Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Rencontre en prison avec le député palestinien Ahmed Saadat (FPLP)

Par Julien Versteegh

C'est en cellule que nous rencontrons le député palestinien Ahmed Saadat. Il est un des trois élus récents du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), dont il est le secrétaire général. Depuis près de quatre ans, il est emprisonné à Jéricho par l'Autorité palestinienne, sous la garde de 18 soldats britanniques et américains. Une rencontre exceptionnelle avec un homme exceptionnel.

Julien Versteegh 15-03-2006

Il est 7 heures du matin, ce samedi 11 février 2006, lorsque j'entame mon périple qui me mènera deux heures plus tard à la prison de Jéricho. Ce n'est pas une affaire simple. Le problème principal consiste à se rendre à Jéricho, ville de l'Est de la Cisjordanie. A partir de Bethléem, il faut passer au minimum deux barrages routiers de l'armée israélienne (j'en passerai deux à l'aller et quatre au retour).

Arrivé à la prison, le visiteur est soumis à une fouille en règle par la sécurité palestinienne, supervisée par un soldat américain en civil. Appareils photos et téléphones portables sont interdits. Deux portes à passer, un détecteur de métaux et je me retrouve dans la cour de la prison, sur laquelle donnent les cellules des détenus.

On m'en désigne une. L'intérieur est confortable. Je me vois offrir thé, café et petits biscuits. L'air fatigué, Ahmed Saadat m'accueille. Il me parle de ses quatre enfants, qui lui rendent visite de temps en temps. Son épouse, par contre, a été récemment placée en résidence surveillée par Israël, pour une durée de six mois. Puis, il entame la discussion, qui durera quatre heures, entrecoupée par les nombreuses visites d'amis.

D'Europe, il est très surprenant d'être prisonnier et d'être en même temps élu au Parlement. Pouvez-vous expliquer votre histoire?

Ahmed Saadat. Mon histoire n'est pas différente des nombreuses autres histoires de combattants de la liberté qui luttent pour l'indépendance nationale. Mais je suis également emprisonné parce que je suis le secrétaire général du FPLP. L'Autorité Palestinienne m'a arrêté et emprisonné du fait des pressions israéliennes sur les administrations américaines et européennes. Celles-ci ont émis un mandat d'arrêt international et ont, à leur tour, fait pression sur l'Autorité palestinienne pour me faire arrêter, moi et d'autres de mes camarades.

Mettre le FPLP sur la liste des organisations terroristes, agréé par les Etats-Unis et l'Union Européenne, est caractéristique: c'est un processus qui vise à considérer toute la résistance palestinienne à l'occupation israélienne comme étant terroriste. Cela fait partie de la politique américaine qui vise à imposer ses propres principes au reste du monde.

Le FPLP a eu trois élus aux élections législatives du 25 janvier. Comment jugez-vous ce résultat?

Ahmed Saadat. Evidemment, ce n'est pas bon pour nous et nous travaillons à être plus forts. Mais les résultats électoraux du FPLP ne reflètent pas son influence réelle sur le terrain. Car toutes les élections ont été dominées par l'extrême polarité entre le Fatah et le Hamas, par le souhait populaire de remplacer le Fatah, qui était la faction dominante au sein de l'Autorité palestinienne. Et par le sentiment populaire que le Hamas pouvait être le parti capable de changer la situation actuelle.

Que défend le FPLP?

Ahmed Saadat. Le FPLP est un parti palestinien légal qui essaie de libérer son peuple de l'occupation. Tout comme le Hamas, nous voulons continuer l'Intifada. Nous rejetons les accords d'Oslo [accords dits «de paix» conclus en 1993 entre Israël et l'Organisation de libération de la Palestine] et la «Feuille de route» [accord dit de «paix» imposé par les Etats-Unis, l'Union européenne, la Russie et l'Onu en 2003]. Comme le Hamas, nous refuserons de reconnaître Israël tant que nos droits nationaux ne seront pas reconnus.

Il n'y a pas d'espoir de négociations avec Israël, car il refuse de négocier avec les Palestiniens. Le nouveau parti israélien Quadima [mis sur pied par Sharon] a construit son programme sur un état de fait pour imposer le programme territorial sioniste: confisquer 60% de la Cisjordanie en la vidant de ses habitants palestiniens et créer un Etat juif pur. La «Feuille de route» nous ramène à la situation d'avant l'Intifada. Elle veut imposer un compromis sur les résolutions de l'Onu qui reconnaissent nos droits légitimes. Nous n'avons pas besoin de négociations sur ces résolutions, nous avons besoin qu'elles soient appliquées.

Il faudra tout de même un jour trouver une solution au conflit entre Israéliens et Palestiniens...

Ahmed Saadat. La seule solution viable pour résoudre le conflit historique entre Israël et le peuple palestinien est la création d'un seul Etat démocratique sur toute la Palestine historique d'avant 1948. Mais actuellement, cela est impossible à réaliser. Il est nécessaire d'avoir une étape intermédiaire qui consiste en la création d'un Etat palestinien indépendant sur les frontières de 1967, c'est-à-dire sur toute la Cisjordanie et la Bande de Gaza, avec Jérusalem comme capitale. Et en appliquant le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Le FPLP utilise différentes méthodes de travail dans la lutte de libération. C'est un parti populaire qui a différentes institutions populaires pour les travailleurs, les femmes, les étudiants, les professions intellectuelles. Il développe également différents services sociaux d'aide au peuple dans les domaines de la santé, de l'agriculture, de l'éducation, des arts, des droits humains...

Quel est votre programme économique et social?

Ahmed Saadat. Il est basé sur le renforcement de la démocratie dans tous ses aspects. Sur la construction d'une économie indépendante, en accord avec notre droit légal de résistance, pour donner à notre peuple les conditions objectives permettant sa libération et l'achèvement de l'indépendance nationale.

Notre programme essaie de servir les intérêts de l'ensemble du peuple et vise en particulier à améliorer les conditions de vie de la paysannerie et des pauvres. Il vise également à mettre fin au chômage afin d'assurer que chacun ait les mêmes chances de mettre en valeur ses capacités professionnelles. Pour cela, il s'agit de reconstruire les institutions de l'Autorité Palestinienne.

Sur le plan économique, notre programme met en avant, pour la période actuelle, l'union des secteurs publics et privés afin de créer les bases d'une économie palestinienne nationale et autosuffisante.

Comment jugez-vous la récente victoire du Hamas?

Ahmed Saadat. Elle est un résultat logique de la lutte qui, ces dernières années, a opposé le Hamas à l'Autorité Palestinienne. Sur le terrain, le Hamas est beaucoup plus fort que les autres organisations. Le peuple voit donc en lui un espoir de changement du système politique qui sévit actuellement au sein de l'Autorité Palestinienne.

Une alliance est possible avec le Hamas?

Ahmed Saadat. Nous n'avons pas peur de conclure une alliance avec le Hamas, mais nous sommes également ouverts à une alliance avec toutes les autres organisations palestiniennes pour constituer un front national contre l'occupation. Nous avons besoin d'un gouvernement réellement national. Nous avons une bonne opportunité d'alliance si le Hamas reste sur sa position de refus des accords d'Oslo et de la «Feuille de route».

Entre-temps, parmi toutes les organisations qui se réclament de gauche en Palestine, le FPLP essaie, particulièrement avec le Front démocratique de libération de la Palestine (FDLP), de construire un projet palestinien de gauche. Un projet basé sur une vision claire de notre identité marxiste, sur base de la lutte nationale et de la lutte de classe, liées à la lutte nationale au niveau régional arabe et à la lutte internationale des peuples, en connection avec les mouvements révolutionnaires internationaux.

Sur quels points êtes-vous en désaccord avec le Hamas?

Ahmed Saadat. Il y a des divergences entre nos programmes politiques, mais également entre nos programmes sociaux respectifs. Le Hamas veut créer un Etat islamiste sur la Palestine, dont les institutions seraient basées sur la loi islamique. Le FPLP essaie, lui, de construire un Etat démocratique respectueux de la liberté de pensée, de croyance et garant des droits humains. Un Etat séparé des structures religieuses.

Le Hamas sait qu'il ne peut appliquer son programme pour l'instant. Nous leur avons demandé leurs intentions et ils nous ont répondu que tant que l'occupation durera, l'application de leur programme islamiste est impossible.

La différence entre le Hamas et nous est aussi très claire dans le domaine économique. Il essaie de construire une économie libérale capitaliste, alors que nous pensons à une économie intégrée (coexitence des secteurs publics et privés) comme première étape pour construire une économie socialiste, base d'une économie nationale indépendante et forte.

Vous parliez de l'importance de mener la lutte nationale sur base de la lutte de classes. Qu'est-ce que cela signifie?

Ahmed Saadat. Depuis que l'Autorité Palestinienne a été instaurée, celle-ci a ouvert la voie à de nouvelles contradictions sociales au sein du peuple palestinien. Nous luttons au sein de ce nouveau contexte pour obtenir des réformes sociales au sein de l'Autorité Palestinienne, tout en continuant la lutte de libération nationale. Il s'agit de construire une nouvelle société tout en continuant le combat contre l'occupation.

Il y a actuellement deux contradictions majeures. La principale est la contradiction entre notre peuple et l'Etat d'Israël sur la question de l'occupation. La seconde se situe au sein même du peuple palestinien, entre le peuple et la bourgeoisie de l'Autorité palestinienne et de l'OLP.

La bourgeoisie palestinienne veut arrêter la lutte contre l'occupation et est prête à tous les compromis pour s'arranger avec les Israéliens afin de défendre ses propres intérêts économiques. Par exemple, l'Autorité palestinienne a fait construire un Casino ici à Jéricho avec le soutien financier d'Omri Sharon, le fils d'Ariel Sharon!

Post-Scriptum :

Repères

- a.. FPLP. Front populaire de libération de la Palestine. Organisation palestinienne marxiste créée en décembre 1967. Son secrétaire général, Ahmed Sadaat, a succédé à Abu Ali Mustapha, assassiné par un missile israélien le 27 août 2001.
- b.. Fatah. Parti du défunt président palestinien Yasser Arafat et de l'actuel président Mahmoud Abbas.
- c.. Hamas. Parti islamiste sorti vainqueur des élections palestiniennes du 25 janvier.
- d.. OLP. Organisation de libération de la Palestine. Créée en 1964, elle est l'organisation historique regroupant l'ensemble de la lutte palestinienne (Fatha, FPLP et d'autres) à l'exception du Hamas et du Jihad islamiste. L'OLP a perdu son rôle dirigeant en 1993 au profit de l'Autorité palestinienne.
- e.. Autorité palestinienne. C'est l'entité gouvernementale qui représente les Palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza (et non les millions de Palestiniens réfugiés dans d'autres pays). Créée en 1993, elle a un président (Mahmoud Abbas), une assemblée élue (le Conseil législatif palestinien), une police et des représentants dans plusieurs pays.
- f... Conseil législatif palestinien. C'est le Parlement palestinien. Les élections de ce 25 janvier 2006 ont réparti les 132 sièges ainsi : 76 au Hamas, 43 au Fatah, 3 au FPLP, 2 à Al Badil, 2 à Troisième 3e voie, 2 à Palestine indépendante, 4 aux Indépendants.

Source :http://www.ptb.be/solidaire.htm