sémites. Nous nous donnons le droit de critiquer et stigmatiser le sionisme, idéologie colonialiste fasciste sans que personne n’ait le droit de nous traiter d’antisémites.

Nous réitérons, nous sommes arabes, tous palestiniens

Adel Berkane