Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

RIPOSTES, l'émission de Serge MOATI.

Par Sylvia Cattori

Dimanche soir, RIPOSTES, l'émission de Serge MOATI. Tariq RAMADAN face à Alain FINKIELKRAUT

Compte tenu des réactions hystériques suscitées par le texte de Tariq Ramadan paru sur OUMMA.COM - après que le quotidien « Le Monde » ait refusé de le publier - il était intéressant de voir et d'entendre ces deux protagonistes s'expliquer en direct.

Premier point, on constate que Tariq Ramadam semble serein, détendu et souriant. Finkielkraut, lui affichait tous les symptômes du stress. Tendu comme un arc, il se frottait sans cesse les mains, trahissant ainsi une grande nervosité.

Parmi les autres invités, seul Denis Sieffert a su garder une attitude objective face aux arguments développés par Ramadan et Finkielkraut. Les trois autres se perdant dans des généralités et des lieux communs, n'ont pas été à la hauteur de la discussion et sont passés inaperçus.

En effet, Alain Finkielkraut qui a pourtant l'habitude des plateaux de télévision, étant l'un des intellectuels parmi les plus médiatisés, a semblé bien peu convaincant malgré ses qualités de pédagogue. Sa prestation fut un flop et n'ont été convaincus que ceux qui l'étaient déjà.

Pourquoi ?

Tout simplement parce que Finkielkraut s'est fait le chantre d'une cause indéfendable. Même avec du talent, même avec malice et perversité, son discours est apparu comme une suite d'exagérations puériles. Denis Suiffert s'est d'ailleurs chargé de le lui rappeler.

Ce discours lassant de la victimisation des uns et la diabolisation des autres, s'est finalement retourné contre lui car - ainsi que le lui faisait remarquer à juste titre Ramadam - Finkielkraut n'a pas répondu une seule fois sur le fond du débat.

Le soutien implicite apporté à la politique raciste de l'Etat hébreu par absence de condamnation claire, a permis à chacun de comprendre que Monsieur Finkielkraut ne dénonce ni l'apartheid ni les agissements de Sharon, manifestement par réflexe communautariste, confirmant ainsi les craintes de Tariq Ramadan.

Si cette émission a servi à quelque chose c'est à comprendre cela : les intellectuels sionistes, les nouveaux philosophes, se prétendent universalistes uniquement lorsqu'il s'agit d'aller chercher des poux sur la tête des autres.

Lorsqu'il s'agit des exactions commises au nom du sionisme, là c'est le black out total, Finkielkraut se réfugiant derrière la ritournelle habituelle de l'antisémitisme... Puéril et malhonnête.

Un sondage paru dans l'Herald Tribune du 31 octobre 2003 montre que 59% des européens considèrent que la politique d'Israël constitue la plus grave menace pour la paix mondiale. Ces 59% d'européens doivent-ils être taxés d'antisémitisme aussi ?

Monsieur Finkielkraut ne lit peut-être pas l'Herald Tribune puisqu'il s'obstine à désigner l'Islam comme la source de tous les dangers, oubliant au passage les propos de Tony BLAIR le 3 juillet dernier devant le Congrès américain, qui disait, je cite : - "La politique brutale que mène Israël contre les Palestiniens est la cause principale de la montée du terrorisme islamiste."

Le monde entier a compris ça, la preuve se trouve à l'ONU où l'ensemble de la communauté internationale ne cesse d'aligner les résolutions contre Israël.

Il n'est pas nécessaire d'être musulman pour être choqué par la politique de Sharon. Il n'est pas nécessaire d'être musulman pour comprendre qu'Israël est le seul Etat qui se veut au-dessus des lois. Il n'est pas nécessaire d'être devin pour voir qu'Israël n'a jamais respecté aucune résolution de l'ONU se mettant en permanence hors du Droit international, hors de toute légalité.

Diaboliser la communauté musulmane de France pour masquer les crimes d'Israël ne contribuera pas à favoriser le dialogue et la compréhension, bien au contraire.

Monsieur Finkielkraut s'obstine à désigner les concitoyens de confession musulmane, comme responsables de cette "vague déferlante d'antisémisme" imaginaire. Comme tous ses collègues, il confond non sans malice, anti- sionisme et antisémitisme.

Non content de proférer des accusations calomnieuses, il n'a pu s'empêcher de s'adonner à une de ces manipulations ignobles dont il a le secret. Ainsi, il a affirmé que la situation des chrétiens palestiniens était devenue insupportable à cause du "sectarisme" supposé des palestiniens musulmans. Un mensonge de plus pour essayer de diviser pour mieux régner. Tous ceux qui ont eu l'occasion d'aller en Palestine peuvent témoigner de la grande solidarité qui existe entre Palestiniens, quelque soit leur religion. Les Palestiniens chrétiens ne sont pas victimes de l'ostracisme des Palestiniens musulmans mais bien de la purification ethnique israélienne.

Heureusement pour nous tous, par ses excès et ses tentatives de manipulation de l'opinion publique, Finkielkraut accélère son propre déclin après avoir pollué l'esprit de deux générations de lecteurs. Malheureusement on peut se prétendre philosophe universaliste et démontrer par réflexe communautariste, un aveuglement constant et une totale partialité dans l'analyse de la situation au Moyen Orient.

Dans ces conditions, quand le sage montre la lune, l'imbécile regarde le doigt...

En conclusion, Tariq Ramadan a bien du mérite de tenter de dialoguer avec ces intellectuels plus attachés à l'idéologie sioniste qu'à la vérité...

3 novembre 2003

silviacattori@yahoo.it

Rubriques: