Gn 15,18. En ce jour-là, le Seigneur fit alliance avec Abram, en lui disant: Je donnerai ce pays à votre race, depuis le fleuve d'Egypte, jusqu'au grand fleuve d'Euphrate;
Gn 15,19. Tout ce que possèdent les Cinéens, les Cénézéens, les Cedmonéens ....  
Des arnaques, on en a connu. mais comme celle-ci: jamais!

 

Seigneur, pardonnez leur, car ils savent ce qu'ils font !

Elia Suleiman

Dans cette lettre ouverte à quiconque se sentira concerné, je suspends ma signature de l'appel des artistes Palestiniens et Libanais au boycott de ce qui était censé être boycotté - à savoirles activités culturelles impliquant la participation ou le financement de l'Etat d'Israël .

J'ai signé et soutenu avec véhémence cette pétition contre la guerre de destruction barbare perpétrée par Israël au Liban, et contre la continuation du nettoyage ethnique du peuple palestinien.

La suspension de ma signature est une protestation contre les comportements récemment pratiqués par certains des artistes signataires lors d'évènements culturels internationaux. Ces comportements ont inclus le boycott de cinéastes ( individuels), bien connus de ces pétitionnaires comme des artistes (individuels) qui soutiennent les résistances palestinienne et libanaise, accompagnent ces luttes dans le domaine politique ou culturel , et dont les oeuvres témoignent en elle-mêmes de leur engagement; des artistes dont les positions morales etintellectuelles comme la production artistique perturbent les murs de la ségrégation, et qui promeuvent et contribuent à la culture arabe et palestinienne à travers le monde.

Pourtant ces cinéastes ont été boycottés, chassés, fuis comme s'ils avaient la peste, pour la simple raison qu'ils se trouvent être porteurs de l'identité israélienne.

Je ne sais si ces artistes palestiniens et libanais ont été mal inspirés par la colère et la frustration causées par le dernier épisode en date de la monstruosité israélienne, par une sensiblerie nationaliste ou même par pure ignorance. Je suis cependant consterné par la facilité avec laquelle des victimes de l'occupation et des agissements militaires israéliens ont pu si facilement se transformer en imitateurs de leurs propres oppresseurs et se livrer à des pratiques arbitraires d'exclusion, d'excommunication et de lynchage intellectuel, tous ces comportements teintés de chauvinisme et autres hérésies issues des ténèbres du nationalisme.

Si ces pétitionnaires souffrent d'une mauvaise vue qui les empêche dedistinguer au delà des frontières identitaires, ils ne doivent cependant pas ignorer qu'ils ont maintenant commencé d'eux même à ériger les check-points où ils exigeront de voir les cartes d'identité des passants pour sélectionner ceux qui pourront entrer et ceux qui devront rebrousser chemin, à genoux et les yeux bandés - face au mur.

Sachant qui sont ces artistes israéliens et la nature de leur engagement politique, on se demande au nom de quelle cause sacrée et collective ces respectés pétitionnaires, artistes et cinéastes, ont aligné au mur leurs collègues , artistes et cinéastes israéliens, pour leur faire subir une sorte d'exécution culturelle? Et après avoir sacrifié ces proies faciles à atteindre et à cerner , après s'être débarrassé de ces camarades coupables du hasard de leur identité, ne doit-on pas se demander qui seront les prochains sur les listes de leur chasse aux sorcières?

Je voudrais que la suspension de ma signature ne devienne pas en elle-même le centre du débat, l'objet à montrer du doigt. J'espère aussi que mes collègues pétitionnaires ne me la reprocheront pas, ni ne m'approcheront à ce sujet.

J'espère plutôt que cette suspension soulèvera des questions et ouvrira la voie à une évaluation du texte de la pétition et de la manière dont elle est appliquée.

Plutôt que de réagir immédiatement à ma décision, j'appelle donc les signataires de la pétition à prendre le temps de s'interroger sur les questions ici soulevées.

Je les y appelle comme je m'appelle moi-même à engager un processus d'auto-évaluation, avec une approche critique de ma propre conscience pour ce qui concerne les lignes rouges de la morale et de la politique.

J'écris cela parce que je crois que lorsque l'on élargit sa vision au delà de ses propres check-points, et lorsqu'on la mène à percer les murs réincarnés en soi-même, on risque bien de s'apercevoir que ce n'est pas l'identité que l'on doit brandir dans sa quête de vérité et de justice. C'est plutôt l'identification qui compte.

C'est cette quête mêlée de plaisirs et de douleurs qui élargit et fait communiquer l'humanité de chacun de nous avec celle du reste de l'humanité. Après tout, n'est ce pas de cela que tout art est fait?

Elia Suleiman - (traduit de l'anglais)


- texte original édité par ashkalalwan.org-

Rubriques: